Dernières Infos

Des femmes commettent deux attentats-suicides dans l'extrême-nord du Cameroun : un civil tué

AFP
24/10/2016

Un civil a été tué dans la nuit de dimanche à lundi dans deux attentats-suicides commis par plusieurs femmes dans deux localités distinctes de la région de l'extrême-nord du Cameroun, en proie à des attaques des islamistes nigérians de Boko Haram, a annoncé le gouvernement.

"Deux attentats ont été perpétrés dans la nuit au 23 au 24 octobre 2016 dans la région de l'extrême-nord", a annoncé dans une déclaration lue sur les antennes de la radio d'Etat le porte-parole du gouvernement, Issa Tchiroma Bakary, ministre de la Communication.

"Le bilan des deux attentats fait état de trois morts, dont deux kamikazes, et de six blessés", a-t-il ajouté.
"Le premier de ces attentats s'est produit dans la localité de Sandawadjiri lorsque deux femmes ont fait irruption dans ladite localité avant d'être repérées par des membres du comité de vigilance", a-t-il poursuivi.
L'une des kamikazes s'est enfuie "tandis que l'autre s'est fait exploser", se tuant et blessant dans le même temps cinq membres du comité de vigilance, a rapporté M. Tchiroma.

Le deuxième attentat a eu lieu "aux environs de 05H00 (04H00 GMT) dans une autre localité de la région située près de l'arrondissement de Kolofata". "Pour cet autre attentat, une autre kamikaze s'est introduite dans une concession et a ensuite actionné sa charge explosive, faisant deux morts", dont un civil et la kamikaze elle-même et un habitant, selon M. Tchiroma. On indique de même source qu'une autre personne a été blessé dans le second attentat.

La région de l'extrême-nord du Cameroun est confrontée à une série d'attentats-suicides depuis juillet 2015, ces attaques étant attribuées aux jihadistes nigérians de Boko Haram, groupe qui a rallié l'organisation Etat islamique (EI).

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué