X

Cinéma

Le Liban à l’honneur au festival Est-Ouest

Événement

En partenariat avec l'Office du tourisme du Liban, le festival Die-Drôme, qui se déroule du 8 au 16 octobre, consacre sa 26e édition au Liban. Des rencontres et des débats qui privilégient cinéma, littérature et même cuisine.

C.K. | OLJ
06/10/2016

« Pourquoi le Liban ? » s'interroge l'équipe du festival dans son édito. « C'est difficile de le définir en quelques mots. À peine plus grand que la Corse, composé d'une variété de paysages magnifiques, avec une capitale mythique, marquée par les différentes époques qui l'ont traversée, ce pays demeure plus que jamais la caisse de résonance de tous les conflits de la région (...) Après cinq ans de guerre civile en Syrie, le Liban reste l'otage des puissances voisines... Alors inviter le Liban, c'est mettre en exergue la folie du monde, ses enjeux politiques, économiques et culturels... Inviter le Liban, c'est aussi dire non à la crainte, à l'obscurantisme et à la barbarie. C'est dire, dans une parole commune, « oui » au vivre-ensemble, à la culture, à la création. »
« Les citoyens libanais, au-delà de leurs difficultés quotidiennes, s'investissent et inventent pour que la joie et la paix rayonnent dans tous les aspects de leur quotidien. Les invités de cette 26e édition, écrivains, poètes, musiciens et cinéastes, eux, ont envie de transmettre une vision positive de leur pays, sans être dupes, ni sourds ni aveugles... Le Liban respire car les Libanais ont appris depuis longtemps la valeur de l'instant présent. »
Au programme donc, outre les activités littéraires et rencontres diverses, une sélection de films phares qui traduisent l'esprit libanais.
Et maintenant on va où ? (2011). Le film de Nadine Labaki qui raconte l'histoire de femmes (toutes religions confondues) résolues à défendre leur village des menaces extérieures.
Tombé du ciel (2016). Une comédie dramatique de Wissam Charaf qui suit le retour d'un ancien milicien confronté à son Liban d'aujourd'hui.
Caramel (2006). La comédie romantique de Nadine Labaki décrit les habitants de Beyrouth à travers le prisme d'un institut de beauté.
Le Prophète (2015). Un film animé de Roger Allers, inspiré de l'ouvrage de Gibran Khalil Gibran.
Liban, réconciliations d'après-guerre (2013). Un documentaire réalisé par Aïda Kanafani-Zahar et Olivier Doat. Deux familles, l'une chrétienne et l'autre druze, ouvrent leurs portes et partagent leurs inquiétudes et leurs souffrances.
Asmahan, une diva orientale (2013). Un documentaire de Silvano Castano qui raconte l'histoire d'Amal el-Atrach, grande diva de la chanson, disparue dans des circonstances mystérieuses.
Héritages. Encore un très beau documentaire réalisé par Philippe Aractingi en 2015 et qui suit, sur une période de cent ans, en se servant de photos et d'archives, les pérégrinations, les allers-retours de sa famille dans les pays du Levant.

À la une

Retour à la page "Cinéma"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!