Dernières Infos

Yémen : au moins dix civils tués dans le bombardement à Taëz attribué aux rebelles

AFP
04/10/2016

Au moins dix civils, dont six enfants, ont été tués et 17 autres blessés dans l'attaque attribuée aux rebelles chiites houthis contre un marché populaire de la ville de Taëz, dans le sud-ouest du Yémen lundi, a indiqué mardi l'Onu.

"Hier, à Taëz, au moins dix civils, y compris six enfants ont été tués, et 17 autres blessés, dont six autres enfants et trois femmes, après qu'un tir d'artillerie apparemment lancé par les comités populaires affiliés aux houthis et aux unités de l'armée fidèles à l'ancien président Saleh ait frappé une rue animée située à côté d'un marché", a indiqué le Haut-Commissariat de l'Onu aux droits de l'homme, élevant le bilan établi la veille par des sources militaires et médicales.

D'après des témoins qui ont parlé avec le personnel de l'Onu sur place, la rue était "bondée au moment de l'attaque" et "il n'y avait pas eu d'affrontements armés entre les belligérants dans la région avant ce terrible incident", a précisé un porte-parole du Haut-Commissariat, Rupert Colville, lors d'un point de presse.

La ville de Taëz, la troisième du Yémen, est presque entièrement encerclée par les rebelles houthis et leurs alliés, les partisans de l'ancien président Ali Abdallah Saleh.
Le Yémen est déchiré par une guerre civile opposant les houthis aux forces loyales à l'actuel président Abd Rabbo Mansour Hadi.

Originaires du nord du Yémen, les houthis ont pris le contrôle de plusieurs régions du pays dont la capitale Sanaa depuis 2014.
Une coalition arabe sous commandement saoudien apporte depuis mars 2015 son soutien aux forces gouvernementales en menant des raids contre les rebelles et en imposant un blocus aérien terrestre et naval au Yémen.
Les combats se sont intensifiés après la suspension le 6 août de trois mois et demi de pourparlers de paix qui se sont tenus sans succès au Koweït sous l'égide de l'Onu.

Depuis l'intervention en mars 2015 de la coalition arabe dans le conflit la guerre a fait plus de 6.600 morts, dont plus de la moitié sont des civils, selon l'Onu.
Selon les chiffres publiés mardi par le Haut-Commissariat, le conflit a provoqué la mort de 4.014 civils entre mars 2015 et le 30 septembre.

"La crise humanitaire au Yémen est l'une des pires au monde", a déclaré mardi à Genève le porte-parole du Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l'Onu, Jens Laerke, soulignant que plus de 12 millions de personnes avaient besoin d'aide et que "l'économie est proche de l'effondrement total".

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué