Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Société

La mode islamique a le vent en poupe en Turquie

Des détracteurs estiment que cette tendance, même pudique, est incompatible avec les préceptes de l'islam.

Une mannequin turque posant pour un photoshoot de mode, le 6 septembre dernier, à Istanbul. Gurcan Ozturk/AFP

La mannequin ajuste ses vêtements, esquisse un sourire en regardant l'objectif et tient sa tête droite dès que l'appareil photo crépite. Rien de plus normal pour des photos de mode dans une grande ville européenne. Mais dans cet atelier d'Istanbul, l'exercice est différent. Point de robes qui épousent les courbes du corps : ici, les modèles vantent une mode islamique glamour à sa façon, avec robes larges et foulards sur les cheveux. En Turquie, pays majoritairement musulman, cette industrie conciliant mode et valeurs religieuses connaît un succès croissant, dans une conjoncture favorisée par l'agenda islamo-conservateur du Parti de la justice et du développement du président Recep Tayyip Erdogan.
Dans l'atelier situé sur la rive asiatique d'Istanbul, les mannequins, maquillées et le port élégant, s'efforcent de mettre en valeur les vêtements qu'elles portent sans rien montrer de leur corps, hormis le visage et les mains. Au menu du jour : tuniques longues et robes de soirée brillantes assorties de hauts talons. Les coupes sont sobres mais les couleurs sont vives.

Ventes de burkinis en hausse
Les photos seront publiées dans le catalogue de Modanisa, un site turc de vente en ligne dédié à la mode islamique, lancé en 2011 et devenu en quelques années l'un des poids lourds du secteur. « Autrefois, une jeune femme (voilée) de 25 ans portait les mêmes habits qu'une femme de 50 ans », parce qu'il n'y avait pas d'alternative, affirme le PDG de l'entreprise, Kerim Ture. C'est pour changer la donne que Modanisa est né, dit-il. Le site vend, entre autres, des maillots de bain entièrement couverts, ces burkinis au cœur d'une vive polémique en France où certaines villes ont tenté de les interdire avant que des juges ne s'y opposent. Une section entière du site est consacrée à ces maillots, vendus entre 27 et 99 euros. Pour M. Ture, en porter « est un choix et non un symbole ». « Je ne comprends pas comment un pays dont la liberté est l'un des piliers peut s'opposer aux maillots de bain islamiques », ajoute-t-il, affirmant que les commandes de burkinis depuis la France ont augmenté de 15 à 20 % depuis que la polémique a éclaté et que les projecteurs ont été braqués cet été sur ce vêtement.
Istanbul, qui ambitionne de devenir une plaque tournante pour ce commerce, a accueilli pour la première fois en mai une fashion week dédiée à la mode islamique, organisée dans la gare historique de Haydarpasa. Selon le styliste Osman Ozdemir, ce secteur est en pleine croissance depuis plusieurs années, dopé par l'arrivée sur le marché de marques mondiales. Dolce & Gabbana a notamment lancé cette année une collection de hijabs et abayas destinée à une clientèle musulmane au Moyen-Orient. « Je crois qu'Istanbul va donner le ton de la mode islamique », lance M. Ozdemir.
Fin août, le gouvernement turc a autorisé pour la première fois les policières en uniforme à porter le voile. Pour Franka Soeria, consultante et styliste indonésienne qui a œuvré pour organiser la fashion week d'Istanbul, la mode islamique n'a pas pour but d'inciter les femmes à se couvrir mais à s'affirmer dans leur propre style vestimentaire. « Notre message consiste à dire que nous sommes pudiques et que nous aimons nous couvrir, mais que nous aimons aussi la mode. C'est notre style, il faut l'accepter », dit Mme Soeria, qui porte un voile noir.
Dans le quartier de Fatih, les boutiques de mode islamique s'enchaînent et de nombreux panneaux publicitaires vantent les vêtements couvrants. « Je me suis couvert la tête il y a trois ans mais je ne voulais pas m'habiller comme ma mère », confie Seyma, 16 ans, rencontrée au marché. « Aujourd'hui, je trouve tous les vêtements que je veux. »
Mais cette tendance vestimentaire a ses détracteurs, qui estiment que la mode, même pudique, est incompatible avec les préceptes de l'islam. « L'islam prêche pour une identité musulmane vertueuse et une consommation dictée par le besoin. Mais la mode, c'est tout le contraire, elle crée un cercle vicieux qui incite à une consommation à outrance », affirme Hulya Sekerci, de l'association conservatrice Ozgur-Der. « Et les vêtements conçus selon cette mode sont incompatibles avec notre façon de nous couvrir. C'est pour cela que nous sommes contre la mode et les défilés. »
Hakan Yaldiz, professeur de sciences politiques à l'université du Bosphore à Istanbul, est sceptique sur la créativité de la mode islamique. « C'est souvent de la pure imitation : les stylistes ne font que prendre une robe normale pour en couvrir le décolleté et la rendre conforme aux normes islamiques », dit-il. « Il faudra attendre au moins vingt ans pour savoir si un Versace de la mode islamique émergera. »
Fulya OZERKAN/AFP


La mannequin ajuste ses vêtements, esquisse un sourire en regardant l'objectif et tient sa tête droite dès que l'appareil photo crépite. Rien de plus normal pour des photos de mode dans une grande ville européenne. Mais dans cet atelier d'Istanbul, l'exercice est différent. Point de robes qui épousent les courbes du corps : ici, les modèles vantent une mode islamique glamour à sa...

commentaires (2)

IL FAIT COURIR SON PAYS EN AVAL SUR LE FLEUVE DU TEMPS VERS LES PERIODES LES PLUS OBSCURES DE L,HISTOIRE DE L,HUMANITE...

L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

20 h 25, le 02 octobre 2016

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • IL FAIT COURIR SON PAYS EN AVAL SUR LE FLEUVE DU TEMPS VERS LES PERIODES LES PLUS OBSCURES DE L,HISTOIRE DE L,HUMANITE...

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    20 h 25, le 02 octobre 2016

  • dire que Atatürk avait supprimé le port du voile voilà que la Turquie rétrograde , avec cette mode j'ai été plusieurs fois en Turquie, j'ai vu que les foulards devenaient de plus en plus nombreux, et aussi des femmes avec des voiles noires mais avec Erdogan, c'est de pire en pire avec ses retardés qui le suive....

    Talaat Dominique

    13 h 46, le 02 octobre 2016

Retour en haut