X

Liban

Bouchons du Grand Beyrouth : solution, enfin, ou cruelle utopie ?

Trafic routier

Un plan d'action préparé en commission parlementaire promet de mieux encadrer la circulation, mais les aléas sont de taille.

07/09/2016

Les bouchons monstrueux qui paralysent au quotidien les rues de la capitale et de ses banlieues sont-ils en passe d'être réduits ? C'est en tout cas l'objectif que s'est fixé la commission parlementaire des Travaux publics et des Transports, qui a lancé hier une feuille de route destinée à « entamer des solutions partielles et rapides pour résoudre la crise du trafic routier dans le Grand Beyrouth ».

La commission s'est réunie sous l'égide de son président, Mohammad Kabbani, et en présence notamment du ministre de l'Intérieur, Nouhad Machnouk, et des représentants des différentes associations locales mobilisées pour la sécurité routière.

M. Kabbani a passé en revue les différentes étapes susceptibles de résoudre les problèmes du trafic et de diminuer les bouchons à travers la mise en place d'un système de transport en commun développé qui encourage l'usager à l'utiliser et qui réduirait par conséquent le nombre de voitures en circulation.

La commission parlementaire a défini les responsabilités relevant des différentes institutions étatiques ou municipales concernées par le trafic routier ou la sécurité routière de près ou de loin. C'est bien sûr le ministère de l'Intérieur qui est le principal concerné par cette feuille de route à travers les Forces de sécurité intérieure et leurs agents sur le terrain. Dans le cadre de ce plan, plusieurs directives ont été émises par la commission à l'adresse notamment des FSI, des municipalités, du Conseil du développement et de la reconstruction et de la Direction des douanes, afin qu'ils les appliquent immédiatement ou dans un délai bien déterminé pour entamer la première étape de cette feuille de route. En voici les principales :

Double file
La première catégorie concerne les mesures visant à réprimer les violations du nouveau code de la circulation et les règlements en cours.

1 – Renforcer l'application de l'article 122 du code de la route stipulant que le conducteur d'un bus, d'une camionnette, d'un taxi-service ou d'un taxi doit être muni des autorisations nécessaires émises par le ministère des Travaux publics et des Transports et qui comprennent l'immatriculation du véhicule, un permis d'exercer la profession et l'étiquette où figure un code-barre sur tous les détails du véhicule, son propriétaire et son conducteur. Cela conduirait ipso facto à la diminution des véhicules de transport public circulant d'une façon illégale à cause de fausses plaques d'immatriculation.
2 – Interdire de manière absolue le stationnement des véhicules en double file ou d'une façon oblique, perpendiculaire ou sur les trottoirs.
3 – Renforcer la mise en œuvre des articles 40 à 43 du nouveau code qui impliquent un respect des lieux réservés au stationnement et l'interdiction de stationnement.
4 – Appliquer l'article 44 (arrêt prolongé des véhicules) et donc mettre à l'écart tous les véhicules stationnés pendant de longues périodes dans les rues, notamment s'ils sont abandonnés ou s'ils ne sont plus en état de circulation.
5 – Contraindre les deux-roues à moteur à respecter le code de la route dans toutes ses dispositions, à l'instar des véhicules.
6 – Application stricte par la Direction des douanes des dispositions de la loi et des règlements relatifs à l'importation de véhicules et mobylettes d'occasion.

 

(Lire aussi : Pourquoi les Beyrouthins ne prennent-ils jamais le bus ?)

 

Police municipale
La deuxième catégorie concerne les mesures réglementaires.
1 – Empêcher l'utilisation de la voie publique comme station d'attente pour les bus, d'où la nécessité d'aménager des points spécifiques aux passagers de façon à ne pas entraver la circulation.
2 – Interdire aux heures de pointe le stationnement des bétonnières et autres engins utilisés dans les travaux publics ou dans des chantiers privés.
3 – Mettre en place une police municipale à Beyrouth le plus vite possible et la renforcer par la formation d'agents actifs compétents qualifiés pour appliquer le nouveau code.

 

Feux et cyclistes
La troisième catégorie concerne les travaux relatifs à l'infrastructure.
1 – Aménager des trottoirs et les élargir par endroits de façon à les rendre plus appropriés pour les piétons, et supprimer tous les obstacles y existant pour faciliter le déplacement des personnes âgées ou à besoins spéciaux.
2 – Mettre en place des voies spécifiques aux cyclistes là où la largeur de la rue le permet, avec l'obligation pour les cyclistes de se limiter à l'utilisation exclusive de ces voies.
3 – Assurer une maintenance périodique des feux de signalisation et supprimer tout ce qui peut réduire leur visibilité ou les cacher.
4 – Inspecter et augmenter le nombre de poteaux de signalisation et les panneaux routiers.
5 – Aménager dans des terrains municipaux des parkings publics sécurisés à étages, notamment dans des régions où la densité démographique est importante.

 

(Lire aussi : Un pont en L à Jal el-Dib)

 

Déchets
La quatrième catégorie concerne la gestion du trafic routier.
1 – Supprimer les blocs de béton et autres obstacles posés sur la voie publique de façon à maintenir la fluidité du trafic.
2 – Renforcer le travail de la police municipale pour assurer la fluidité du trafic, en particulier devant les écoles et les lycées aux heures d'entrée et de sortie des élèves.
3 – Réorganiser la collecte des déchets et le balayage des rues de manière à éviter les heures de pointe, et interdire le stationnement des véhicules sur une distance de dix mètres des bennes à des moments précis pour faciliter le transfert des déchets dans les camions-bennes.
4 – Mettre en place un calendrier précis pour le déplacement des poids lourds en coopération avec le syndicat concerné, sans pour autant nuire à la nature de leur travail.

 

Étude et appels d'offres
La cinquième catégorie concerne la mise en place d'un système de transports en commun publics.
– Réaliser une étude (fin 2016) sur la faisabilité économique et évaluer l'impact environnemental (une durée de dix mois à partir de septembre 2016) de l'aménagement d'une voie rapide (système BRT) entre Beyrouth et Tabarja, puis l'étendre jusqu'à Tripoli, et la mise en place d'un réseau de transport par bus dans le Grand Beyrouth.
Plusieurs appels d'offres seront lancés pour notamment l'achat de nouveaux bus. Il est de même prévu de fournir les fonds nécessaires à la mise en œuvre de ce chantier grâce à un prêt de la Banque mondiale, et les mesures préalables nécessaires pour l'obtention de ce prêt ne seront pas prises avant le mois de juillet 2017, sachant que l'obtention de ce prêt nécessite l'approbation du Conseil des ministres et le vote d'une loi par le Parlement.

 

Nombre « impressionnant » d'agents
Pour le ministre de l'Intérieur, Nouhad Machnouk, qui s'est exprimé à l'issue de la réunion, « il est clair que la grande partie du projet (70 %) repose sur les FSI ». « Mais cette institution ne peut pas être efficace sans une augmentation de ses effectifs d'une façon significative, et le recrutement prend du temps, malgré le fait que 8 000 nouvelles recrues sont sur le point d'intégrer les rangs de la police », a-t-il dit, déplorant l'absence d'une vraie culture de la circulation routière chez les automobilistes en général et chez les conducteurs de motocyclettes – un vrai danger public – en particulier.

Sur ce point, une source des FSI a indiqué à L'OLJ que 60 % des motocyclettes qui circulent actuellement sont sans permis et sont dangereuses. « Nous avons déjà détruit des milliers d'entre elles, mais nous ne pouvons pas tout faire, la Direction des douanes doit nous prêter main-forte », a ajouté cette source. « Nous avons réussi à appliquer le nouveau code de la route dans la mesure du possible et le nombre des victimes des accidents de la route a diminué, mais le chemin est encore long, notamment concernant la nouvelle feuille de route dont la réussite implique un nombre d'agents impressionnant, or nous sommes déjà en manque », a amèrement rappelé la source en question.

 

Lire aussi

Les expropriations lancées pour l’élargissement de l’autoroute de Jounieh

 

Pour mémoire

Nouveau code de la route, an I : un premier bilan

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sabbagha Antoine

Simple question . Ou est avant tout le nouveau permis de conduire ?

antaki loutfi

Et pourquoi ne pas remettre le tramway comme dans toutes les villes européennes dont Paris
Par ailleurs il existait il n'y a pas si longtemps une automotrice qui se rendait de Beyrouth jusqu'à Alep pourquoi ne pas la ressusciter ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

MEME ICI... C,EST DU : AL NOUFOUS KABLAL NOUSSOUS ! HOMMAGE AU GRAND PATRIARCHE SFEIR QUI A LANCE CE VERITABLE SLOGAN... GRAND HOMMAGE !

gaby sioufi

AIDER LES POLICIERS CHARGES DE FAIRE RESPECTER LA LOI EST IMPERATIF .
MAIS COMMENT, PAR OU COMMENCER ?

yves kerlidou

Bla bla bla !! une fois encore on traite le sujet à l'envers, bien sur il y a les infrastructures mais la prévention est plus efficace: un vrai permis de conduire avec une vraie information du code de la route(80% des conducteurs ne savent pas ce que c'est que la priorité à droite). Faire une campagne sur l'utilisation de la voiture, mais là c'est pas gagné la notion de voiture individuelle chez les Libanais c'est quelque chose !! Bien sur mettre en place un véritable service de bus (propre et sans abruti au volant) et faire des couloirs de bus et des arrêts de bus obligatoires plutôt qu'un policier tous les 50 m qui coûtent très cher à la collectivité . Il est plus que temps de privilégié le transport en commun et d'aménager les rues piétonnes comme dans tous les pays civilisés et de plus la marche à pieds c'est bon pour la santé

Tabet Karim

Quand on prend ses rêves pour des réalités.........L'adoption de mesures adéquates et pratiques est un exercice de longue haleine qui requiert des années de travail assidu et continu et nécessite en premier lieu une education civique qui débute à la maison et à l'école. Nous lister au 21ème siècle une panoplie d'evidences même pour pallier à un problème aussi chronique ( devenu monstrueux au fil des ans)est d'un ridicule.....Lorsque le nombre de voitures grimpe et que le réseau routier ne se développe pas du tout, les embouteillages ne peuvent que croître. A ce rythme et dans quelques années, un Beyrouth-Tripoli prendra plus de temps qu'un vol de Beyrouth à Paris....
La question fondamentale que l'on doit se poser est: comment expliquer l'absence d'un réseau de transport routier (et maritime) digne de ce nom qui contribuerait à diminuer de manière significative la torture quotidienne que l'on subit sur les routes de ce bled et à respecter de surcroit le citoyen libanais qui est pris au piège ?

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Nous, sales Arabes...

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Hezbollah entame « la quatrième phase » de son parcours

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué