X

Cinéma

Et la vidéo décolle....

Focus

À peine 24 heures en ligne que le court-métrage de Philippe Aractingi concernant les consignes de sécurité de la MEA a affiché plus de 96 mille « likes »au compteur. Un buzz pas du tout terre à terre.

C.K. | OLJ
25/08/2016

À l'initiative de la compagnie aérienne libanaise et du directeur Mohammad el-Hout, un film court, n'excédant pas les six minutes, a été commandité au réalisateur Philippe Aractingi et à sa boîte de production Fantascope. Avec la collaboration d'« Horizons FCB » et de l'équipe de la MEA (Ghina Fakih et Farah Makki), cette vidéo (déjà mise en ligne et que les voyageurs auront l'occasion de voir) présente les mesures de sécurité à prendre avant le décollage d'une manière ludique et excentrique, mais toujours dans un concept informationnel. Ce petit film dépoussière et rénove des gestes devenus obsolètes avec le temps.
Car qui d'entre vous observe ou prête attention aux hôtesses quand elles « gesticulent » (pour votre propre sécurité) tel un policier de la circulation, avant que l'avion ne décolle ? Qui de vous sait exactement où mettre sa petite mallette, où sont les masques d'oxygène, comment les utiliser, où se trouve la bouée de sauvetage sous le siège ou tout simplement comment boucler sa ceinture et quand ? Sans mentir, on avoue que certains des passagers sont souvent intéressés à faire autre chose alors que d'autres sont déjà dans les bras de Morphée. Cette petite vidéo est là pour nous dire qu'il faut observer ces mesures-là, non les dédaigner.
Six mois de repérage et cinq jours de tournage aux quatre coins du pays (Baalbeck, grotte de Jeïta...) avec une équipe de 45 personnes, entre professionnels de l'image et techniciens, notamment Charles Makriss qui a travaillé avec Aractingi sur Bosta, ont abouti à ce clip déjanté, haut en couleurs. « C'était fatigant, avoue Philippe Aractingi, mais tellement amusant, car ce tournage était bourré d'énergies positives. » Et d'ajouter : « D'aucuns disent que c'est du déjà-vu, or ce film a une saveur particulièrement libanaise. » Si la dabké et les chansons interprétées sur plusieurs lieux géographiques et touristiques libanais ajoutent à cette particularité, les textes récités en anglais et en arabe sous-titrés en français ne sont pas toujours les mêmes. D'où l'originalité.

C.K.

À la une

Retour à la page "Cinéma"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

En toute liberté de Fady NOUN

Le mufti et le pape

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le gouvernement entre les interférences externes et l’épineux dossier des relations avec la Syrie

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué