Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Syrie

La Russie poursuit ses frappes depuis l’Iran malgré la colère US

Les frappes auraient permis la destruction entre autres de camps d'entraînement de l'EI.

Des secouristes portant une jeune victime, après des raids, hier à Idleb. Omar Hajj Kadour/AFP

Des bombardiers russes partis d'Iran ont procédé hier pour la deuxième journée consécutive à des raids contre des positions de l'État islamique (EI) et des rebelles de Fateh al-Cham (ex-Front al-Nosra, branche syrienne d'el-Qaëda). Des Soukhoï-34 ont ainsi décollé de la base aérienne de Hamadan, dans le nord-ouest de l'Iran.
« Les avions étaient chargés au maximum de leur capacité avec des bombes à fragmentation », précise le ministère russe de la Défense dans un communiqué. Ces frappes ont permis, selon le ministère, la destruction de deux postes de commandement et de camps d'entraînements de l'EI, ainsi que « l'élimination de plus de 150 combattants, parmi lesquels figuraient des mercenaires étrangers ».
Moscou a utilisé mardi pour la première fois la base aérienne iranienne pour des frappes en Syrie, renforçant son rôle dans la guerre civile syrienne et suscitant la colère des États-Unis. Les frappes aériennes russes coïncident avec une intensification des combats à Alep, devenue le principal enjeu du conflit dans lequel Moscou a pris le parti de Damas. Plusieurs centaines de millier de personnes se trouvent dans les quartiers aux mains des insurgés assiégés par les forces gouvernementales.

Opération antiterroriste
De son côté, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a estimé que l'utilisation de la base de Hamadan en Iran par la Russie ne violait aucunement l'embargo sur la vente ou le transfert d'armes visant la République islamique, comme l'a suggéré mardi un porte-parole du département d'État américain. « Dans le cas présent, il n'y a pas eu vente, fourniture ou transfert d'avions militaires vers l'Iran », a insisté M. Lavrov. « Ces avions prennent part à une opération antiterroriste en Syrie à la demande des autorités légales syriennes et avec le consentement de l'Iran », a-t-il souligné.En réponse, hier, le porte-parole de la diplomatie américaine Mark Toner a réaffirmé que les États-Unis « regardaient, évaluaient s'il y a eu violation » par Moscou de la résolution du Conseil de sécurité de l'Onu.
« Cela nécessite une analyse juridique très minutieuse », a fait valoir le diplomate américain, en déplorant encore que Moscou « continue de compliquer une situation déjà très dangereuse à Alep ».
Le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov, a pour sa part affirmé, hier également, que les frappes effectuées en Syrie par la coalition internationale menée par les États-Unis depuis la base turque d'Incirlik étaient contraires à la Charte des Nations unies.C'est la première fois que la Russie utilise le territoire d'un pays tiers pour procéder à des frappes en Syrie depuis le déclenchement de sa campagne militaire, il y a près d'un an. L'Iran a justifié hier l'utilisation de son aérodrome par l'aviation russe, affirmant agir « en conformité avec les normes internationales ». « La seule chose qui se passe, c'est que les combattants russes sont autorisés à utiliser cette base pour se réapprovisionner », a expliqué Alaeddine Bouroujerdi, le chef de la commission pour la Politique étrangère et la Sécurité nationale du Parlement iranien. L'utilisation de la base iranienne, en plus de la base russe de Hmeimim dans le nord-ouest de la Syrie, donne selon des experts un avantage tactique à Moscou et lui permet d'envoyer en mission des bombardiers lourds chargés de plus de bombes grâce à un temps de vol plus court.

(Sources : agences)


Des bombardiers russes partis d'Iran ont procédé hier pour la deuxième journée consécutive à des raids contre des positions de l'État islamique (EI) et des rebelles de Fateh al-Cham (ex-Front al-Nosra, branche syrienne d'el-Qaëda). Des Soukhoï-34 ont ainsi décollé de la base aérienne de Hamadan, dans le nord-ouest de l'Iran.« Les avions étaient chargés au maximum de leur...

commentaires (2)

MEGA ERREUR HITLERIENNE ET STRATEGIQUE DE TAILLE... QUI VA COUTER TRES CHER AUX RUSSES... AILLEUR ET AU M.O. AUSSI...

SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

09 h 39, le 18 août 2016

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • MEGA ERREUR HITLERIENNE ET STRATEGIQUE DE TAILLE... QUI VA COUTER TRES CHER AUX RUSSES... AILLEUR ET AU M.O. AUSSI...

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    09 h 39, le 18 août 2016

  • Je vois des missiles sol/air faire irruption dans le conflit...! Dangereux!

    Pierre Hadjigeorgiou

    09 h 31, le 18 août 2016

Retour en haut