X

Moyen Orient et Monde

La vision apocalyptique de l’EI et le fantasme de Dabiq

Éclairage

L'organisation État islamique (EI) s'appuie sur des traditions prophétiques mises en exergue par certains compagnons du Prophète pour sublimer son discours. Quitte à se les réapproprier jusqu'à en faire des prophéties proprement jihadistes.

09/08/2016

Tenue militaire et arme à la main, un jihadiste de l'organisation État islamique (EI) enjoint, dans une vidéo de propagande diffusée sur Twitter, aux musulmans du monde entier de venir combattre auprès de leurs frères sur la terre du Sham (en Syrie) contre l'ennemi au « quatre-vingts drapeaux ». Une référence explicite à la coalition internationale engagée contre le groupe jihadiste, qui évoque une prophétie largement exploitée par l'EI dans ses outils de propagande, notamment Dabiq (magazine anglophone) et Aamaq (agence de presse). Ces deux noms renvoient à deux localités situées au nord de la Syrie qui seraient, selon des traditions attribuées au prophète Mohammad, le lieu de la bataille de la fin des temps.

« Ce que l'on appelle la plaine d'Aamaq avec la localité de Dabiq est un élément de la tradition prophétique mise en avant par plusieurs compagnons du Prophète », explique David Rigoulet-Roze, chercheur rattaché à l'institut français d'analyse stratégique (Ifas) et rédacteur en chef de la revue Orients stratégiques. Au XVIe siècle, cette localité a vu s'affronter les Ottomans et les Mamelouks. Selon la croyance jihadiste, c'est à Dabiq que doit se dérouler la bataille qui prélude à l'apocalypse entre les jihadistes et les roumis, nom qui faisait référence dans la tradition islamique à l'Empire byzantin et qui est aujourd'hui utilisé pour désigner la coalition internationale.

 

(Pour mémoire : Des rebelles marchent sur Dabiq, ville symbolique pour l'EI)

 

Adaptation à la situation géopolitique
Parmi les compagnons du Prophète les plus cités, notamment dans le recueil de hadiths de référence de l'imam Mouslim, on retrouve un certain Abou Hurayra. Pour Romain Caillet, chercheur et consultant spécialisé dans les questions islamistes, « c'est la personnalité qui a le plus parlé d'événements apocalyptiques et qui a transmis le plus grand nombre de hadiths (recueil des actes et paroles attribués au prophète Mohammad), donc il est logique qu'il soit beaucoup cité ». La retranscription et l'interprétation de ces hadiths restent toutefois compliquées puisque les paroles rapportées sont très souvent des fragments reconstruits a posteriori des centaines d'années plus tard.

« On a par exemple certains hadiths qui se trouvent en quelque sorte réassignés, comme celui faisant référence à la localité de Dabiq. Ce dernier ne fait pas nécessairement partie des hadiths les plus forts en termes eschatologiques, mais a été réinvesti par l'EI, car il y a trouvé une résonance géopolitique immédiate avec la question syro-irakienne », résume David Rigoulet-Roze. Dans sa propagande, l'EI fait constamment le lien entre l'eschatologique et le géopolitique : l'ennemi désigné par les traditions réinterprétées se confond ainsi avec l'ennemi actuel dans une propagande qui se veut prophétique.
L'EI joue constamment sur la symbolique des croisades comme dans le numéro 4 du magazine Dabiq titré « The Failed Crusade » (la croisade manquée), dont la une est un photomontage d'un drapeau de l'EI érigé sur la place Saint-Pierre de Rome. La présence de l'EI en Libye, non loin de l'Italie, vient sublimer ce discours de conquête.

 

(Pour mémoire : Un contre-discours pour saper l'idéologie de l'EI)

 

« Une sorte de patchwork »
« La tradition prophétique se présente à certains égards comme une sorte de patchwork, confie David Rigoulet-Roze. L'organisation fait parfois coller des éléments qui, paradoxalement, ne sont pas forcément aussi centraux dans le sunnisme traditionnel. »

C'est notamment le cas de la figure du Mahdi, le Messie. Très présent dans la tradition chiite, notamment chez les duodécimains, il est constamment mis en avant par l'organisation, car les étendards noirs venant du Khurasan (hadith mis en avant par Abou Hurayra au VIIe siècle) sont annonciateurs de sa venue sur terre, qui permettra de restaurer la primauté de l'islam. Toujours d'après les prophéties, le règne du Mahdi sera ensuite mis à mal par le Dajjal (antéchrist) et c'est à ce moment-là qu'interviendra la fin des temps.

Outre l'appropriation du Mahdi par l'EI, l'organisation n'hésite pas à instrumentaliser certains hadiths. C'est ce qu'explique Olivier Roy, politologue français spécialiste de l'islam, à propos des esclaves yézidis : « Il justifie l'esclavage sexuel des yézidis par la référence à un hadith qui dit que lorsque la servante donnera naissance à son maître, ce sera l'un des signes de la fin des temps. Mais l'EI préfère parler d'esclave que de servante. »

 

 

Pour mémoire

« Les jihadistes ne sont pas du tout utopistes »

« L’État islamique est une entité éminemment postmoderne »

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DES TARES QUI FONT DU GRAND TORT A L,ISLAM...

Chammas frederico

Le monde s'est débarrassé des idéologies nazies et soviétiques, sans parler des d'un Japon conquérant...
Quand pourra t il se débarrasser d'ideologies comme celle de l'EI ou de celle des extrémistes "frères Musulmans"... Qui arrive à diviser aussi bien les pays à majorité musulmane et arabe?

Rahme Dany

Bombardement thermonucléaire du Maroc a l Indonésie. Attendre 100 ans et repeupler.

ACE-AN-NAS

Une belle fable affreuse qu'on pourra raconter à des enfants et dieu sait il y en a à foison qui y croient.

Chammas frederico

Il faut, une fois, que les azurites religieuses, de l'islam, tant sunnite que chiite, se livrent a une étude theologiaue, sociologique et géopolitique...pou anoblir l'islam "religion spirituelle, à tous points respectable" en le débarrassant des "sories" circonstancielles en liaison avec l'expansion de l'arabo islamisme des conquêtes du moyen âge...
Ami des croyants sincères, leur religion et leur vivre ensemble ont tout à gagner en affirmant que leur mission universelle ( comme celle du christianisme et de la judéité) est une mission spirituelle et non temporelle d'amour pour la gloire de Dieu...
L'ère des croisades est révolue,..mais qui le sait et qui a le courage de levdeclarer

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QUEL E.I.... L,ORIGINAL OU LA COPIE ?

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué