X

Moyen Orient et Monde

Contestation en France : Vous avez dit irréformable ?

Analyse

Les images de casseurs et les longues files d'attente devant des stations-service à sec ont fait le tour du monde. La presse étrangère n'a pas tardé à juger le pays ingouvernable.

OLJ/AFP/Charlotte PLANTIVE
04/06/2016

Manifestations, grèves dans les transports ou les écoles, blocages de tracteurs, de taxis... Régulièrement, la France renvoie l'image d'un pays ingouvernable. Si le cliché se nourrit d'une culture indéniable du conflit social, tout n'est pas figé.

« Ce pays se meurt parfois de ses conservatismes, de son impossibilité à réformer », a jugé récemment le Premier ministre Manuel Valls, excédé après trois mois de lutte pour imposer une réforme du code du travail dont la majorité des Français ne veut pas. Jugeant le texte porteur de précarité, des dizaines de milliers d'opposants sont descendus à huit reprises dans la rue pour exiger son retrait.

Les syndicats contestataires ont aussi organisé des blocages et des grèves dans des sites stratégiques : raffineries, centrales nucléaires, gares et ports... Les images de casseurs glissés dans les cortèges, puis de longues files d'attente devant des stations-service à sec ont fait le tour du monde. Et la presse étrangère n'a pas tardé à juger le pays irréformable. « La France n'admet pas de réformes profondes, seulement des révolutions », estime ainsi le quotidien espagnol El Pais. « Comme d'habitude, les Français demandent du changement mais refusent les changements », renchérit le britannique The Independent.

 

(Voir aussi : "Le gouvernement te pisse dessus" et autres : les messages des protestataires en France (en images))

 

Peur du monde extérieur
Même si les statistiques sont à prendre avec des pincettes, « la France est bien dans le top 4 en Europe pour le nombre de jours de grève, avec Chypre, la Grèce et l'Espagne », explique le chercheur Kurt Vandaele de l'Institut syndical européen (Etui) basé en Belgique. En dépit du fait que seuls 11 % des salariés français sont syndiqués.

« En France, le nombre de jours de grève par an est généralement très lié aux réformes proposées par le gouvernement sur le marché du travail ou les retraites », ajoute-t-il, en évoquant d'autres épisodes de grogne sociale (1995, 2003, 2006 et 2010). Pour Pascal Lamy, ex-patron de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), le changement y est « plus difficile qu'ailleurs », en raison d'un « blocage psychologique » de la population. « Les Français ont peur du monde extérieur parce qu'ils pensent que celui-ci remet en question notre culture, notre devise, nos principes, notre identité », explique-t-il cette semaine dans l'hebdomadaire Le Point. Et, dit-il, « nous n'avons pas de méthode de la réforme ».

« Nous avons effectivement une culture du conflit », confirme l'historien Stéphane Sirot, spécialiste des rapports sociaux. « Depuis la Révolution française, la régulation sociale s'est fondée sur l'idée d'un conflit d'abord, la négociation après. C'est un modèle qui se retrouve dans d'autres pays du Sud de l'Europe ». À l'inverse, le Nord du continent a « choisi un modèle de régulation qui privilégie la négociation et ne va au conflit que si la négociation a échoué ».

 

(Lire aussi : En pointe du conflit social, la CGT joue la radicalisation)

 

La France bouge
Mais, souligne l'universitaire, les statistiques sont en partie trompeuses : s'il y a moins de jours de grève en Allemagne, souvent présentée comme un modèle pour le dialogue social, c'est aussi parce que « la législation sur la grève y est beaucoup plus restrictive qu'en France », notamment avec l'interdiction pour les fonctionnaires de cesser le travail.

Surtout, les « pics de conflictualité » français cachent une diminution des conflits dans l'entreprise, où le nombre de jours de grève est passé de 3 à 4 millions pendant les Trente glorieuses (1946-1975) à un à deux millions ces dix dernières années. Depuis les années 1980, « la France essaie de se rapprocher d'un modèle plus pacifié, et la culture de la négociation collective parvient bon an, mal an à s'imposer, au moins dans l'entreprise », explique Stéphane Sirot.

Dans le conflit actuel, l'exécutif, sans majorité parlementaire claire, souffre surtout du désaveu de son propre camp, a avancé dans le quotidien Le Monde Alain Juppé, favori de la droite pour la présidentielle de 2017. Pour lui, « la France n'est pas irréformable. La France bouge. La France évolue. Des réformes ont été faites » et d'autres le seront, mais pour y parvenir « il faudra dire la vérité ».

 

Lire aussi

La crise sociale en France vire à la guerre d'usure

Nuit debout, phénomène parisien à l'avenir incertain

Ludovic Torbey, jeune Français d'origine libanaise et militant convaincu de Nuit Debout

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

yves kerlidou

Oui la France est dure à réformée et pour plusieurs raison tout d'abord les Français ont le soucis du collectif et le peuple est révolutionnaire ce qui passe pour certains un handicap et pour d'autres le salut
Bien sur que on peut comprendre que des années de luttes par leurs ancêtres ne peut pas être balayé comme cela et c'est compréhensible, c'est ainsi l'histoire de la France et de sa richesse. Et il faut bien savoir que la lutte de classe ne vient pas seulement des travailleurs mais comme disait un jour Giscard D'estaing "on a le patronat le plus idiot du monde " Comment ne pas comprendre les salariés alors que le gouvernement a lâché des milliards d'euros pour les entreprises et que Pierre Gattaz le patron du CNPF et chef d'entreprise a touché des centaines d'euros pour sa société et il n'a embauché personne !!

ACQUIS À QUI

Tout fout le camp en France de hollandouille .

C'est pas un hasard quand on a eu depuis 10 ans une politique des "ailes coupées " par Bruxelles dirigé de l'étranger par des lobyistes divers et bien connus .

M.V.

a force de formater des Bisounours socialistes, éducation nivelage nationale oblige ...! , la France à fabriquer une / des génération (s) de chasseurs cueilleurs...pour vivre au paradis de l'état providence ...! hélas, " Quant il ne reste que le bâton ...s'est que la sucette que l'on vous a vendu était trop petite "(proverbe chinois) ...

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Le califat est mort, vive le califat

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pompeo et les nuances entre le fond et la forme

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué