X

Moyen Orient et Monde

Pour Bassma Kodmani, « le régime syrien tergiverse pour gagner du temps »

Entretien

De Mistura pose les jalons de la prochaine session qui devrait être entièrement consacrée aux négociations sur la transition politique, explique la porte-parole du HCN.

25/03/2016

Alors qu'un round des discussions indirectes, entamées le 14 mars à Genève, entre l'opposition syrienne et le régime de Damas, ont été suspendues hier soir, Bassma Kodmani, porte-parole du Haut Comité des négociations (HCN), vaste coalition d'opposants politiques et de représentants des groupes armés, fait le point pour L'Orient-Le Jour sur ce dernier round des négociations.
« À travers un échange de nombreux documents avec les Nations Unies, la délégation de l'opposition a présenté sa vision pour la Syrie de demain, ainsi que les principes fondamentaux qui doivent guider la transition politique », explique Mme Kodmani. « Nous avons peut-être posé des bases pour que des discussions de fond puissent avoir lieu lors du prochain round », avait déclaré auparavant l'opposante syrienne lors d'une conférence de presse à Genève. Mais pour l'instant, « nous n'avons pas eu ces discussions de fond », a-t-elle regretté.


De son côté, l'envoyé spécial de l'Onu, Staffan de Mistura, a dévoilé un document en 12 points dans lequel il expose, selon l'opposante syrienne, sa conception et sa vision des points de convergence entre l'opposition et le régime. Un document qu'elle juge « constructif ». Selon elle, « M. de Mistura pose les jalons de la prochaine session – qui devrait avoir lieu le 9 avril prochain – et qui devrait être entièrement consacré aux négociations sur la transition politique ». « Autrement dit, nous ne devrons surtout pas perdre notre temps à discuter des questions procédurales ou de principes de base qui existent dans tous les textes internationaux. Le document que l'envoyé spécial de l'Onu a préparé nous permet d'entrer directement au cœur du sujet, c'est-à-dire la transition politique », martèle Bassma Kodmani.
En annonçant la tenue du prochain round de négociations le 9 avril, l'Onu semble ne pas avoir plié face aux pressions de Damas qui voulait les retarder pour cause d'élections législatives fixées par le président Bachar el-Assad le 13 avril.
Bassma Kodmani dénonce la décision du régime syrien d'effectuer ce scrutin le 13 avril prochain, tout en tentant par la même occasion de reporter de deux semaines le prochain round : « Ces supposées élections ne sont reconnues par personne aujourd'hui. Les Nations unies ne reconnaissent pas l'existence d'une date concernant des élections qui ont un rapport quelconque avec le processus de négociation déjà en cours. »


Selon elle, ce scrutin annoncé par le gouvernement syrien « est en contradiction flagrante avec le processus des discussions fondée sur la résolution 2254 du Conseil de sécurité de l'Onu », votée fin 2015 et qui prévoit un processus mettant en place « dans les six mois une gouvernance crédible, inclusive et non sectaire », les modalités d'une nouvelle Constitution et « la tenue, dans les 18 mois, d'élections libres et régulières ».

Il est donc évident, selon Mme Kodmani, que « le régime syrien tergiverse pour gagner du temps ». D'où la nécessité, selon elle, de faire pression sur Damas pour aboutir à un résultat : « Sans une pression russe sur le régime, il y aura peu d'espoir pour avancer dans ces discussions lors des prochaines séances. »

 

Pour mémoire
Basma Kodmani à « L’OLJ » : De l’importance du soutien des chrétiens du 14 Mars à la révolution syrienne...

Bassma Kodmani à « L’OLJ » : Le Liban n’est pas un pays très sûr pour les réfugiés syriens

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

LA TABLE RONDE

Je pense que supplier le héros Bashar peut encore faire de l'effet.

On a essayé une méthode qui a foiré 5 ans durant ' quand les huluberlus nous disaient que c'était fini chaque fin de semaine , peut être que la supplication devant le héros Bashar pourrait aboutir.

De toute façon le héros des résistances Bashar El Assad à depuis bien longtemps mangé son pain noir.

Les huluberlus commencent à peine à goûter au leur .
Hahahahahahahaha. .....

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

AVEC LES ACCORDS KERRY,LAVROV,POUTINE DECLARES ET CONFIRMES PAR LES TROIS ET LES DECLARATIONS DE DE MISTURA... REFORMES DEJA AGREES... TOUTES DANS LES NOUVELLES DES T.V... ON SAIT DEJA QUE LE PEUPLE SYRIEN EST CELUI QUI VA RIRE BIEN ET FORT LE DERNIER !!! L,INIQUITE N,A JAMAIS EUT RAISON SUR LE DROIT NULLE PART DANS LE MONDE... LE DROIT FINIT TOUJOURS PAR VAINCRE...

M.V.

De Mistura , met la charrue avant les bœufs ...! En voilà un encore atteint du syndrome du printemps arabe anxiogène ...! comment parler transition ...tant que Daech , A Nosra and Co. ne seront pas neutralisé...c'est du pipeau onusien dangereux...

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Sommet de Helsinki : le Liban attend aussi...

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué