X

Liban

Dans la décision de Riyad, un « double message à l’Occident et aux alliés du Hezbollah »

La situation
25/02/2016

Les mesures des pays du Golfe contre le Liban font suite au récent durcissement de la stratégie de l'Arabie dans la région. Ces mesures ne signalent pas un début de retrait saoudien du terrain libanais, ni une résignation à l'influence iranienne sur un terrain qui ne serait pas prioritaire. Elles font suite, au contraire, à une décision de rompre le laisser-faire de l'Arabie, qui s'était d'ailleurs fait sentir au niveau de la présidentielle – Riyad ayant fait preuve d'une relative passivité à l'égard du soutien de deux candidats du 8 Mars par des composantes du 14 Mars.

« L'Arabie ne se retire pas du Liban », affirme ainsi l'écrivain et journaliste saoudien Jamal Khachokji à L'Orient-Le Jour. Il explique que « l'Arabie saoudite avait convenu avec les pays de la région, notamment l'Iran, de geler la situation au Liban, afin de lui éviter les retombées de la situation en Syrie ». Or « cette équation est remise en cause maintenant, depuis que l'Arabie saoudite est devenue la seule garante de la stabilité d'un pays devenu un socle d'appui à la politique iranienne, mise en œuvre par le Hezbollah ». « Les routes reconstruites grâce aux donations saoudiennes servent aujourd'hui de voies de passage aux combattants du Hezbollah en Syrie !» fait-il remarquer.

Le journaliste résume ainsi l'état des lieux que l'Arabie entend réajuster. Les récentes mesures des pays du Golfe visent ainsi à renvoyer un double message à l'Occident et aux parties libanaises, un appel à « rompre leur mutisme face au Hezbollah ». « Le message-clé est, il me semble, de ne pas prendre l'Arabie pour acquise », relève le journaliste.

S'agissant d'abord de l'Occident, c'est à la « France, un allié de l'Arabie au Liban », que Riyad reprocherait une souplesse à l'égard du Hezbollah. « La France omet de pointer les violations, par le Hezbollah, des textes constitutionnels et des principes fondateurs du pays, comme le pacte national », relève M. Khachokji. Corollairement, « la presse occidentale omet la question de la participation du Hezbollah aux guerres régionales, et se concentre seulement sur l'État islamique. C'est-à-dire que le monde aujourd'hui observe un mutisme sur l'anomalie qu'est la participation active du Hezbollah dans les conflits secouant la région », ajoute-t-il.

Ce mutisme occidental à l'égard des actes iraniens dans la région serait assimilable au mutisme des parties libanaises, notamment chrétiennes, sur l'influence iranienne grandissante, et pourtant « étrangère au terrain libanais ». « Le Courant patriotique libre (CPL), qui est l'allié du Hezbollah, assure une couverture à un projet qui ne lui ressemble pas. Quel élément commun lie le CPL au wilayet el-faqih ? » s'interroge l'écrivain. Il rappelle que « le Hezbollah représente une minorité au Liban. N'était la couverture chrétienne, il n'aurait pas eu ce pouvoir politique ». L'entente entre le CPL et les Forces libanaises vient-elle renforcer cette couverture ? « Toutes les parties libanaises sont concernées par les récentes mesures des pays du Golfe au Liban », répond-il.

L'objectif immédiat de ces mesures serait de « produire un choc auprès des parties libanaises, mais aussi en Occident ». Il constate ainsi que « la question du Liban et de sa stabilité vient de revenir en force dans les titres de la presse étrangère. Bientôt, ce sera l'implication iranienne dans les conflits régionaux qui sera questionnée dans ces colonnes ».


(Lire aussi : Hariri : Le Hezbollah et ses alliés pensent qu'ils sont plus importants que les États)

 

Cette réaffirmation de la présence saoudienne ne s'accompagne pas encore d'une stratégie clairement identifiée, pour ce qui est du Liban précisément. Selon des lectures libanaises concordantes de la situation actuelle, lorsque le Hezbollah conviendra de débloquer la présidentielle, il le fera sur la base d'un compromis centré autour du gouvernement et de la loi électorale. Ses velléités pour la proportionnelle ayant peu de chances d'aboutir, c'est sur le Conseil des ministres qu'il entendrait « arracher des concessions au courant du Futur » : sa stratégie serait ainsi de neutraliser la présidence du Conseil (perçue comme un appui à l'influence saoudienne), à travers un compromis qui bénéficierait, contre toute attente, d'une couverture sunnite libanaise.
Le courant du Futur pourrait accepter une telle compromission, en partie pour mettre un terme au vide, devenu épuisant. Le compromis autour de la candidature de Sleiman Frangié n'était-il pas un premier pas dans ce sens ?

Mais le chemin vers un compromis, même favorable au Hezbollah, n'est pas encore ouvert. Aucun signe de contacts dans ce sens n'est palpable. Les efforts, menés notamment par le président de la Chambre, de prendre part à la prochaine séance électorale du 2 mars ne sont plus signalés par les milieux concernés. Seul le ministre de l'Intérieur, Nouhad Machnouk, a fait miroiter hier à l'ambassade d'Arabie la nécessité d'« un règlement prochain » de la crise politique générale. Selon nos informations, il s'était rendu la veille en Arabie saoudite.


(Lire aussi : Salam : L'Iran s'est étendu au Liban au détriment de notre souveraineté)


Pour Jamal Khachokji, aucune solution ne serait complète sans un retrait du Hezbollah du terrain syrien. « Cette solution évoquée par M. Machnouk empêchera-t-elle l'expédition de nouveaux combattants en Syrie ? » demande le journaliste. Il est conscient néanmoins du « dilemme » lié au déséquilibre de fait entre la politique iranienne et la politique saoudienne. « L'Arabie saoudite ne peut pas employer la méthode iranienne : elle ne peut pas organiser des attentats, ni utiliser ses services secrets comme l'Iran le fait en Irak ni établir une milice armée », affirme-t-il. Ce que les pays du Golfe entendraient entreprendre au Liban, c'est « de soutenir le Liban dans l'accomplissement de son indépendance (à l'égard de l'Iran) ». Un premier pas dans ce sens serait « d'isoler le Hezbollah ».

C'est pourquoi il serait souhaité que les parties libanaises expriment clairement leurs positions à l'égard de la politique du parti chiite. Ce qui expliquerait la résurgence en force, dans les discours du courant du Futur et des Forces libanaises, de la question des armes du Hezbollah. En parallèle, les parties centristes – Amal inclus – appellent les parties à redéfinir une politique commune qui ne compromette pas les rapports extérieurs du Liban. « Le courant du Futur ne peut assumer seul le projet national de l'indépendance du Liban, lié plus que jamais à l'entité libanaise. L'enjeu est de préserver le pacte de 1943, qui continue de bénéficier, je le pense, de l'appui de toutes les parties libanaises, y compris le général Michel Aoun », conclut le journaliste saoudien.

Dans ce contexte, et pour la première fois depuis le début du dialogue bilatéral entre le Hezbollah et le courant du Futur, le bref communiqué publié à l'issue de la séance d'hier n'a fait aucune allusion à des sujets traités. « Les parties ont passé en revue les développements en cours », s'est contenté de signaler le texte.

 

Lire aussi
Le 8 Mars a laissé passer la chance de propulser son candidat à la présidence, l’éclairage de Philippe Abi-Akl

Le dossier présidentiel relégué au second plan, le décryptage de Scarlett Haddad

« L'attitude criminelle du Hezbollah » contre le Liban pointée du doigt

Joumblatt : Pitié pour la majorité silencieuse !

Rifi appelle le gouvernement à démissionner

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

je me rappelle tres bien et ce avant meme 2000 quand j'etais au sud pour visiter des amis comme des freres (oui des chiites pure hezb) on se connaît depuis qu'on avait l'age de 3 ans en afrique ... dans un dekeneh j'ai demander un coca ET JE VOUS ASSURE QU'A LA PLACE DU CEDRE GRAVER J'AI BU UN COCA (LA MOITIER) CAR J'AI REALISER QU'A LA PLACE DU CEDRE IL ETE GRAVER SUR LE VERRE L'ETOILE DE DAVID MEME MON AMI MON FRERE L'A GARDER ..

FAKHOURI

C'est sûr : pendant que les arabes se mangent la rate, Israel est au ciel de la paix malgré ses anicroches d'attaque au couteau
Tant que les arabes s'affaiblissent, Israel est protégé
Et ce n'est pas le Hezbollah qui sera capable de réduire Israel !!!!

M.V.

J'ai comme l'impression que l'ennemi israélien ... a plus à compter sur les arabes pour ce combattre entre eux ...que contre eux...!

Gebran Eid

TOUT CE MONDE QUI SUIT LE HEZBOLLAH D'UN CÔTÉ ET L'ARABIE SAOUDITE DE L'AUTRE NE VONT PAS TARDER À BOUFFER LEUR LANGUE. EN PREMIER MICHEL AOUN ET SA BANDE. JE NE SAIS PAS SI CETTE FOIS- CI MICHEL AOUN VA RÉUSSIR À PRENDRE LA FUITE AVEC BASSIL ET TOUTE SA FAMILLE. LE MONDE ENTIER A VU ET A COMPRI QUI EST LE HEZBOLLAH SAUF MICHEL AOUN ET SA FAMILLE. IL A FAIT MAL À NOTRE PAYS ET PIRE QUE SLEIMAN FRANGIEH EN1975. TOUS CES GENS QUI PROFITENT POUR LE MOMENT DE CE MALHEURE VONT PLEURER FORT BIENTÔT.

FAKHOURI

M. Salam
Vos Ministres défilent chez l'ambassadeur de l'Arabie Saoudite comme des métayers, sans aucune dignité
Vous auriez évité en virant Bassil des AE
Qui nous garantit aujourd'hui la dignité libanaise ?
Même si nous sommes un petit pays...
Vous essayez de faire fonctionner un gouvernement fantôme... Le Hezbollah, lui, est très actif derrière votre dos et n'en a cure de vos décisions
Il contrôle tous les rouages décisionnels du notre pays Il attends dans l'ombre les ordres futurs de son mentor...
Je suis surpris par manque de définition de vos actions prioritaires : élection du Président de la République, nettoyer le Liban de ses ordures...
Vous vous égaré sur les compositions et accords des clans confessionnels
Les clans confessionnels n'apporteront plus rien de constructif au Liban
Vous avez assez d'exemple sous vos yeux :
Saad Hariri qui abandonne Geagea pour Frangié
Geagea pour survivre politiquement se coalise avec le vieillard de 83 ans son ennemi dans le passé
Et Bassil qui est le ver dans la pomme et porte grand préjudice à votre autorité
Je m'arrête là tant il y a des événements négatifs
Face à ces apprentis sorciers, ou est votre programme pour gouverner ce pays?


Pierre Hadjigeorgiou

Qu'ils soient pro-arabes, pro-Iran, ou pro-république mayonnaise, tant que les Libanais musulmans ne changerons pas leurs antiennes Arabophones, Syrianophone ou Persanophone et ne la transforme pas en pure et simple Libanophone, nous n'aurons jamais la paix dans le pays. Maintenant message ou pas, est ce bien ou pas, le faut il ou pas, c'est l'avenir qui le montrera. Mais la tension régionale est montée dangereusement d'un cran la semaine passée et le Liban, jusque la épargné, risque de passer a la casserole si cela continue. Avons nous besoin d’être a nouveau le dindon de la farce? Les Chrétiens pas du tout! A nos concitoyens musulmans de réagir et changer leur attitudes et en particulier le Hezbollah.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

MALHEUREUSEMENT LES CHOSES AU LIBAN... PAR L,INTERVENTION DU HEZB CHIITE DANS LES PAYS ARABES AUX COTES DES CHIITES DE CES PAYS... CONTRE LES SUNNITES... A TOURNE A LA COULEUR RELIGIEUSE LES SENSIBILITES LOCALES...

SOUS LES PAVÉS LA PLAGE

Tant que les ben saoudite resteront enfoncés dans leurs oeillères wahabites ils ne comprendront jamais que le problème au Liban n'est pas religieux.

Il est politique parce que les chrétiens ont compris où veulent entraîner le monde les alliés wahabites et juif voleurs d'Israël.

Avec le hezb ils arrivent pas comment comptent ils faire avec l'occident en plus.

Des doubles messages ! !!! hahahahaaa. ..

On ne veut plus de vous bandes de brutes épaisses ni de votre fric mal acquis.
Vous allez dégager plus vite que prévu.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

L,ECHEANCE A LA GRECQUE DE LA DETTE LIBANAISE N,EST PLUS LOIN... LA GRECE A TROUVE EN LA FAMILLE EUROPEENNE L,OXYGENE DE LA VIE... LE LIBAN N,AURA QUE SA FAMILLE ARABE POUR LUI EN PROCURER... DEUX FOIS CRIMINELS TOUS CEUX QUI SONT RESPONSABLES EN LE DIVISANT INTERNEMENT ET EN L,ELOIGNANT DE SA FAMILLE NATURELLE... DONC DE L,OXYGENE DE VIE ...

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Larijani dans une discussion informelle : Les Américains ont commis une erreur stratégique en tuant Soleimani

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants