Dernières Infos

Irak: reprise de Ramadi à l'EI d'ici à la fin de l'année (ministre)

AFP
19/12/2015

Les forces de sécurité irakiennes, soutenues par les frappes de la coalition internationale, auront repris le contrôle total de la ville de Ramadi au groupe Etat islamique (EI) d'ici à la fin de l'année, a prédit samedi le ministre irakien de la Défense.

"J'ai rencontré (les responsables) du commandement irakien des opérations et ils m'ont confirmé que nous reprendrons toute la ville de Ramadi (aux jihadistes de l'EI) avant la fin du mois", a déclaré Khaled al-Obaidi à Bagdad.

Chef-lieu de la vaste province occidentale d'Al-Anbar, Ramadi, une ville qui s'étend le long du fleuve Euphrate, dans une plaine fertile, avait été conquise en mai 2015 par les jihadistes de l'EI, une défaite cuisante pour l'armée irakienne.

Les forces loyales au gouvernement ont réussi il y a dix jours à reprendre le quartier de Tamim, dans le sud-ouest de cette ville distante d'une centaine de kilomètres de Bagdad. Cette offensive a marqué une avancée importante dans la difficile reconquête des vastes territoires tombés aux mains des jihadistes il y a plus d'un an. "La raison pour laquelle la bataille a duré si longtemps était d'éviter des pertes parmi nos forces ainsi que parmi les civils", a expliqué M. Obaidi, ajoutant qu'il y avait "encore de nombreux civils dans la ville".

Des responsables militaires estiment à environ 300 le nombre de jihadistes toujours présents dans le centre-ville, ces derniers utilisant des tunnels pour se protéger des frappes aériennes de la coalition menée par les Etats-Unis. Ces derniers jours, les combattants de l'EI ont mené vainement plusieurs attaques à la voiture piégée depuis le nord-ouest de la ville pour reprendre le contrôle d'un pont stratégique aux mains des forces irakiennes.

"La ville de Ramadi est désormais totalement isolée et les forces de sécurité irakiennes commencent à mener leurs opérations de nettoyage", a indiqué vendredi le colonel Steve Warren, un porte-parole militaire de la coalition à Bagdad. Selon lui, l'EI a utilisé l'Euphrate, qui traverse Ramadi, pour acheminer des combattants et du matériel militaire dans la ville. Mais la reprise par l'armée irakienne de zones stratégiques de part et d'autre du fleuve a considérablement affecté la capacité d'approvisionnement du groupe jihadiste, a-t-il expliqué.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué