Rechercher
Rechercher

Trois questions à...

« Le Parti socialiste a joué à un jeu très dangereux... »

Jean Bricmont, essayiste belge, auteur notamment de la « République des censeurs » et professeur à l'Université catholique de Louvain, analyse les résultats du second tour des élections régionales en France.

Marine Le Pen, présidente du Front national. Denis Charlet/AFP

L'arrivée en tête du Front national au premier tour des élections régionales dans un contexte où le discours politique est dominé par l'obsession sécuritaire était un véritable camouflet pour le Parti socialiste au pouvoir comme pour les Républicains. Au second tour, il faudra recourir à la pléthore verbale générale anti-FN et les manœuvres stratégiques risquées du PS pour parvenir à contrecarrer le parti d'extrême droite. Cette situation est-elle le signe d'un déficit politique structurel ? Réponses avec l'intellectuel et essayiste belge Jean Bricmont.

Suite à l'échec du Front national à ce second tour, peut-on parler de sursaut républicain ?

Oui, si l'on veut. Ce résultat n'a rien de surprenant. Comme en 2002, nous avons assisté à une mobilisation intense des élites politiques et intellectuelles et des médias pour faire barrage aux candidats frontistes. Nous avons également eu des désistements de la gauche au profit de la droite dans le Nord et dans le Sud, une augmentation du taux de participation, etc. On remarque que le Parti socialiste a joué à un jeu très dangereux puisqu'à l'avenir, il pourrait être amené systématiquement à s'effacer au deuxième tour devant les Républicains. Mais en réalité, il faut surtout voir que l'agitation d'une menace « fasciste » qui viendrait du Front national vise surtout à légitimer les partis traditionnels. Si l'accession au pouvoir du FN est une mauvaise chose, il n'est pas vrai qu'elle engendrerait une dynamique fasciste, c'est une magnification du danger frontiste.

(Lire aussi : Derrière les régionales, l'ombre de la présidentielle)

 

Après cet épisode, risque-t-on d'assister à des réajustements ou des changements réels de ligne politique de la part des états-majors du PS et des Républicains ?

C'est impossible, il ne peut pas y avoir de changement de fond. Ce que l'on a tendance à négliger dans les analyses, c'est que la France n'est plus un pays souverain, elle fait partie de ce grand ensemble qu'est l'Union européenne, elle a perdu sa souveraineté sur le plan monétaire depuis 2002. La France a également réintégré l'Otan sous la présidence de Nicolas Sarkozy, ce qui restreint sa marge de manœuvre et lui impose un ensemble de contraintes, notamment en matière de politiques économique et sociale. Quelle que soient les réformes entreprises, elles s'inscrivent dans le cadre de la libéralisation économique et des politiques de rigueur imposées dans le cadre européen. Aujourd'hui, on constate qu'il n'y a pas de clivage idéologique entre le PS et les Républicains ou de visions politiques antagonistes portant sur un projet de société. Seul le discours reflète une différence entre les partis. Chez certains, il est plus violent dans l'affirmation des valeurs identitaires françaises qui servent à produire du symbolique. En dehors de cela, il n'y a pas d'alternative réelle.

(Lire aussi : Marine et Marion Le Pen, égéries de l'extrême droite qui s'affirme en France)

Quel est le potentiel électoral du FN désormais ?

C'est difficile à dire. Jusqu'ici, le FN n'a jamais remporté de régions, ses conquêtes se jouent sur le terrain des élections municipales. À chaque fois que le FN monte en puissance, une stratégie collective de lutte contre le parti est déployée. Le problème c'est qu'à force de faire de ce parti la menace unique et centrale qu'il faut contrer par le vote utile, sans présenter d'alternative, tous les mécontents finiront à terme par se tourner vers cette formation politique.


Lire aussi

L'avenir est à réinventer, l'édito d'Émilie Sueur

Le beau coup de la diplomatie française, louée tous azimuts...


L'arrivée en tête du Front national au premier tour des élections régionales dans un contexte où le discours politique est dominé par l'obsession sécuritaire était un véritable camouflet pour le Parti socialiste au pouvoir comme pour les Républicains. Au second tour, il faudra recourir à la pléthore verbale générale anti-FN et les manœuvres stratégiques risquées du PS pour...

commentaires (3)

ILS PAYERONT LE PRIX... SI... ILS VONT DORMIR SUR LEURS FAUX LAURIERS...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

14 h 41, le 14 décembre 2015

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • ILS PAYERONT LE PRIX... SI... ILS VONT DORMIR SUR LEURS FAUX LAURIERS...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    14 h 41, le 14 décembre 2015

  • Le grand mouvement ne vient pas des états majors mais des citoyens qui en nombre ont déplacé leur vote de la gauche vers la droite, ce qui s'inscrit dans la suite des manifestations qui du 11 janvier au 13 novembre ont marqué le Pays en profondeur... quant à affirmer que l'adhésion à l'OTAN (discutable en soi) entraînent des contraintes en matière de politique économique et sociale c'est stupide; il vaudrait mieux s'interroger sur les contraintes "OTAN" imposées à notre lutte contre Daech tel notre silence face aux complicités de la Turquie....

    Beauchard Jacques

    13 h 08, le 14 décembre 2015

  • S'il fallait un exemple pour expliquer une victoire à la pyrrhus c'est bien celle là. Les socialistes se sont disqualifiés pour 6 ans dans ces 2 grandes régions du nord et du sud mais surtout ne servent plus qu'à un réservoir de voix aux partis de droite. Si on considère que le combat des droites se fera sur un choix soit sur la mondialisation du lobbyisme soit sur un retour à la souveraineté perdue de la France. Et à ce jeu Marine et le FN ont déjà une bonne longueur d'avance. Et en ce qui nous concerne au MO sarko comme Marine sont les amis de POUTINE L'HOMME FORT DU MONDE MODERNE ACTUEL.

    FRIK-A-FRAK

    12 h 04, le 14 décembre 2015