Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Présidentielle US

Donald Trump, versant américain de Le Pen ?

Le candidat républicain remet les États-Unis à l'heure du nativisme.

Pour certains, Donald Trump (à droite) est devenu l’équivalent de Marine (à gauche) ou de Jean-Marie Le Pen en Amérique. Brian Snyder/Pascal Rossignol/Reuters

Aux États-Unis, l'appellation « Hate-Groups » ne choque plus tellement. Ainsi, le KKK (Ku Klux Klan) est légitime et on peut même y adhérer. Certes, ce groupe est marginal et ne compte que quelques milliers de membres. Toutefois, les principes (suprématie de la race blanche) qui l'ont établi au XIXe siècle prospèrent actuellement aux États-Unis et ailleurs, notamment en France avec la percée du Front national. De même, le Tea Party, ultraconservateur, a aujourd'hui un sénateur, Ted Cruz, l'un des candidats dans la course à l'élection présidentielle.
Tout ceci a pavé la voie au nativisme, ou l'opposition à l'émigration, qui domine cette année électorale. Ce soubresaut est solidement représenté par Donald Trump qui domine le paysage électoral et qui est appuyé par, entre autres, la masse du Parti républicain. C'est là le résultat de huit années d'animosité républicaine systématique vis-à-vis du président démocrate Barack Obama.


(Lire aussi : Trump veut ficher les musulmans aux Etats-Unis)

 

L'islam remplace « l'intrus » mexicain
Alors que Donald Trump veut mettre les mosquées américaines sous surveillance, il se retrouve renforcé dans sa position par la moitié des gouverneurs des États qui, eux aussi, ont pris collectivement cette décision, de même que celle de refuser les émigrés syriens non chrétiens. Les candidats à la présidentielle US Ted Cruz, Jeb Bush et Ben Carson font également campagne dans ce sens.
L'histoire semble se répéter. Ce nativisme, ou refus de l'émigration, reflète le combat de ceux arrivés dans le Nouveau-Monde : les pionniers protestants ne voulaient pas de la vague des Européens catholiques qui les ont suivis, lesquels ont lancé une curie contre les Allemands qui, à leur tour, discriminaient tout ce qui venait d'Europe centrale. En Californie, on s'était élevé contre la venue des Chinois et des Japonais. Aujourd'hui, après les attentats de Paris, les musulmans ont remplacé « l'intrus » mexicain, accusé de dénaturer le tissu social américain. Évidemment, Donald Trump n'a pas inventé ce rejet de l'étranger, mais il l'incarne et réveille chez les fils de l'Oncle Sam cet instinct isolationniste dormant. Selon un expert de l'évolution du modèle de l'émigration, « l'Amérique n'est pas la seule démocratie occidentale à ressentir ce soubresaut, ni la seule à ne pas tirer une leçon du passé. Mais ce phénomène paraît flagrant de ce côté de l'Atlantique car il est contre les idéaux qui s'y cultivent ».


(Lire aussi : Les Etats-Unis devraient fermer certaines mosquées, selon Trump)

 

La menace d'un troisième parti
Pour certains, la radicalisation menée par Donald Trump pourrait être l'annonce de la fin du système des deux partis. En effet, il a toujours affirmé pouvoir mener sa campagne seul, c'est-à-dire sans l'appui du Parti républicain, en tant que candidat indépendant ou... en créant un troisième parti. Dans ce dernier cas de figure, le Parti républicain y laisserait beaucoup de plumes. De plus, la campagne de Trump est rapidement devenue un mouvement axé sur la peur et l'anxiété de l'étranger et des non-Blancs, non loin de la notion de la « White Supremacy » et que rallient les sympathisants néonazis. À ce sujet, l'écrivain américain Barrett Holmes Pitner observe : « Trump copie le modus operandi de la percée de l'extrême droite à travers l'Europe. Il est devenu l'équivalent de Le Pen de l'Amérique – Marine ou Jean-Marie –, choisissez qui vous voulez. » Ce qui n'est pas une bonne nouvelle pour les démocraties libérales de l'Ouest. « Beaucoup d'Américains abhorrent l'arrivée de l'an 2017, écrivait tout récemment le Financial Times, avec le président Trump, le président Poutine et la présidente Le Pen. »

 

Lire aussi
« Si vous pensez que M. Trump ne va pas être le candidat du Parti républicain, cela veut dire que vous fumez quelque chose »

Donald Trump veut renvoyer les réfugiés syriens chez eux

Nouvelle controverse Donald Trump, cette fois sur Obama et les musulmans

Quand Marine Le Pen propose d'"éradiquer l'immigration bactérienne"

La crise des migrants, du pain bénit pour Marine Le Pen ?

Aux États-Unis, l'appellation « Hate-Groups » ne choque plus tellement. Ainsi, le KKK (Ku Klux Klan) est légitime et on peut même y adhérer. Certes, ce groupe est marginal et ne compte que quelques milliers de membres. Toutefois, les principes (suprématie de la race blanche) qui l'ont établi au XIXe siècle prospèrent actuellement aux États-Unis et ailleurs, notamment en France avec...
commentaires (4)

Ou, quand les postfascistes excentriques, racistes et loufoques se retrouvent ! Il ne leur manque que les accoutrements de Clowns, Noirs ou Bruns !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

13 h 28, le 03 décembre 2015

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Ou, quand les postfascistes excentriques, racistes et loufoques se retrouvent ! Il ne leur manque que les accoutrements de Clowns, Noirs ou Bruns !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    13 h 28, le 03 décembre 2015

  • AVEC LA DIFFERENCE NOTOIRE QUE MARINE VEUT UN POUVOIR EN FRANCE PLUS ANCRE DANS SES TRADITIONS CATHOLIQUES ET BLANCHE, ET CA FAIT TOUTE LA DIFFERENCE QU'IL Y A ENTRE UN CHAT ET UN CHIEN . LA GAMELLE DU POUVOIR EN FRANCE SERA RETIREE DES DENTS LONGUES DU CHIEN ! TRUMP EST UN FARFELU QUI NE MERITE AUCUNE COMPARAISON AVEC MARINE .

    FRIK-A-FRAK

    13 h 01, le 03 décembre 2015

  • QUAND L'ABRUTISSEMENT SE REGARDE AU MIROIR... QUE VOIT-IL ? L'HÉBÉTUDE !

    JE NE COMMENTE PAS. JE PARLE AU PEUPLE.

    11 h 55, le 03 décembre 2015

  • "Beaucoup d'Américains abhorrent l'arrivée de l'an 2017 avec : le président Trump!, le président Poutine! et la présidente Le Pen!". Ou, Hitler, Staline, Mussolini ! C'est à dire que l'Histoire se répète toujours, mais la première fois en Tragédie et la deuxième fois en Farce ! Ou, mieux, en dialecte libanais(h) "pur" jus : en masseKharrâh-mascarade ! Sacré MARX KARL, il avait toujours eu raison !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    08 h 53, le 03 décembre 2015

Retour en haut