Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Climat

Les finances de la COP21 dans le rouge

À trois mois de la conférence de Paris, l'Onu pousse un cri d'alarme.

À moins de 100 jours de la grande conférence de l'Onu sur le climat à Paris (COP21), les Nations unies ont averti hier qu'il n'y avait pas assez d'argent pour financer cette réunion mondiale, censée aboutir à un accord contre le réchauffement climatique.
« J'ai le regret de vous informer que nous avons actuellement un déficit de 1,2 million d'euros, juste pour couvrir les sessions prévues à l'ordre du jour », a lancé Christiana Figueres, secrétaire exécutive de la convention cadre de l'Onu sur le climat, à l'ouverture de l'avant-dernière session de négociations à Bonn avant la conférence de Paris. Une ultime session de négociations préparatoires à la COP21 doit se tenir dans la capitale rhénane du 19 au 23 octobre. Il n'y a pas assez « d'argent pour la session d'octobre déjà prévue ou pour la COP21 », a déclaré Mme Figueres, appelant « les pays en mesure de le faire à apporter une contribution ». « La somme dont nous aurions besoin » pour financer les délégations à la conférence d'octobre et la COP21 en décembre « est de 900 000 euros au total », a-t-elle précisé. « En outre, nous avons toujours un déficit de 300 000 euros pour la réunion d'octobre elle-même », a-t-elle ajouté.
La COP21, qui réunira 195 pays du 30 novembre au 11 décembre au Bourget, près de Paris, va tenter d'aboutir à un accord sur les moyens de limiter à 2 degrés le réchauffement climatique par rapport à l'ère préindustrielle. La France doit accueillir un sommet des chefs d'État le jour de l'ouverture de la conférence, afin de donner une impulsion politique aux négociations.
Réunis à Bonn jusqu'au 4 septembre, les négociateurs de l'Onu vont plancher sur un nouveau texte élaboré cet été par les coprésidents des débats. Ce document est censé être plus clair que le précédent mais maintient toutes les options, pour chaque question en discussion. Par ailleurs, les engagements nationaux de réduction de gaz à effets de serre (GES) annoncés jusqu'à présent – une soixantaine de pays responsables de près de 70 % des émissions de GES – ne permettront pas de limiter le réchauffement à 2 degrés. Cette nouvelle session à Bonn s'ouvre sous une pression croissante pour accélérer leur rythme, afin de parvenir à un texte plus concis en entrant dans le vif du sujet.
Le texte en discussion liste les sujet en les répartissant en trois catégories : ceux qui pourraient être inclus dans l'accord définitif de Paris, ceux qui pourraient faire l'objet de décisions spécifiques de la COP21, et les nombreux sujets encore en discussion car les plus épineux. Les délégués ont cinq jours pour réduire le nombre d'options. Une réunion ministérielle informelle, qui avait réuni près d'une cinquantaine de pays en juillet à Paris, avait fait apparaître des convergences sur plusieurs sujets.

(Source : AFP)

À moins de 100 jours de la grande conférence de l'Onu sur le climat à Paris (COP21), les Nations unies ont averti hier qu'il n'y avait pas assez d'argent pour financer cette réunion mondiale, censée aboutir à un accord contre le réchauffement climatique.« J'ai le regret de vous informer que nous avons actuellement un déficit de 1,2 million d'euros, juste pour couvrir les sessions...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut