Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Libye

L’EI dit avoir conquis Syrte et une centrale thermique voisine

Le Parlement libyen mécontent du projet d'accord de l'Onu.

Le drapeau de l’EI flotte sur la centrale thermique près de Syrte. HO/Site Intelligence Group/AFP

Le groupe État islamique a annoncé hier avoir pris la ville de Syrte, dont il contrôlait déjà l'aéroport depuis fin mai, ainsi qu'une centrale thermique voisine, selon le Centre américain de surveillance des sites islamistes Site.
En effet, l'EI province de Tripoli a mis en ligne une série de photos de combattants, affirmant avoir conquis Syrte, ville côtière du centre du pays, après avoir combattu les forces de Fajr Libya, une coalition de milices contrôlant Tripoli.
Après la prise fin mai de l'aéroport par l'EI, le gouvernement libyen reconnu par la communauté internationale avait appelé à l'aide la communauté internationale pour lutter contre ce groupe, avertissant que les jihadistes menaçaient de s'emparer de champs pétroliers proches de Syrte.
Le groupe EI, qui s'est implanté en Libye l'an dernier en profitant du chaos ambiant, contrôlait depuis février de larges zones dans la région de Syrte (450 km à l'est de Tripoli), notamment la localité de Noufliyeh, devenue son fief local.
Selon des responsables à Tripoli, l'EI s'est allié avec des partisans de l'ex-régime de Mouammar Kadhafi pour l'aider à s'emparer des secteurs dans la région de Syrte où se trouvent des champs pétroliers.
La Libye a sombré dans le chaos après la chute en 2011 du régime Kadhafi, et les milices y font la loi. Fajr Libya a poussé en 2014 le gouvernement reconnu par la communauté internationale, ainsi que le Parlement, à s'exiler dans l'est du pays.
C'est dans ce contexte que des discussions ont lieu actuellement au Maroc sous l'égide de l'Onu afin de sortir le pays du chaos.
Le Parlement libyen s'est dit mécontent hier du projet d'accord proposé par l'Onu aux autorités libyennes rivales. Le porte-parole de l'Assemblée reconnue par la communauté internationale, contactée par l'AFP à Tobrouk (Est) où elle siège, a fait état d'un « grand mécontentement du Parlement du projet d'accord » proposé par l'Onu, qui tente d'arracher la création d'un gouvernement d'union nationale. L'équipe de négociateurs du Parlement de Tobrouk a été « rappelée pour consultation » à propos du texte, a précisé Faraj Abou Hachem, et ce Parlement ne sera donc pas officiellement représenté lors de la rencontre prévue aujourd'hui à Berlin avec des dirigeants internationaux. Il n'a néanmoins pas annoncé un retrait des négociations.
Un peu plus tôt, l'émissaire de l'Onu, Bernardino Leon, avait cependant déclaré que la quatrième mouture du projet d'accord, soumise lundi soir, avait été accueillie de manière « positive » par les représentants des deux Parlements rivaux réunis depuis lundi à Skhirat, une station balnéaire proche de Rabat. Publié sur le site de la Mission de l'Onu en Libye (Manul), le projet d'accord prévoit notamment la formation, pour un an, d'un gouvernement d'union, avec la désignation d'un Premier ministre.

(Source : AFP)


Le groupe État islamique a annoncé hier avoir pris la ville de Syrte, dont il contrôlait déjà l'aéroport depuis fin mai, ainsi qu'une centrale thermique voisine, selon le Centre américain de surveillance des sites islamistes Site.En effet, l'EI province de Tripoli a mis en ligne une série de photos de combattants, affirmant avoir conquis Syrte, ville côtière du centre du pays, après...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut