X

La Dernière

La nouvelle garde de Starch : Arida, Najem et Dersahagian

La mode

Depuis sa création il y a quelques petites années, la fondation Starch, incubateur de talents fondé par Rabih Kayrouz et Tala Hajjar, a déjà livré à la scène du design libanais les créatifs les plus prometteurs de leur génération. Entre architectes, designers de produits et créateurs de mode, la couvée 2015 de Starch vient d'éclore. C'est le jeune architecte Élie Metni qui signe cette saison le décor de la boutique éponyme de la fondation.

13/05/2015

Chaque nouvelle promotion de Starch, institution aussi indispensable que singulière, est invitée à exposer ses produits dans la boutique de Saifi Village, au centre-ville de Beyrouth. Mieux, les heureux élus sont guidés à travers le processus de production et de promotion de leurs collections. Un parcours du combattant auquel ne préparent pas forcément des études centrées sur la création. Ainsi, directement proposés à la clientèle, les produits exclusifs de ces jeunes talents font leurs preuves sur tranche et sont promis au succès. Quand on pense que la promotion 2008 a propulsé Rami Kadi, Lara Khoury et Krikor Jabotian, la promotion 2009, Rayya Morcos et Ronald Abdala, la 2011, Marc Dibeh, la 2013, Bashar Assaf, et la 2014, Timi Hayek, pour ne citer qu'eux, cela laisse rêveur.


Voici trois stylistes de la sélection 2015. Ils ont en commun un minimalisme teinté de fraîcheur et de
légèreté.

 

Joe Arida
Ce touche-à-tout est un artiste pluridisciplinaire inspiré par la culture gang et le rap. Sous son label La Terre Est Folle (LTF), il lance une collection sur mesure qui fusionne sport et street wear sur fond de blanc et de transparences. Entre fonctionnalité et sex-appeal sans prétention, cette ligne baptisée Hustler se distingue par des superpositions, des tissus fonctionnels et des codes, tels des numéros en dossards, empruntés aux sports d'équipe. LTF produit aussi des designs textiles que l'on retrouve sur des coussins, des tabourets ou des planches de surf.

 

Nour Najem
Née à Beyrouth, Nour Najem, styliste d'Esmod, a fait son apprentissage chez Élie Saab, Rabih Kayrouz et Caroline Seikali. Sa marque éponyme a été lancée en 2013. Lignes fluides, textures sensuelles et détails subtils s'y opposent à des structures rigoureuses et une géométrie stricte résumant la fusion de l'Orient et de l'Occident. À travers son ONG Kenzah, elle œuvre à promouvoir le travail des artisans locaux. La collection qu'elle donne à voir chez Starch se caractérise par des reliefs origamis à partir d'un module en zigzag.

 

Sako Dersahagian
Ce styliste né en 1990 a obtenu son diplôme d'Esmod Beyrouth avec les honneurs. Après un stage au patron chez Ronald Abdala, il retourne à « son » école pour enseigner cette technique. Son style, très urbain, tend à effacer la distinction hommes/femmes. Son label Ardashes propose un vestiaire asexué, où vert fluo, avec ou sans paillettes, et bleu-indigo chiné pour l'homme claquent sur la fraîcheur d'un coton banc, près du corps ou en volumes généreux.

 

Lire aussi

La mode, un secteur d'avenir pour le Liban?

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Une lecture régionale du « nœud druze »...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué