Rechercher
Rechercher

Dernières Infos

Ukraine: trois monuments aux dirigeants communistes déboulonnés à Kharkiv

Trois monuments aux dirigeants communistes ont été déboulonnés par des inconnus dans la nuit de vendredi à samedi à Kharkiv, grande ville industrielle russophone de l'Est, après l'adoption d'une loi visant à "désoviétiser" l'Ukraine et dénoncée par la Russie.

Les monuments à la gloire de leaders bolcheviques ont été démontés de la même manière par des jeunes gens encagoulés, selon une vidéo disponible sur Youtube de militants pro-ukrainiens de Kharkiv du mouvement Nakipelo ("On en a marre"). Ces derniers escaladaient le monument avec une échelle métallique et fixaient un câble au sommet de la statue qu'ils faisaient tomber en tirant le câble à l'aide d'une camionnette. La police a assisté sans intervenir au déboulonnement d'un de ces monuments dans cette ville de 1,4 million d'habitants, chef-lieu de la région frontalière des zones séparatistes prorusses de Donetsk et de Lougansk.

Les autorités n'ont pas commenté dans l'immédiat ces actes qui interviennent au surlendemain de l'adoption par le Parlement ukrainien d'une loi interdisant "toute propagande communiste et nazie" ainsi que les symboles de ces deux idéologies.

Aux termes de cette loi qui doit encore être promulguée par le président Petro Porochenko, les monuments à la gloire des responsables soviétiques, dont les nombreuses statues de Lénine, doivent être démontées, de même que doivent être rebaptisées les localités, rues ou entreprises dont les noms font référence au communisme. Le texte visant à désoviétiser l'Ukraine est saluée par beaucoup dans cette ex-république soviétique engagée dans un conflit sans précédent avec la Russie qui a annexée en mars 2014 la péninsule ukrainienne de Crimée. Moscou est accusée par Kiev et les Occidentaux d'armer la rébellion séparatiste prorusse dans l'Est que les forces ukrainiennes combattent depuis un an dans un conflit qui a fait plus de 6.000 morts. Selon certains analystes, la loi risque cependant d'exacerber les tensions dans un pays déjà divisé par la guerre.

La Russie a accusé vendredi Kiev d'avoir recours à des méthodes "totalitaires" en adoptant des lois mémorielles pour "désoviétiser" l'Ukraine, au profit d'une idéologie nationaliste qui, selon elle, va pousser le pays "dans l'abîme".

Trois monuments aux dirigeants communistes ont été déboulonnés par des inconnus dans la nuit de vendredi à samedi à Kharkiv, grande ville industrielle russophone de l'Est, après l'adoption d'une loi visant à "désoviétiser" l'Ukraine et dénoncée par la Russie.
Les monuments à la gloire de leaders bolcheviques ont été démontés de la même manière par des jeunes gens encagoulés,...