Rechercher
Rechercher

Libye

Combats entre l’EI et Fajr Libya à Syrte

Des combats ont opposé au cours du week-end des jihadistes de l'État islamique (EI) à des miliciens antigouvernementaux de Fajr Libya à Syrte, dans le centre de la Libye, selon le général Mohammad al-Ajtal, l'un des commandants de cette coalition de milices, en déplorant un mort dans ses rangs. Un responsable local des services de sécurité a ensuite déclaré à l'AFP que « les affrontements avaient pris fin à la nuit tombée », sans donner plus de détails ni fournir de bilan.
Il s'agit des premiers combats à Syrte entre l'EI et Fajr Libya, coalition de milices notamment islamistes, depuis que la branche libyenne de l'EI a pris en février le contrôle de bâtiments gouvernementaux et de l'université dans cette ville située à quelque 450 km à l'est de Tripoli. Après l'entrée en février des jihadistes de l'EI à Syrte, Fajr Libya avait envoyé des renforts pour défendre la ville.
Pour rappel, deux autorités se disputent le pouvoir en Libye : un gouvernement et un Parlement, soutenus par une armée et reconnus internationalement, siégeant dans l'est du pays, et un gouvernement et un Parlement parallèles installés à Tripoli par Fajr Libya, qui s'est emparée en août de la capitale et d'une grande partie de l'Ouest libyen.

Armes à sous-munitions
Par ailleurs, l'ONG Human Rights Watch (HRW) a mis hier en garde les parties en conflit en Libye contre l'utilisation de bombes à sous-munitions. « Il y a des preuves tangibles de l'utilisation de bombes à sous-munitions interdites dans au moins deux endroits en Libye depuis décembre 2014 », a indiqué HRW dans un communiqué. Selon l'ONG, qui affirme se baser sur des entretiens téléphoniques avec des témoins et des photos, des restes de bombes à sous-munitions de type RBK-250 PTAB 2.5M ont été découvertes à Ben Jawad, dans le centre libyen, en février, et non loin à Syrte, en mars.


Des combats ont opposé au cours du week-end des jihadistes de l'État islamique (EI) à des miliciens antigouvernementaux de Fajr Libya à Syrte, dans le centre de la Libye, selon le général Mohammad al-Ajtal, l'un des commandants de cette coalition de milices, en déplorant un mort dans ses rangs. Un responsable local des services de sécurité a ensuite déclaré à l'AFP que « les...

commentaires (0)

Commentaires (0)