Liban

Le Hezbollah contre-attaque et menace de rompre le dialogue

T. A. R. | OLJ
16/03/2015

Cela faisait longtemps que le Hezbollah avait adouci le ton en parlant du 14 Mars et de sa politique, sans pour autant se départir de ses critiques qui sont ainsi restées dans le cadre du politiquement correct. Mais hier, le parti chiite a violemment réagi aux discours qui ont marqué le lancement du Conseil national du 14 Mars et n'a pas hésité à menacer de rompre le dialogue avec le courant du Futur. En quelque sorte, le Hezbollah a considéré que la trêve médiatique qui dure depuis quelque temps a été brisée par certaines allocutions virulentes prononcées samedi au Biel. Deux de ses cadres, le président de son conseil exécutif, cheikh Hachem Safieddine, et le chef de son bloc parlementaire, Mohammad Raad, se sont ainsi déchaînés contre le 14 Mars, dénigrant son action en des termes très peu élogieux, l'accusant notamment de faire le jeu de puissances étrangères.
« Nous nous sommes demandé si ces gens étaient sérieux ou s'ils plaisantaient lorsqu'on a entendu parler de la création d'un Conseil national du 14 Mars. S'ils sont sérieux, c'est qu'ils veulent annoncer le décès du gouvernement au sein duquel ils détiennent la majorité, et s'ils plaisantent, comme à leur habitude – et c'est le plus probable –, nous laisserons l'opinion publique les juger », a asséné Hachem Safieddine lors d'un meeting oratoire à Maïss el-Jabal, au Liban-Sud.
Qualifiant d' « inutiles » les propos tenus samedi par les 14 participants à la réunion du Biel, il a estimé que « les Libanais n'ont connu avec eux que des slogans, des discours creux et des équations fallacieuses. Nous n'avons pas vu d'actes. Si c'est un Conseil national des discours et des slogans qu'ils ont créé, il faut admettre qu'il y en a déjà trop », a-t-il encore dit, en jugeant que l'appellation choisie « inspire l'échec ». Cheikh Safieddine a estimé que « chacun crée quelque chose à son image, et dans ce cas, l'image est celle de l'échec. Le faible s'inspire toujours de l'impuissant. Il est tout à fait normal que celui qui sème du vent récolte du vent. Ce rassemblement a toujours compté sur des forces étrangères qui promettaient de l'aider à réaliser ses rêves et à vaincre la résistance. Et si, à la base, ces forces étrangères, qu'elles soient régionales ou internationales, sont confrontées à des crises, il est normal que leurs ramifications locales soient à leur image et qu'elles ne possèdent que quelques discours inutiles », a-t-il encore asséné.
Selon lui, les Libanais « savent que c'est le sang de la résistance et de l'armée qui a protégé le pays contre les visées takfiristes et terroristes. En revanche, ces gens (le 14 Mars) n'ont d'autre chose à faire que lancer des accusations infondées contre l'Iran, la Syrie et la résistance, ce qui donne une preuve supplémentaire de leur échec qui ne fera que s'accentuer parce que l'Iran est fort et capable, parce que la Syrie vaincra, et parce qu'ils savent que les forces et l'axe de la résistance dans la région sont plus solides et bien plus ancrés qu'ils ne le croient ».

Réviser les engagements
Lui faisant écho depuis Houla, également au Liban-Sud, Mohammad Raad a affirmé être « conscient de ce que certains trament au Liban et à l'étranger. Le slogan du passage à l'État ne nous effraie pas parce que la résistance a vu le jour lorsque l'État n'existait pas encore pour défendre son peuple et sa souveraineté. Sans les victoires de la résistance, les institutions publiques n'auraient jamais repris le chemin du Liban-Sud », a-t-il dit.
Selon lui, le 14 Mars, qu'il n'a pas nommé, « n'a d'autre choix que de tendre la main (à ses interlocuteurs locaux) et à réviser ses engagements parce qu'il n'est pas capable d'attirer le pays vers l'axe auquel il appartient. Ceux-là n'ont pas le droit de dénigrer notre axe parce que nous appartenons à une cause fondée sur la libération, la préservation de la souveraineté nationale et l'édification d'un État capable, fort et juste. À quel clan appartiennent-ils en contrepartie ? Quelle est leur cause et comment la servent-ils ? Est-ce en se tenant aux portes des forces étrangères pour quémander une dignité et des équipements pour l'armée ? N'est-ce pas honteux de laisser les forces régulières sans armes, alors qu'elle sont au cœur d'une guerre contre le terrorisme takfiriste ? » a fulminé le député en accusant certaines figures du 14 Mars de « maintenir le contact avec les terroristes takfiristes ».
« Nous ne voyons pas l'utilité de nous engager dans un dialogue alors que les mauvaises langues continuent de s'en prendre à la résistance et à son projet. Soit nous poursuivons le dialogue dans un climat calme et discipliné, soit nous devons revoir avec qui nous dialoguons, leur volume et leur influence sur leurs rassemblements, leurs blocs parlementaires et politiques. Mais cela ne peut plus continuer. Nous gardons le silence et nous évitons de nous engager dans des polémiques médiatiques. Mais jusqu'à quand peut-on encore jouer aux autruches ? Vous n'êtes plus en mesure de vous cacher la tête dans le sable », a poursuivi M. Raad en menaçant de rompre le dialogue avec le courant du Futur : « Nous nous sommes engagés dans le dialogue pour avoir des échanges de franche explication et pour nous entendre sur des sujets qui peuvent faire l'objet d'une entente. Pourquoi nous insultez-vous ? Cela est inacceptable. Ou bien vous êtes attachés à ce dialogue ou bien que chacun suive son chemin. »

Échange de messages
Cette « flambée de violence » verbale ne risque cependant pas de perturber le rapprochement entre le courant du Futur et le Hezbollah, essentiellement parce qu'elle est destinée à apaiser la rue sunnito-chiite et que cet objectif est important pour les deux camps.
D'aucuns y voient un « échange de messages » ponctuel et considèrent que tout ne doit pas tarder à rentrer dans l'ordre entre les deux formations. La date du 18 mars servira d'ailleurs de test d'intentions pour les uns et les autres. C'est ce jour-là que les représentants du courant du Futur, du Hezbollah et d'Amal doivent se retrouver de nouveau à Aïn el-Tiné pour une neuvième séance de dialogue.
Toujours est-il que face à la virulence de certaines interventions du Biel, le Hezbollah ne pouvait pas ne pas réagir, et sur le même ton. Il le doit à son public, tout comme le 14 Mars ne pouvait pas se situer, également par rapport à son public, en deçà du discours qu'il tient habituellement. Mais la réaction du Hezbollah va aussi au-delà de ces considérations rhétoriques. La formation chiite y a sans doute vu un rapport avec les pressions américaines exercées sur elle par les États-Unis pour amener l'Iran a jeter du lest dans les négociations sur le dossier du nucléaire. Elle craint que le 14 Mars ne soit entré dans le jeu des manœuvres américaines visant à maintenir la pression sur l'Iran. Il y a eu d'abord la diatribe de l'ambassadeur US, David Hale, contre le Hezbollah. Il y a eu ensuite l'affaire des Libanais, pour la plupart chiites, refoulés des Émirats arabes unis à cause de leur présumé soutien à cette formation.
En réagissant de la sorte et en menaçant de se retirer du dialogue avec le courant du Futur, le Hezbollah voulait à son tour faire passer le message suivant : qu'il est capable, lui aussi, de se radicaliser au point de laisser la scène locale exposée aux risques de voir la discorde éclater et au moment où les puissances occidentales n'arrêtent pas de répéter à quel point le maintien de la stabilité est important au Liban.
Le Hezbollah ne manquera pas de faire part de ses craintes et de ses griefs, mercredi, à son interlocuteur.

T. A. R.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ROMPRE... SON SOUHAIT LE PLUS CHER !

Pierre Hadjigeorgiou

Que le Hezbollah rompe le dialogue. Cela ne changera rien a la donne car de toute manière l'actuel dialogue ne fait que retarder une échéance inéluctable qui est la fin du Hezbollah. Le Liban ne sera jamais assujetti a personne et encore moins a l'Iran, alors au lieu de pleurer et pleurnicher sur la soit disant faiblesse de l’armée, si le Hezbollah est un vrai parti Libanais, qu'il remette ses armes a l’armée et celle-ci en aura illico presto et sera forte de facto et a l'instant. C'est pas plus difficile que cela. Mais la question qui se pose franchement est qu'elle mouche l'a pique a Hassouna et ses sbires pour avoir tellement peur d'un congrès qui ne représente que des individus et partis qui prônent la démocratie et la conquête du pouvoir par le vote et non pas par les armes? Est ce la présence de partie civile chiite qui se font de plus en plus nombreuses au sein du 14 Mars? Ou est ce la constatation que ce mouvement au lieu de plier sous les coup de boutoirs n’arrête pas de s’étendre?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

POINT DE DIALOGUE ET DE CHOIX... QUE DE SE PLIER AUX EXIGEANCES ET AUX ULTIMATUMS FAKIHISTES... ILS SONT... TOUT CE QU'IL Y A DE PLUS THÉOLOGIQUEMENT DÉMOCRATIQUE !!!

AIGLEPERçANT

Par contre faut pas fâcher le parti de le résistance comme ça !!!! allez hezb résistant pardonne leur , ils paniquent , ne savent plus à quel saint se vouer , on vient de leur signifier qu'ils étaient hors jeu , bouffés à la sauce piquante "curry" !

Halim Abou Chacra

De chaque mot de cette "flambée de violence verbale" des hauts responsables du Hezbollah suinte arrogance et mensonge. Ils reprochent aux gens du 14 Mars de "parler au nom de leur axe" ! Quel axe? Ne savent-ils pas que les 3/4 des Libanais les considèrent trop ridicules quand ils accusent le 14 Mars "d'appartenir à l'axe USA-Israel" ? Alors que l'intégration de leur Hezb et ses aventures dans le néfaste axe Iran-Assad entraînent au Liban tous les malheurs possibles et imaginables, comme Daech et al-Nosra, de par le "jihad" absurde de ce Hezb en Syrie, uniquement pour sauver la dictature la plus criminelle du siècle, en raison de l'asservissement de cette dictature honnie à l'empire perse.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Le héZébbb en fait est contre la Cédraie. Il est 1 simple édition d'1 bääSSyrien indigène. Pour ce qui est du retour du 14 Mars, tout a bien été. Sous cette pression, l’espoir renaît. Ce courant 14 au Biel a été consolidé. Les passe-droits fakîhàrieniques seront abolis. Les intrigants et autres talus fakîhàRiens sont intimidés. Des mesures énergiques sont prises pour booster cette 14 Sanité. Les anthracites ont commencé, sinon à sympathiser avec le nouvel ordre de choses 14 Sain, du moins à le subir. Le come back de la Cédraie a eu derechef du retentissement à Tébbnîne et à Sakssakïéh, où les 14 Sains sont de + en + forts. Mais des mulets noircis et enturbannés de là ou de Dâhïyéééh risquent de tout encore gâter. Appartenant au coinnisme chïïtique strict, ont assez d'influence pour fourvoyer la 14 Sanité. Leurs "mollâââhs" de pacotille balancent encore leurs + folles énormités et analogues stupidités. Faut dire que le fait même qu'1 Tonnerre à Rien chevrier vient se prétendre "digne" d’1 Tabblïyéééh, suffit pour faire l'opinion Saine, tourner. Quant à l’hassine grimpion, l’omelèèètte de Nabääh, il se conduit lui et comme 1 lâche et comme 1 inepte. Ces "personnes" vont quitter direct le devant de la scène après leur échec. Toutefois, le héZébbb amer préfère encore la ré-annexion bääSSyrienne à la victoire d'1 14 Sain éhhh. Ceci de la plume même d’on ne sait qui, mais à scruter le style et la manièèère, l’intellectuel "Safie-vide" peut en être surely l’auteuuur ébaubi.

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

L’ennemi n° 1 (des Libanais)

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants