Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Ici et maintenant

(In)soumission

« Je n'avais aucun projet, aucune destination précise ; juste la sensation, très vague, que j'avais intérêt à me diriger vers le Sud-Ouest ; que, si une guerre civile devait éclater en France, elle mettrait davantage de temps à atteindre le Sud-Ouest. Je ne connaissais à vrai dire à peu près rien du Sud-Ouest, sinon que c'est une région où l'on mange du confit de canard ; et le confit de canard me paraissait peu compatible avec la guerre civile. Enfin, je pouvais me tromper. »

Michel Houellebecq

Journaliste(s). Quelle drôle d'idée. Quoi qu'ils fassent, quelle que soit leur aire de je(u), qu'ils parlent de mode, de sport, d'environnement, peu importe, il y aura du politique dans leur geste, dans leur trajectoire, dans leur dynamique. C'est ainsi : un journaliste n'est pas seulement un passeur, une courroie de transmission, mais il est aussi ce pont entre (au moins) deux rives, ce paratonnerre ; il est aussi, surtout, pour le consommateur : lecteur, téléspectateur, auditeur..., ce double qui va, qui dit, qui fait, donc qui vit, ce Jekyll qui se lâche, stylo, crayon, clavier, micro ou caméra aux doigts, quand les Hyde n'osent pas – l'exutoire catharsistique le plus abordable, le plus concret.
Ce n'est ni hallucinant ni affreux que l'attaque terroriste contre les locaux de Charlie Hebdo à Paris et l'exécution de quelques-uns des journalistes les plus brillants qui soient aient bouleversé la France et le monde bien plus, par exemple, au hasard, que l'hécatombe, également terroriste, de Pechawar il y a quelques semaines, celle qui avait emporté d'un coup 132 enfants. La mort, l'assassinat d'un enfant, est du ressort du monstrueux, de l'indicible. Sauf que dans la fusillade du 10 rue Nicolas-Appert à Paris, c'est moins la mort d'une douzaine d'hommes qui a chaviré la planète que le crime immonde perpétré contre une corporation qui défend chaque jour, avec plus ou moins d'intelligence, le fantasme universel absolu et ultime : la liberté de pensée et d'expression.
Pauvre André Malraux. S'il savait que sa prédiction, si tant est qu'elle ait été la sienne, d'un XXIe siècle qui sera religieux ou qui ne sera pas allait résonner de cette manière... (Avant-)hier, le fondamentalisme chrétien était une plaie. Aujourd'hui, il amuse Dan Brown et quelques autres. Aujourd'hui, c'est l'hypercancer bicéphale du fondamentalisme juif (le sionisme et ses lobbies) et musulman (l'islamisme, chiite puis sunnite) qui (dé)fait la planète. Deux métastases qui se nourrissent l'une l'autre, qui avaient pris l'habitude de s'attendre pour progresser, pour dynamiter et se dynamiter l'une l'autre, mais qui se retrouvent désormais, le plus souvent, à se regarder, haletantes, en chiennes de faïence.
On dirait que la France, point d'intersection géographique et creuset historique de toutes les libertés, donc de tous les racismes et de toutes les phobies, est en train de découvrir à la fois et son génome et ses mutations. Un œil encore un peu torve s'était entrouvert avec l'affaire Mohammad Merah. Les deux se sont écarquillés après l'horreur absolue de ce déjà 7-Janvier français. On dirait que la France n'est plus myope, ni astigmate ; on dirait, pour la première fois depuis l'accouchement en mondovision de l'État islamique, qu'elle commence, lentement, à comprendre qu'elle pourrait se libaniser. Qu'elle pourrait entrer en guerre. De dedans : civile, la guerre. Communautaire, confessionnelle. Et plus si blanche que cela.
Si l'assassinat de ces crayons de génie qu'étaient Cabu, Wolinski, Charb, Tignous et les autres devait servir à quelque chose, ce ne serait pas à fabriquer cette union nationale génétiquement éphémère et presque mort-née avec la polémique autour de la participation ou pas du Front national au rassemblement républicain de dimanche, mais bien plutôt à une véritable dé/restructuration du traitement de la maladie. Les responsables et les autorités religieuses de France ne peuvent plus concevoir leur vision, leur appréhension et leurs (ré)actions face à l'islam (de France, déjà...) comme ils le faisaient avant le 7 janvier 2015. Parce que tous les musulmans sont absolument loin d'être des islamistes mais que la minorité d'islamistes est musulmane – naturellement. Parce qu'à la pédagogie (tu n'aimes pas Charlie Hebdo alors utilise-le pour ramasser les crottes de ton chien ou nettoyer la litière de ton chat, sans menacer, sans tuer qui que ce soit) et au bon sens (l'amalgame, tous les amalgames sont justes insupportables), il faut désormais adjoindre une fermeté, une intransigeance définitives, une rigidité politique, judiciaire, culturelle et morale ignifugée : vivre en France, c'est obéir à ses lois, toutes ses lois, loin, si loin, on ne le répétera jamais assez, de ce protofascisme marshmallow et bleu marine, loin de ces relents pseudo-intellos des Zemmour en tout genre qui iraient jusqu'à épingler une étoile verte aux Français musulmans avant que de les dé/remporter chez eux.
Cette ré-vision, cette ré-évolution, cette intransigeance, la France la doit d'abord à l'immense majorité de ses citoyens de confession musulmane. Il se fait aujourd'hui, (mal)heureusement, que seul le Parti socialiste pourrait l'accomplir, la légitimer, avec le moins de dégâts possible. Encore faudrait-il qu'il le veuille et qu'il sache s'y prendre.


« Je n'avais aucun projet, aucune destination précise ; juste la sensation, très vague, que j'avais intérêt à me diriger vers le Sud-Ouest ; que, si une guerre civile devait éclater en France, elle mettrait davantage de temps à atteindre le Sud-Ouest. Je ne connaissais à vrai dire à peu près rien du Sud-Ouest, sinon que c'est une région où l'on mange du confit de canard ; et le...

commentaires (7)

Dans un entretien en date du 7 août 2014 accordé à nos confrères d’i>Télé, le bienfaiteur et défenseur de la paix Benjamin Netanyahou, que ses proches surnomment Bibi, avait prophétisé les attentats terroristes qui allaient se dérouler en ce jour tragique de la tuerie chez Charlie Hebdo, le 7 janvier 2015.Bien avant tout le monde, le Premier ministre de la seule "démocratie du Moyen-Orient" et de l’armée la plus "morale du monde", nous avait mis en garde contre le "terrorisme palestinien" et de ses répercutions en France. Un pur visionnaire. Ce n’est pas la bataille d’Israël, mais votre bataille, c’est la bataille de la France, parce que c’est la même bataille, s’ils réussissent ici, et si Israël est critiqué et pas les terroristes [les résistants palestiniens à qui on a volé leurs terres], et bien si nous ne sommes pas solidaires, cette peste du terrorisme viendra chez vous. C’est une question de temps, elle viendra en France. Si vous n’êtes pas solidaire d’Israël, maintenant, et bien cette tyrannie, ce terrorisme, vous [la France] les connaîtrez aussi. A mediter !

FRIK-A-FRAK

14 h 32, le 09 janvier 2015

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Dans un entretien en date du 7 août 2014 accordé à nos confrères d’i>Télé, le bienfaiteur et défenseur de la paix Benjamin Netanyahou, que ses proches surnomment Bibi, avait prophétisé les attentats terroristes qui allaient se dérouler en ce jour tragique de la tuerie chez Charlie Hebdo, le 7 janvier 2015.Bien avant tout le monde, le Premier ministre de la seule "démocratie du Moyen-Orient" et de l’armée la plus "morale du monde", nous avait mis en garde contre le "terrorisme palestinien" et de ses répercutions en France. Un pur visionnaire. Ce n’est pas la bataille d’Israël, mais votre bataille, c’est la bataille de la France, parce que c’est la même bataille, s’ils réussissent ici, et si Israël est critiqué et pas les terroristes [les résistants palestiniens à qui on a volé leurs terres], et bien si nous ne sommes pas solidaires, cette peste du terrorisme viendra chez vous. C’est une question de temps, elle viendra en France. Si vous n’êtes pas solidaire d’Israël, maintenant, et bien cette tyrannie, ce terrorisme, vous [la France] les connaîtrez aussi. A mediter !

    FRIK-A-FRAK

    14 h 32, le 09 janvier 2015

  • Completement decu par cet entetement a vouloir toujours associer (indirectement Israel et les Juifs) "fondamentalisme Juif". Dans le monde entier TOUS les actes terroristes sont le fait d'un Islam fondamentaliste, du Moyen-Orient a l'Afrique a l'Asie (Chine, Philippine, Indonesie etc), et maintenant en Europe. Tant la soit-disant Majorite silencieuse Musulmane restera silencieuse, cela continuera de plus en plus bel.....Pauvre Islam qui a ete kidnappe. Pourtant El-Sisi a bien eu le courage de demander une reflexion a ce sujet. Mais sera-t-il entendu?????

    IMB a SPO

    12 h 53, le 09 janvier 2015

  • Le profane raconte que sa transformation sectaire a été le fait du dévot intégriste. Lorsqu’il avait été embobiné, il avait déjà conscience de sa dégradation ; et que l'éducation du dévot ne lui ait pas fait comprendre qu’il avait été + coupable que malheureux ! C'est à lui qu'il doit d'avoir échangé la conscience humaine, supportable de sa dégradation, contre la conscience sectaire, insupportable d'1 abjection infinie. Puisque la conscience du bien et du mal devait lui être si funeste, que ne le laissait-on à son sort ! Si on ne l'eût pas arraché à l'infamie, les coups l'eussent tué et il serait mort dans l'ignorance d'une "pureté" qu’il regretterait. Pour le dévot sans cœur, la nature la + généreuse n'eût-elle été plongée qu'1 jour dans la fange d'où il l’a tiré, en garde 1 stigmate ineffaçable. Le profane fut blessé par cette mielleuse malédiction, qui montre qu’il devait surely désespérer. Le chenu lui réplique que s’il devait désespérer d'effacer cette page désolante, il devrait espérer en la miséricorde. Ici-bas, remords-expiation ; là-haut, félicité ! Mais le profane n'est pas si simple d'esprit pour se laisser consoler par cette félicité. Et il s’écrie pitié, pour lui le si béjaune ! Et là, la sophistique hypocrite du dévot atteint son comble, car ce n’est qu’1 bonheur pour le profane à qui le sectarisme envoie ces "salutaires" remords : le sectarisme ne l’a laissé dans la voie mauvaise, que pour lui réserver la récompense éternèèèlle due, yâââï, à l'expiation !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    11 h 09, le 09 janvier 2015

  • Le béret d’ici raconte sa vie. Il s'accuse d'avoir, de sa source de figues, dépensé en inepties et en bêtises les millions d’USD per(s)cés qu'il avait aumônés, au lieu de trouver 1 véritable travail. Mais se justifie, comme quoi il n'avait nobody pour le conseiller sauf ces bääSSyrianisés. Il devient mélancolique en se ressouvenant de sa vie : le jour où il s'est "remis" à ces "tenanciers Per(s)cés. Depuis, c'est la first fois qu'il se rappelle ces pathétiques mésaventures. Le fait est que ça le chagrine de regarder derrière lui, et que ça doit être bon d'être "honnête : Honnête" !? Yâ allâh, et avec quoi veux-t-on qu’il soit "honnête" ? Il déclare qu'il n'est pas pleurnicheur, mais que sa situation est triste et que ça n'est pas gai. Mais, à l'opposé du "repentir classique", mahééék, finit par énoncer, au sujet du passé, ce principe d'1 homme chïïtique fort : "Ce qui est fait, est fait." ! Le béret considère sa catastrophe non comme 1 expression de lui, mais comme 1 triste sort qu'il n'a pas mérité. L’infortune peut changer. Il y croit ferme le pâmé, yâ hassértéééh ! Le bien et le mal, dans la conception du béret, ne sont pas des abstractions morales. Il est bon car il croit qu’il n'a pas fait de mal à 1 chïïte, et qu’il a toujours fait des pieds et des bérets pour son entourage chïïte. C'est sa situation qui n'est pas bonne, car remplie de tourments takfiristo-hébraïques. C'est à sa "propre" nature qu'il mesure sa situation catastrophique, et non pas.... à l'idéal du bien.

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    10 h 04, le 09 janvier 2015

  • RÊVER... MAIS NE PAS LAISSER SON RÊVE DEVENIR SON MAÎTRE !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 36, le 09 janvier 2015

  • "Cette intransigeance, il se fait aujourd'hui que seul le Parti socialiste pourrait l'accomplir, la légitimer, avec le moins de dégâts possible. Encore faudrait-il qu'il le veuille et qu'il sache s'y prendre." ! Tout à fait vrai, Monsieur Makhoul, sans oublier ; peut-être ; Alain Juppé.... s'il est élu en 2017. Il faudra beaucoup.... "prier" !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    07 h 16, le 09 janvier 2015

  • "Vivre en France, c'est obéir à ses lois, toutes ses lois" ? A mon humble avis -et comme toujours avec ma franchise habituelle et bien intentionnée- les autorités françaises devraient commencer par une vérification de ce qui se passe dans les mosquées en termes de prêches de certains imams de ces lieux de culte. Car ce sont certains de ces derniers qui inculquent, surtout aux jeunes musulmans, le fanatisme le plus exécrable qui les mène tout droit au refus de l'intégration dans la société qui les a généreusement accuellis et conduit les plus excités et déséquilibrés d'entre eux directement au crime abject. C'est un exemple que la France donnerait à toute l'Europe qui souffre de ce même mal. Qu'attendre comme résultat si dans certaines mosquées de France il y a des imams semblables à ceux des pays de ce Proche-Orient maudit qui prêchent la haine et la subversion de la société à longueur de sermons ? Pour plus de franchise encore, des français et des européens peuvent venir voir ce qui se passe, en ce sens et de tous les côtés, dans un pays appelé Liban.

    Halim Abou Chacra

    05 h 57, le 09 janvier 2015

Retour en haut