Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Quatre questions à

« L’attaque contre “Charlie Hebdo” provoque des ondes quasi sacrées »

Olivier Roy, politologue français, spécialiste de l'islam, et depuis septembre 2009 professeur à l'Institut universitaire européen de Florence, où il dirige le Programme méditerranéen.

Archives AFP

L'OLJ: Tous les pays de la Ligue arabe ont fermement condamné l'attentat. L'Iran a toutefois jugé que « ces actes étaient provoqués par les mauvaises politiques et les deux poids, deux mesures face à la violence et à l'extrémisme ». Pourquoi les réactions de ces pays semblent toujours être en demi-teinte ?
O.R.: L'Iran est véritablement dans son rôle, en affirmant cela dans son communiqué de soutien. Quant aux autres pays, ils ont réagi de manière très formelle sans faire d'analyse plus subtile. Il faut rappeler que dans beaucoup d'entre eux, comme en Arabie saoudite, il y a eu des demandes à l'Onu de plainte pour « diffamation des religions », à la suite des publications des caricatures de Charlie Hebdo. Donc, aujourd'hui, deux possibilités s'ouvrent à ces pays : soit ils font comme l'Iran, avec son air de « On vous l'avait bien dit », mais ce serait trop mal venu au moment où la coalition est engagée dans une lutte envers l'État islamique, soit ils s'uniront à elle plus tard, dans ce même combat.

 

Quelles peuvent être les perceptions du monde arabe de cet événement ? Est-ce que le modèle de liberté de pensée de la France s'est effondré sous ses yeux ?
Il y a un paradoxe intéressant à souligner qui est que cet événement tragique a provoqué une onde quasi sacrée : sacralisation des protestations, annonces gouvernementales très solennelles, minute de silence quasi religieuse – surtout venant d'un journal antireligieux... Dans les pays arabes, il y a une demande de liberté de pensée, mais pas de sacralisation. Ça s'inscrit dans un cadre plus général des droits de l'homme. Le modèle de liberté ne s'est pas effondré aux yeux du monde entier. Il va aller de pair avec la remise en cause du « politiquement correct » et la parole va être de plus en plus libre.

 

Est-ce que les Arabes de France vont s'unir comme on l'a vu avec le hashtag #notinmyname, vont-ils aller au-delà et manifester ardemment pour que l'amalgame musulman/terroriste ne s'intensifie pas ?
Bien entendu. L'épicier du coin de la rue qui n'a jamais lu le Coran ne va pas accepter qu'on tue des innocents au nom de l'islam. De même, les intellectuels musulmans vont devoir faire face à une dénonciation systématique de l'islam radical. D'autant que l'on assiste à des positions ambiguës de certains comme l'écrivain Abdelwahab Meddeb, qui se dit athée musulman.

 

Quelles conséquences cet événement peut-il avoir sur les musulmans vivant en Europe et dans le reste du monde ?
On a vu le phénomène exploser ces jours-ci en Allemagne avec Pegida (Patriotes européens contre l'islamisation de l'Occident ), et les manifestations qui reflètent un problème d'immigration sous-jacent. L'amalgame risque en effet de s'étendre un peu partout, car il touche des milieux pourtant plus prudents. Même le FN a dénoncé l'islamisme et non « l'islam » car cela signifierait stigmatiser une partie de la population qui est désormais française. Alors bien sûr, il y a beaucoup de non-dits avec par exemple l'affirmation que « tout musulman est un terroriste en puissance »... L'absurdité va encore plus loin avec Éric Zemmour qui souhaite que la France envisage le retour des populations arabo-musulmanes vers leur pays d'origine, sans toutefois parler de « déportation » pour des raisons qui lui sont évidemment propres.

 

Lire aussi

La France en guerre, mais contre qui/quoi ?

Des Européens inquiets d'un risque d'"islamisation" et d'une perte d'identité

Joumblatt : Il est indispensable pour les musulmans de s'intégrer dans les sociétés vers lesquelles ils émigrent

 


L'OLJ: Tous les pays de la Ligue arabe ont fermement condamné l'attentat. L'Iran a toutefois jugé que « ces actes étaient provoqués par les mauvaises politiques et les deux poids, deux mesures face à la violence et à l'extrémisme ». Pourquoi les réactions de ces pays semblent toujours être en demi-teinte ?O.R.: L'Iran est véritablement dans son rôle, en affirmant cela dans son...

commentaires (1)

Puisqu'on est dans la liberte de s'exprimer dans la caricature , une belle circule sur les reseaux des resistants aux salafowahabites allies des sionistes d'israel , on voit hollandouille regardant les terroristes attaquer le journal et dire " c'est un acte d'une exceptionnelle barbarie " , ce a quoi Bashar president elu victime du complot ourdi par l'occicon lui repondre " c'est pas ce que tu dis quand tu les envoies chez moi" .

FRIK-A-FRAK

14 h 09, le 09 janvier 2015

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Puisqu'on est dans la liberte de s'exprimer dans la caricature , une belle circule sur les reseaux des resistants aux salafowahabites allies des sionistes d'israel , on voit hollandouille regardant les terroristes attaquer le journal et dire " c'est un acte d'une exceptionnelle barbarie " , ce a quoi Bashar president elu victime du complot ourdi par l'occicon lui repondre " c'est pas ce que tu dis quand tu les envoies chez moi" .

    FRIK-A-FRAK

    14 h 09, le 09 janvier 2015

Retour en haut