Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde

Raids de l’armée de l’air sur Raqqa : 63 morts au moins

Au moins 63 personnes, en majorité des civils, ont été tuées hier dans les raids les plus meurtriers de l'armée de l'air syrienne jamais effectués sur la ville de Raqqa, fief de l'État islamique, a affirmé une ONG.
« Parmi les 63 morts figurent au moins 36 civils. Il y a également 20 corps non identifiés qui peuvent être ceux de civils ou de jihadistes, ainsi que des lambeaux de corps de sept autres personnes », a indiqué à l'AFP le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane. Selon lui, la zone industrielle de Raqqa a été la cible de deux raids aériens. « À la suite du premier raid, les gens ont accouru pour secourir les victimes et c'est à ce moment-là que le second s'est produit », a expliqué M. Abdel Rahmane. Par ailleurs, des vidéos diffusées sur Internet par des militants de Raqqa montrent des corps ensanglantés gisant dans une rue à proximité de l'un des sites visés, alors qu'une ambulance se précipite sur les lieux.
Raqqa est le seul chef-lieu de province que contrôle le groupe extrémiste sunnite EI depuis son apparition en Syrie au printemps 2013, et la ville est devenue son bastion. Raqqa a été pendant plusieurs mois épargnée par les frappes du régime, qui a cependant commencé en été à mener des raids sur les positions de l'EI dans le nord et l'est de la Syrie. Selon les militants, la plupart des victimes sont des civils.
De plus, le groupe terroriste a aussi annoncé hier avoir décapité en Syrie un membre de la minorité ismaélienne, un courant de l'islam chiite, l'accusant d' « apostasie ». L'EI a publié des photographies de l'exécution. L'une d'elles montre la victime, dont le nom n'a pas été diffusé, agenouillée tandis qu'un jihadiste brandit un sabre au-dessus de sa tête. « C'est ce qui attend tous les apostats », proclame une pancarte manuscrite placée sur le corps de la victime dans un autre cliché.
L'EI a également lapidé hier deux jeunes hommes de 20 et 18 ans en affirmant qu'ils étaient homosexuels. Ce sont les premières exécutions pour ce motif commises par cette organisation, a indiqué une ONG. « L'EI a lapidé à mort aujourd'hui un homme » de 20 ans « en disant qu'il était gay », à Mayadine, dans la province syrienne de Deir ez-Zor (Est), a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). L'EI a affirmé avoir trouvé sur son téléphone portable des vidéos le montrant « pratiquer des actes indécents avec des hommes », selon la même source. Des militants sur les réseaux sociaux ont affirmé que les deux hommes tués étaient des opposants à l'EI et que le groupe avait utilisé leur prétendue homosexualité comme prétexte pour les tuer.

Au moins 63 personnes, en majorité des civils, ont été tuées hier dans les raids les plus meurtriers de l'armée de l'air syrienne jamais effectués sur la ville de Raqqa, fief de l'État islamique, a affirmé une ONG.« Parmi les 63 morts figurent au moins 36 civils. Il y a également 20 corps non identifiés qui peuvent être ceux de civils ou de jihadistes, ainsi que des lambeaux de corps...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut