Rechercher
Rechercher

Culture - Beirut Street Festival

Spectacles primés dans la rue beyrouthine

Danse contemporaine et jongleries métaphysiques venues de France et d'Espagne sont au programme de la deuxième semaine du BSF.

Boris et les planches !

À Hamra, à Zeytounay Bay, au Centre Dunes, dans le jardin de Sanayeh... Le Beirut Street Festival cueille les passants des places publiques beyrouthines le temps de représentations parfois ludiques, parfois festives, mais donnant souvent, dernière les apparences divertissantes, des réflexions pertinentes sur les temps actuels. Allez, un effort, ne ratez pas les deux prochains spectacles, présentés chacun deux jours de suite.
Aujourd'hui, mercredi, à 14h, place Ajami, dans le centre-ville, la compagnie Hurycan présente Te Odiero#1. Demain, jeudi, à 17h, dans le jardin de Sanayeh, elle donne à voir Te Odiero #2.
Initié en juin 2011, en résidence dans le Centre chorégraphique de la Gomera, le projet Te Odiero est présenté pour la première fois, quelques mois plus tard, à Madrid. Depuis, la pièce ne cesse de glaner des prix : premier prix du VIIe concours international de danse et arts de la scène de la ville d'Alcobendas ; prix du public et de la critique du XXVe concours chorégraphique de Madrid ; premier prix et le prix du public au XVIIe concours chorégraphique contemporain « Les Synodales », Sens, France ; premier prix et le prix du public lors du VIIe concours international de chorégraphie « No Ballet », Ludwigshafen, Allemagne... La pièce plébiscitée présente deux danseurs explorant la relation du couple. Deux artistes considérant la danse comme un équilibre, un mélange entre identités, corps et actions. Douze minutes qui questionnent la communication élémentaire par le mouvement.
Jeudi 30 octobre à 17h, à Sanayeh, et vendredi 31, à 18h, à Zaytounay Bay, la compagnie Alchymère présente Boris sur les planches. Boris est chercheur en métaphysique. Dans un style de jonglerie servi par « l'effet domino », planches et massues abordent le thème des sciences et de la métaphysique dans une logique absurde.
Boris propose aussi une conférence afin d'enseigner à son auditoire quelques-unes de ses expériences les plus abouties. Le spectacle laisse place à la créativité et à l'imagination à la fois du comédien et des spectateurs, néanmoins quelques apports théoriques seront nécessaires à l'explication des phénomènes observés !
Après quelques réglages nécessaires au bon déroulement du protocole expérimental, Boris entreprend l'une de ses expériences les plus dangereuses : l'expérience 327. Puis l'expérience 118 lui permet d'appréhender le processus d'équilibration dans toute sa complexité. Boris achève enfin sa conférence par l'expérience ultime : la mise en place d'un infaillible chemin d'accès à la Vérité universelle. Bonimenteur à la tchatche intarissable, jongleur et expérimentateur se réclamant de Newton, Einstein ou Copernic, Boris s'amuse avec son public et peut tenir une foule pendant une heure. Suivez-le dans ce solo parfaitement rôdé où, sous le signe du rire et de la complicité, ses improbables expériences scientifiques se transforment en numéros de jonglerie.

Liens vidéo : « Te Odiero » :
http://www.youtube.com/watch?v=Rb9iNq0dadk
« Boris : sur les planches » : www.youtube.com/watch?v=A5NQuzPY09E


À Hamra, à Zeytounay Bay, au Centre Dunes, dans le jardin de Sanayeh... Le Beirut Street Festival cueille les passants des places publiques beyrouthines le temps de représentations parfois ludiques, parfois festives, mais donnant souvent, dernière les apparences divertissantes, des réflexions pertinentes sur les temps actuels. Allez, un effort, ne ratez pas les deux prochains spectacles,...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut