Rechercher
Rechercher

Liban

Le ministère de la Culture répond à l’Apsad

En réponse au communiqué de l'Apsad publié dans L'Orient-Le Jour du mercredi 15 octobre 2014, le ministère de la Culture tient à apporter les précisions suivantes :
« Le ministère de la Culture trouve regrettable que l'Apsad, avec qui il collabore étroitement et efficacement par ailleurs, choisisse la presse pour exprimer publiquement sa désapprobation concernant le projet qu'elle a qualifié "d'extension" du musée national de Beyrouth, sans avoir au préalable engagé un échange d'idées avec un ministère dont les portes sont ouvertes à tous les citoyens et à toutes les associations de sauvegarde du patrimoine, notamment l'Apsad. Ceci aurait sans doute aidé à lever toute équivoque sur le projet élaboré par le ministère de la Culture et la Fondation nationale du patrimoine.
« De plus, le ministère tient à rappeler que toute entreprise relative à un monument historique est assujettie aux articles 21-25 de la décision LR 166/1933 qui régit les antiquités. Le projet concernant le musée national de Beyrouth, qualifié de monument historique, a été soumis à un examen attentif et approfondi de la part de la Direction générale du patrimoine (DGA) qui s'est assurée que le bâtiment principal ne subirait aucun impact et que l'annexe serait une structure totalement indépendante avec une destination complémentaire aux activités du musée. La DGA a alors accordé en toute transparence son autorisation, dans le respect de la procédure des lois et normes en vigueur.
« Le cas des ruines de Baalbeck ne peut en aucune façon être comparé à celui du musée national de Beyrouth puisqu'il s'agit d'un site archéologique classé (patrimoine mondial de l'Unesco) et non d'un monument historique, et qu'il est soumis à d'autres textes et réglementations prévus par la décision LR 166 précitée. L'amalgame est en l'occurrence assez facile et peut induire en erreur les lecteurs.
En conclusion, le ministère de la Culture, en la personne du ministre Raymond Araigi, tient à exprimer son engagement profond et constant pour la sauvegarde du patrimoine national qui doit cependant être promu et mis en relief pour rester vivant et susciter l'intérêt de tous. »


En réponse au communiqué de l'Apsad publié dans L'Orient-Le Jour du mercredi 15 octobre 2014, le ministère de la Culture tient à apporter les précisions suivantes :« Le ministère de la Culture trouve regrettable que l'Apsad, avec qui il collabore étroitement et efficacement par ailleurs, choisisse la presse pour exprimer publiquement sa désapprobation concernant le projet qu'elle a...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut