X

Agenda

Le Lebanon Water Festival, une volonté de structurer les sports aquatiques sur la côte

Sports et loisirs

La troisième édition du Lebanon Water Festival se déroulera du 10 août au 28 septembre. Ses organisateurs – notamment Mme Annette Khoury, qui tiendra aujourd'hui une conférence de presse à ce sujet – poursuivent l'amélioration des structures pour les sports aquatiques le long de la côte.

23/07/2014

« Désormais, en tant que libanais, nous ne sommes plus obligés d'avoir honte quand des sportifs étrangers veulent accéder à des infrastructures de qualité dans le pays. » Annette Khoury est très fière du parcours accompli depuis la création du Lebanon Water Festival en 2012.

Pour cette troisième édition, qui se tiendra du 10 août au 28 septembre, la coorganisatrice de l'événement (avec son père Simon, président de la Fédération arabe de plongée sous-marine) espère poursuivre la dynamique de modernisation des structures de sports nautiques au Liban. Évolution notable par rapport à l'an passé : le festival durera sept semaines, au lieu de trois précédemment, grâce à des conditions de sécurité plus favorables.
Au programme : du jet-ski à Jounieh (9-10 août), du surf à Jiyeh (10 au 20 août), de la planche à voile à Tripoli (24 août), un concours d'apnée à Enfeh (7 septembre), de la photographie sous-marine à Tyr (13-14 septembre) et deux sessions de ski nautique, l'une à Tyr (20 et 21 septembre), l'autre à la Marina Dbayé les 27 et 28 septembre. Le festival est ouvert gratuitement au public, et les participants, environ 300, peuvent être amateurs comme professionnels, libanais comme étrangers. « Pour la première fois, nous avons reçu des candidatures spontanées de Russes, de Croates, d'Américains, d'Égyptiens, d'Argentins, qui souhaitent participer au Lebanon Water Festival ! » s'enthousiasme Annette Khoury.
Le seul centre de plongée flottant au monde est libanais
Pour elle, c'est le signe d'une émulsion réussie, profitable à tout le Liban : « L'organisation de cet évènement offre un capital de structures et de matériel qui permettra au pays d'organiser des compétitions internationales. Ce n'était pas possible depuis la guerre. À partir de 2015, ce sera réalisable, si la situation sécuritaire le permet. » L'organisatrice insiste sur la volonté de conformer les structures sportives aux normes internationales, afin qu'elles soient pérennes. L'investissement financier est lourd, mais nécessaire au niveau de la sécurité (bouées, cordes et matériel homologué). Annette Khoury cite également en exemple la création du seul centre de plongée sous-marine flottant au monde, qui sera utilisé lors de l'épreuve à Enfeh, le 7 septembre.
Cette année, la compétition fait partie intégrante de la campagne Live Love Lebanon lancée fin mai par le ministère du Tourisme, afin de promouvoir, à l'échelle internationale, le tourisme au Liban. « Nous espérons, avec l'aide du ministre Michel Pharaon, restructurer la côte libanaise au niveau sportif et travailler à la dépollution des plages. Le Liban, c'est la mer et la montagne. Mais les années de guerre ont éloigné les Libanais de l'eau. Le Lebanon Water Festival peut créer un engouement qui les en rapprochera », explique Annette Khoury.
Le but ultime des organisateurs est de poser des fondations pour le moment où la situation sera définitivement calme dans le pays et d'ancrer l'événement dans la culture libanaise.

À la une

Retour à la page "Agenda"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : on tourne en rond !

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué