X

Moyen Orient et Monde

Le pape dénonce, critique et s’inquiète

Vatican
OLJ
14/06/2014

Entre l'Holocauste, les mouvements indépendantistes en Europe et la place des jeunes et personnes âgées dans le système économique, le pape François s'est confié au journal catalan La Vanguardia.
Le souverain pontife a d'abord critiqué la réaction des grandes puissances pendant la guerre face à la Shoah et pris vigoureusement la défense de Pie XII vis-à-vis des juifs. Les grandes puissances « connaissaient parfaitement le réseau ferroviaire pour transporter les juifs dans les camps de concentration. Elles avaient les photos. Mais elles n'ont pas bombardé ces lignes de chemin de fer. Pourquoi ? » « Sur ce pauvre Pie XII, on a sorti toute sortes de choses mais on doit se rappeler que d'abord on le considérait comme un grand défenseur des juifs » (jusqu'au début des années 60), a ajouté le pontife. Pie XII « en a caché tellement dans les couvents de Rome et de nombreuses villes italiennes ! Là, dans sa chambre, 42 bébés sont nés, fils de juifs et d'autres persécutés qui avaient trouvé refuge là-bas », rapporte-t-il.

« Prière juive »
Le pape a également condamné le fondamentalisme religieux, et a affirmé que « sa prière est juive » en raison des « racines juives du christianisme : je prie tous les jours l'office divin... avec les Psaumes de David. On récite les 150 psaumes en une semaine ». Il a dénoncé par là même l'antisémitisme et s'est révolté du fait qu'il y ait « encore aujourd'hui des négationnistes de la Shoah ». Le pontife argentin s'est également dit « convaincu que la persécution des chrétiens est plus forte aujourd'hui qu'au cours des premiers siècles de l'Église ».
Le pape s'est ensuite inquiété des mouvements indépendantistes qui se développent en Europe comme en Écosse ou en Catalogne où des référendums d'autodétermination sont prévus dans les prochains mois. « Toute division me préoccupe », a affirmé François, soulignant la différence entre les indépendances menées par d'anciennes colonies qui s'émancipent, comme dans les pays d'Amérique latine, et les séparatismes comme dans le cas de l'ex-Yougoslavie.
Par ailleurs, François a de nouveau critiqué le modèle économique actuel « motivé par la volonté de posséder plus » qui pousse à l'exclusion des jeunes, « les possibilités d'avenir d'un peuple », et des personnes âgées, « la mémoire de ce peuple ».
Enfin, le pape, 77 ans, a affirmé ne pas exclure un jour d'envisager de démissionner comme son prédécesseur Benoît XVI. Il a estimé que Joseph Ratzinger « n'a pas fait une entorse à la tradition », en renonçant à sa charge, le 11 février 2013, au contraire, il « a fait un grand geste, il a ouvert une porte. Il a en fait créé une institution, celle d'éventuels papes émérites (...) Je ferai la même chose que lui, je demanderai au Seigneur de m'éclairer le moment venu, et qu'Il me dise ce que je dois faire. Et je suis sûr qu'Il me le dira ! »
(Source : AFP)

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Nous, sales Arabes...

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Hezbollah entame « la quatrième phase » de son parcours

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué