Liban

Une surenchère politique pour une victoire linguistique

Éclairage
26/02/2014

Même si les réunions se prolongent et même si un accord n'est pas encore officiellement conclu, les milieux politiques du 8 et du 14 Mars s'accordent à dire que la commission chargée de la rédaction de la déclaration ministérielle finira par s'entendre sur une formule acceptable pour tous.

Les milieux du 14 Mars précisent à cet égard que lorsqu'on accepte le plus dur, c'est-à-dire de participer à un gouvernement politique avec des représentants du Hezbollah, après avoir rejeté pendant des mois cette idée, on ne peut pas s'arrêter à des formules linguistiques, qui d'ailleurs ne changent en rien la réalité sur le terrain et n'ont, en fait, qu'une valeur symbolique.

Certes, il est important pour le courant du Futur et ses partisans de ne pas mentionner la fameuse formule « armée-peuple-résistance ». Bien que celle-ci avait été élaborée par l'ancien Premier ministre Fouad Siniora en 2006 et visait à affaiblir le Hezbollah en brisant son monopole sur la résistance contre Israël. À l'époque, c'était un point important dans la destruction de l'image du Hezbollah en tant que force de résistance. Aujourd'hui, c'est cette même formule qu'il faut modifier. D'abord parce que les temps ont changé et ensuite pour dissocier le Hezbollah de l'armée et du peuple, et pour l'isoler sur la scène interne. Le 14 Mars qui a fini par accepter un gouvernement politique, avec le Hezbollah et avec, d'une certaine manière, le tiers de blocage pour le 8 Mars et ses alliés, tout en renonçant à arracher le portefeuille de l'Énergie au bloc du Changement et de la Réforme, a besoin de marquer un point, même symbolique. Il est donc fort probable que la phrase qui sera adoptée mentionnera le droit à la résistance contre Israël sans reprendre la fameuse formule.

Bien que selon des ministres membres de la commission de rédaction de la déclaration ministérielle, le climat pendant les réunions est cordial, le ministre Machnouk intervenant rarement ainsi que le ministre Kataëb Sejaan Azzi. Le seul qui discute chaque détail et prolonge en quelque sorte les débats, c'est le ministre Boutros Harb. Mais, selon un ministre centriste, la surenchère politique est surtout destinée à la consommation populaire et, au fond, tous sont convaincus qu'un accord finira par être trouvé, dans le courant de la semaine. En effet, les pressions internationales sur le Liban ont pour objectif de pousser le pays à avoir un gouvernement en fonction, bénéficiant de la confiance du Parlement pour la réunion du comité de soutien au Liban prévue le 5 mars à Paris. La communauté internationale estime à cet égard qu'il est impératif que le Liban soit représenté à cette conférence par un gouvernement représentatif, soutenant le président de la République qui dirigera la délégation libanaise officielle.


En tenant compte de ces considérations, il semble donc que les ministres n'aient pas une grande marge de manœuvre ni beaucoup de temps. Tout comme le Parlement qui devrait voter au plus vite la confiance au gouvernement, une fois la déclaration ministérielle adoptée. Dans ce contexte, la formule qui sera finalement adoptée devrait satisfaire toutes les parties et permettre au 14 Mars de dire à ses partisans qu'il a remporté une victoire et au 8 Mars de dire aux siens : « J'ai résisté et tenu bon jusqu'au bout. » Même si dans les deux cas, il s'agit d'une victoire et d'une résistance linguistiques.


La réalité, estime un ministre du 8 Mars, c'est que la formule adoptée ne changera rien à la situation sur le terrain. Aujourd'hui plus que jamais, la résistance est une nécessité, d'abord à cause du fait que les fameux équipements attendus par l'armée, dans le cadre du don saoudien, tardent à arriver. Les deux parties ne sont pas encore d'accord sur la nature des armes à livrer à l'armée. Cette dernière réclame par exemple des hélicoptères Gazelle avec des missiles, mais la France est réticente, ainsi que des blindés. De plus, l'armée libanaise est habituée à manipuler des équipements de fabrication américaine. Ses soldats et officiers devront donc subir un entraînement spécial avant de pouvoir utiliser les armes et les équipements français. Tout cela devrait donc prendre du temps.

En attendant, comme l'a dit le secrétaire général du Hezbollah dans son dernier discours, il faut pouvoir défendre le Liban et surtout son indépendance, sa souveraineté et ses ressources pétrolières. Nasrallah s'était ainsi déclaré prêt à déposer les armes lorsque l'armée libanaise sera en mesure de protéger et de défendre le pays. Or, dans le contexte actuel confus et complexe, et avec en plus la menace takfiriste qui la vise désormais, l'armée ne peut pas remplir toutes les missions seule. C'est d'ailleurs la coopération étroite entre elle, le Hezbollah et des services de renseignements étrangers sur le terrain qui est en train de lui permettre d'opérer des coups de filets spectaculaires dans les rangs des takfiristes. Il est donc quasiment impossible, dans cette situation, de ne pas mentionner le droit à la résistance dans la déclaration ministérielle. Les débats actuels et les positions radicales ne sont donc qu'une des surenchères verbales dont la classe politique libanaise est la spécialiste. Elles ne changent rien dans le fond et n'ont aucun impact sur le cours des événements... qui reste tributaire des développements régionaux et en particulier en Syrie.

 

Lire aussi
La commission de la déclaration ministérielle traîne le pas

Le bloc aouniste pour l'adoption au plus vite d'une déclaration ministérielle

 

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

LA TABLE RONDE

J'apprends que c'etait siniora qui avait elabore la formule armee-peuple-resistance , heureusement vous etes la Scarlett , ca eloigne notre ignorance des dossiers importants du pays . Cette negociation pied a pied des forces de la resistance face a l'incompetence ne peut pas etre qu'un detail , les symboles sont importants et l'avenir du pays depends d'une virgule , le laisser aller des gouvernements precedents ne devraient plus etre la regle , il faut etre rigoureux dans les principes , parce qu'en face c'est pas des enfants de choeur , il leur faut plus que des declarations semantiques pour les eradiquer de notre pays , il faut un veritable engagement national et populaire , et on ne peut pas compter sur l'irresponsabilite des 14 evanescents pour ca . Y a qu'a regarder qui les dirige pour le comprendre , nous on a Scarlett et on est sauve .

Bahijeh Akoury

C’est toujours un bout de Papier qui s’ajoutera aux autres Papiers.. les vertus sont multifonctionnelles , pour soulever un débat « Vous avez signé le Papier etc… mais vous faites tout le contraire etc… », pour agrémenter un discours sectaire d’un peu de « patriotisme » , pour cacher une tentation d’emprise transitive du gourou à l'égard des auditeurs « Notre parti tient au Papier … etc … pour la survie de notre secte.. et la victoire sur nos ennemies etc… » , même à la limite c’est une cause de divorce dans les conflits conjugales « Je ne t’aime plus parce que tu es contre le Papier.. »
Espérons qu’on utilise du Papier recyclable..

Halim Abou Chacra

Le "nifaq" mutuel 14 Mars et 8 Mars bien décrit.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE TRYPTIQUE ARMÉE-PEUPLE-RÉSISTANCE ÉTAIT ÉLABORÉ PAR SANIOURA POUR BRISER LE HEZBOLLAH ! ON N'AURAIT JAMAIS ENTENDU DE PLUS ABERRANTE ATTESTATION ! DE BARATIN EN BARATIN... ET LA VIE CONTINUE...

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Cette réalité favorable aux Révolutionnaires des deux côtés de cette frontière, confirme que l'axiome adopté ne changera Rien à cette situation en leur faveur. Maintenant plus qu'avant, la Cédraie est une nécessité, d'abord grâce à son aide à la Sainte Révolution Saine syrienne. Les deux Révolutions étant tout à fait d'accord sur la nature de leur lutte commune. La Syrienne réclame e.g. des armes sophistiquées, et la Cédraie derechef accourir pour tenter de toutes ses forces pour les lui assurer via ses forts alliés de par le monde entier. De plus, les Révolutionnaires syriens devront bien sûr subir un entraînement spécial de la part des Cédraies qui ont une expérience patentée et certaine dans ce domaine révolutionnaire ! Et comme l'a dit le Président Sääd Rafîk HARIRI, il faut continuer à défendre le Grand-Liban, son indépendance, sa souveraineté et ses ressources pétrolières. Sääd s'est en plus déclaré prêt à armer l'armée libanaise qui sera alors en mesure plus encore, de protéger le pays. Or, dans le contexte Malsain actuel avec cette menace takfîriste Fakihiste, l'armée pourra alors remplir toutes ses missions avec d'ailleurs la coopération étroite entre elle, un new régime syrien enfin Sain et des services de ministres Cédraies à l'Intérieur et à la Justice qui lui permettront d'opérer encore plus des coups de filets spectaculaires dans ce panier à crabes takfiriste fakkihiste !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Selon certains de cette commission de rédaction, le climat en son sein est des plus Malsains, un ministré boSSféééràRienisé intervenant à tout bout de champ, discutaillant chaque détail, prolongeant ainsi ce calvaire pour les 14 Cédraies. Surtout que cette surenchère Aigrie orangée est destinée à sa "propre" consommation populiste et, qu'au fond, tous sont convaincus qu'elle emmerde tout le monde, même ses "propres" alliés de ce conGlomérat en 8. En effet, les pressions internationales sur ce patelin n'ayant pour but que de pousser ce bled à avoir cette Marelle enfin en fonction, en vue de l'inévitable définitive prochaine débâcle de l'aSSadiot bääSSyrien bääSSdiot d'à côté tribord Anti-libanais ! Cette communauté estime à cet égard qu'il est impératif que ce pays soit enfin représenté par une marelle ministérielle, même quelconque. Il semble donc que ces 8 ministrés n'aient pas une grande marge de manœuvre. Ainsi, la formule qui sera finalement adoptée devrait assurément satisfaire le 14 Mars révolutionnaire Cédraie, qui aura par-là confirmé qu'il a remporté de ce fait une victoire éclatante, selon les dires même de ce 8 Mars à jamais, définitivement Puîné !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"Même si ça ne mène à Rien, les analystes objectifs considèrent que la déclaration de cet oxymore finira par être acceptée, pas de gaieté de cœur, par les Cédraies. Qui précisent que lorsqu'on accepte le plus amer, i.e. de "Collaborer!" à une Marelle avec ce hézébbb, après avoir honni l'idée même de cette idée, on ne peut pas se contenter de linguistique qui d'ailleurs n'influence en rien la réalité de la prédominance des 14 Cédraies sur la situation interne géopolitique. Certes, il est vitale pour ce hézébbb Niais et ses affidés d'insister sur l'axiome (armée-peuple-résistance) de triste mémoire, bien qu'il avait été élaboré par Sanioûra Foäâd au Grand Cœur et visait à enlever cette résistance contre Israël des exclusives mains de ce hézébbb même. Ils insistent pour le préserver, les pâmés, alors que ce n'est qu'un axiome qui nuit en fait à leur image. Le 14 Cédraie qui a concéder cette Marotte avec ce hézébbb mais avec le tiers de blocage pour son propre camp évidemment a, en sus, imposé le Grand Rifi, ce "représentant" selon les propres paroles de ce Achraf, du Hakîm Samîr au ministère de la Justice ! Assénant par là un uppercut dévastateur. Il est sûr que l'axiome qui sera accepté par les 14 Cédraies, confirmera uniquement le droit à la résistance contre ses ennemis tant au Sud qu'à l'Est au Seul "peuple libanais" dans toutes ses multiples variétés.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Sommet de Helsinki : le Liban attend aussi...

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué