Nos Lecteurs ont la Parole

En Égypte, une révolte populaire et non pas un coup d’État

Karim JBEILI
OLJ
22/08/2013
La presse et les gouvernements occidentaux ont tendance à présenter la situation en Égypte comme étant chaotique, répressive, le pays comme étant au bord de la débandade et de la guerre civile, comme si ce qui se passait là-bas était hors de contrôle et était le fruit d‘une violence débridée. Je crois que cette vision des choses est totalement erronée.
Ce qui se passe en Égypte est, certes, le fruit d’un coup d’État, mais il s’agit d’un coup d’État populaire. La population égyptienne a voté pour le président Morsi pour un mandat de quatre ans. Elle l’a autorisé à préparer une nouvelle Constitution démocratique. Elle l’a en somme choisi pour rénover le pays. Il a failli sur tous les tableaux. On ne peut lui reconnaître aucun mérite durant son année au pouvoir. C’est pour cette raison que la population a décidé de le congédier, exactement comme elle l’aurait fait d’ un employé qui, après une période de probation, s’avère incapable de remplir ses fonctions. Ce faisant, la population égyptienne a fait beaucoup plus que congédier un président totalement incompétent ; elle a également, et pour la première fois dans l’histoire – non pas dans l’histoire de l’Égypte, mais peut-être dans l’histoire du monde – fait une distinction nette et précise entre religion et religion politique.
Les religions ont un Dieu, alors que les religions politiques ont le pouvoir et sa conquête comme ambition. Les religions prêchent la tolérance, alors que les religions politiques ont un code rigide et intolérant.
Pour la première fois dans l’histoire, une population entière n’a pas cru que les intégristes musulmans étaient musulmans. Ces intégristes ont été congédiés, non pas au nom d’un idéal démocratique ou d’une idéologie occidentale, mais au nom de l’islam même. Et je crois que c’est là un événement d’importance, et il faut remercier les Égyptiens pour cette clairvoyance exceptionnelle qui devrait servir d’exemple à tous les peuples pour que, eux aussi, se débarrassent des régimes intégristes au pouvoir dans beaucoup de pays.
Les Égyptiens ont qualifié les intégristes musulmans de « mota’aslimine ». C’est-à-dire ceux qui se prétendent musulmans, ceux qui se déguisent en musulmans dans le seul but de prendre le pouvoir. On ne croit plus à leurs mensonges. Ils ont laissé tomber le masque. Leur visage est celui de la haine. La confrérie des Frères musulmans est une batterie d’accumulation de la haine, présente depuis les années 30, donc depuis plus de 80 ans. Il est temps d’expurger cette haine qui handicape l’évolution de la société égyptienne.
Morsi était la dernière chance des activistes d’accéder au pouvoir. Et c’est pour cette raison qu’ils s’accrochent et sèment le trouble dans le pays. Ils savent que, en dehors de leur organisation, certes extrêmement disciplinée, ils ne pourront plus recruter d’adhérents. Les Ikhwane sont finis en Égypte.
Le principal argument que nous servent la presse et les gouvernements occidentaux pour dénigrer la démarche qu’a entreprise le peuple égyptien est de nous dire qu’il a enfreint les règles les plus élémentaires de la démocratie en acceptant que le chef de l’armée démette le président de la République. Pour les Occidentaux très attachés à leurs instituions démocratiques, cela est un scandale.
L’État égyptien était en pleine édification et si on l’avait laissé faire, Morsi l’aurait transformé en un État islamiste, allant ainsi à l’encontre des exigences de la révolution du 25 janvier 2011. Et cela, on ne pouvait le tolérer. Outre le fait qu’il avait lui-même procédé à un coup d’État en s’arrogeant par décret tous les pouvoirs, je rappelle le précédent où les Occidentaux ont été confrontés à une situation comparable dans les années 30, et leur aveuglement et leur incapacité a gérer la situation a engendré un désastre mondial qui a coûté à l’Europe 55 millions de morts.
Je rappelle que lorsque Hitler a incendié le Reichstag et qu’il s’est arrogé les pleins pouvoirs, personne n’a rien fait sous prétexte qu’il avait fait cela dans les règles démocratiques.
Je rappelle à la presse et aux gouvernements occidentaux que lorsque, en 1938, Hitler a envahi l’Autriche et a obligé le gouvernement à signer l’Anschluss, personne n’a rien fait sous prétexte qu’il avait fait cela dans les règles démocratiques.
Je rappelle à la presse et aux gouvernements occidentaux qu’en 1938 également, mais cette fois en octobre, lorsque Hitler a menacé d’occuper la zone des Sudètes en Tchécoslovaquie, il y a eu une réunion, la très célèbre conférence de Munich, à laquelle ont participé Richard Chamberlain, Édouard Daladier, Hitler et Mussolini. Et là, sous prétexte de sauvegarder la paix et la démocratie, on lui a signé un chèque en blanc pour le laisser envahir la Tchécoslovaquie.
C’est ainsi que l’Occident, incapable de comprendre ce qu’était un mouvement intégriste et nazi, a laissé croître en son sein la haine qui a saccagé l’Europe jusqu’en 1945. C’est pour cela qu’aujourd’hui, ce handicap intellectuel occidental ne doit pas nous impressionner. La démarche du peuple égyptien est une démarche saine, de salubrité publique, une démarche pleine d’avenir; elle doit se poursuivre.
Et si les Occidentaux veulent nous voir répéter leurs erreurs, nous leur disons : « Non, merci ! » Nous préférons avoir la sagesse de profiter des erreurs des autres quitte à provoquer l’ire de ces mêmes autres.

Karim JBEILI

À la une

Retour à la page "Nos Lecteurs ont la Parole"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

SAKR LOUBNAN

UN COUP D'ETAT POPULAIRE !

Pierre Hadjigeorgiou

Excellent article auquel j'octroie mon total accord! Si seulement ceux qui chez nous prétendent être des laïcs et soutiennent ce même genre de partis théocratiques se réveillaient aussi avant de le regretter amèrement plus tard, nous serions bien loin des dangers qui nous guettent! Bas de2 el may may!

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de « L’Orient-Le Jour »

Alerte au plastique

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : le déblocage serait imminent

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué