X

Moyen Orient et Monde

#Duranadam, la nouvelle forme de contestation pacifique anti-Erdogan...

Turquie
OLJ/AFP
19/06/2013

Un homme se tient debout sur la place Taksim d’Istanbul. Muet, le regard fixe, il n’a pas bougé depuis des heures. Son action pacifique, sur une place interdite au rassemblement par les autorités turques, intrigue et fascine les centaines de personnes qui l’observent, lui, et la police. Il est arrivé lundi soir à la nuit tombée et s’est planté au milieu de la place, à quelques dizaines de mètres du parc Gezi.

Le parc, berceau de la contestation du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, est solidement gardé par des dizaines de policiers depuis l’opération coup de poing samedi soir des unités antiémeute qui l’ont vidé à coups de gaz lacrymogènes et de canons à eau de ses milliers de manifestants. Cinq heures plus tard, l’homme est toujours là, les mains dans les poches, un sac et des bouteilles d’eau à ses pieds. Il fixe l’immense portrait du fondateur de la Turquie moderne, Mustafa Kemal Atatürk, accroché au sommet de l’ancien centre culturel.


La nouvelle de son action s’est propagée à grande vitesse sur les réseaux sociaux. Elle porte un nom sur Twitter, #Duranadam, « l’homme à l’arrêt ». Des centaines de personnes ont afflué. L’auteur de cette action inédite à Istanbul, qui vise à contourner l’interdiction de manifester tout en occupant la place Taksim, s’appelle Erdem Gunduz. Ce chorégraphe stambouliote est aidé par ses amis qui empêchent les centaines de personnes présentes de s’approcher de lui et le ravitaillent en eau.

 

(Pour mémoire : La « femme en rouge », nouvelle icône des manifestantes d’Istanbul)

 

« Nous voulons le protéger de toute provocation. Il faut qu’il soit seul au milieu de la place, sinon la police prétextera un rassemblement pour disperser tout le monde », explique Asma, une jeune femme turque qui tente de repousser la foule sur le bas côté. Progressivement, une chaîne humaine forme un immense cercle autour de lui. Les appels à quitter la place se multiplient. Des jeunes se disputent, en désaccord sur la stratégie à adopter. L’objectif du chorégraphe est de rester debout un mois en alternant 24 heures d’immobilité puis trois heures de repos, remplacé par un de ses amis. Son action a fait des émules : une poignée de jeunes se tiennent debout à ses côtés et fixent Atatürk. Mais rapidement, la police en décide autrement. Des dizaines de policiers affluent sur la place. « L’homme à l’arrêt » a le temps de partir, entouré de dizaines de personnes. D’autres ont moins de chance. Une dizaine de jeunes manifestants sont interpellés par la police sous les objectifs des photographes et mis dans un bus de la police.

 

Après l’évacuation du parc Gezi samedi soir, des manifestants avaient indiqué qu’il faudrait désormais réfléchir à de « nouveaux moyens de manifester » son opposition au chef du gouvernement après plus de deux semaines de contestation dans le parc Gezi, sur la place Taksim, à Ankara et dans plusieurs villes de Turquie. Erdem Gunduz en a peut-être inventé une. Au petit matin, une jeune femme a pris la place d’Erdem. Debout sur la place Taksim, elle lit un livre, les yeux bandés par un foulard.

 

Éclairages

La lutte des classes en Turquie

 

Erdogan, ou "la tactique du salami"

 

"La majorité, c'est toujours Erdogan"

 

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Ali Farhat

Nous sommes tous des DURANADAM!! C'est une des meilleures formes de lutte contre l'obscurantisme! Vivent les jeunes turques qui refusent le dictat d'un homme, fut-il charismatique.

SAKR LOUBNAN

ON CRIE SANS VOIX !

Jaber Kamel

Bon! on est fixé maintenant, la défaite us du complot en Syrie a fait tomber 2 têtes chez les ikhwans, le qatar en 1er et le suivant sera erdo le 3ââzîîmm, les yanky ne supportent pas la défaite, et préfèrent se débarasser des minables plutôt que de les garder quitte à changer de politique. Ils ont bien profité de l'engagement du qatar en Lybie, en Tunisie et en Egypte, mais concernant la Syrie, la promesse que le qatar a faite d'en finir en 2 ou 3 mois n'a pas été tenue, c'est une règle générale que je disais être depuis longtemps, les yanky pratiquent le système du spare part, ce que les ususrpateurs ont fait avec olmert en 2006, vous vous souvenez .

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants