X

Moyen Orient et Monde

Pierre Piccinin en Syrie : le journal terrible d’un historien et politologue « de guerre »

Tribune
10/05/2013
Pierre Piccinin da Prata, historien et politologue belge, enseignant d’université, a préféré voir de plus près le printemps arabe, inhaler son parfum, mais aussi ses émanations de sueur, de suie et de sang, mêlées à la pestilence des corps démembrés par la cruauté hivernale des régimes tyranniques, capables du pire pour se maintenir contre vents printaniers et marées humaines. Après une tournée mouvementée dans les pays « touchés », tels la Tunisie, le Yémen, l’Égypte et la Libye, c’est en Syrie que ce spécialiste du monde arabo-musulman, ce second « Laurence d’Arabie » (selon ses compagnons), a découvert le nec plus ultra de l’horreur, à en juger de son poignant, bouleversant témoignage dans son livre La bataille d’Alep, chroniques de la révolution syrienne, paru en décembre 2012 aux éditions L’Harmattan.
Ces chroniques, rédigées dans le feu de l’action sur le terrain, et sous un déluge de feu, de fer et de gravats, la plupart à l’hôpital Dar al-Shifaa à Alep, et dont une série a été préalablement publiée dans le quotidien belge Le Soir, relatent, jour après jour, et plus précisément du 30 juillet au 3 août 2012, du 16 au 22 août, puis du 28 octobre au 3 novembre, les affres d’une population prise dans l’œil du cyclone et sous l’œil monstrueux d’un cyclope ailé, crachant impitoyablement le feu de sa mitraille et larguant aveuglément ses missiles sur des quartiers résidentiels coupables d’avoir échappé au contrôle du régime et qui méritent, par conséquent, les pires châtiments, allant de la mise en joue des femmes et des enfants par des francs-tireurs au bombardement délibéré des boulangeries et des hôpitaux.
Ces chroniques sont le témoignage vécu par un universitaire transformé en correspondant de guerre, en aventurier qui, parti au tout début pour « tuer l’ennui », en est arrivé à préférer se tuer plutôt que renoncer à raconter, au jour le jour, « la guerre sans pitié que le gouvernement de Bachar el-Assad fait à son peuple » afin d’en rendre témoignage. D’où, son bénévolat auprès d’un bon peuple, amical, hospitalier et généreux, abandonné à son sort par le monde entier, y compris son monde à lui, celui des droits de l’homme, qu’il égratigne souvent au fil de son journal. D’où aussi son volontariat auprès des rebelles qu’il accompagne sur les lignes de front de Salaheddine, Saïf al-Daoula, Tarik al-Bab, Jdeidé, Karm al-Jabal, Sheikh Qudur, Bustan al-Pasha, etc., dont il témoigne de la bravoure, du sacrifice et de la détermination, malgré le combat inégal qui les oppose à une machine de guerre lourdement équipée, avec lesquels se noue une camaraderie, une sympathie, une symbiose dans le danger.
Et les cris de détresse et d’Allah Akbar qui déchirent les sombres pages du livre viennent s’apaiser, pour un moment, l’espace d’un casse-croûte fait de pain, d’olives et de thé avec les compagnons de route... et de déroute parfois, l’espace d’une interview avec un commandant de « katiba », riche en révélations, telles que les rapports tendus entre l’ASL et Jabhet el-Nosra, et les rapports étroits entre Jabhet el-Nosra et el-Qaëda (bien avant l’annonce officielle !), ou l’espace d’une confidence avec le guide et l’ami de l’auteur, Abdul Rhaman (qui mourra en ambulancier-martyr), dont le récit de la torture par les bourreaux du régime vient faire oublier à l’auteur ses propres « électrocutions », lorsqu’il fut arrêté et emmené à Homs, après être passé de témoin favorable au régime, lors de ses deux premiers séjours en Syrie où il a constaté les exagérations du nombre de manifestants par l’OSDH (Observatoire syrien des droits de l’homme), à témoin défavorable dès le troisième séjour au cours duquel il a vu la révolte pacifique se muer en révolution légitime, suite à la « mascarade électorale » du 7 mai 2012 qui fut l’élément déclencheur (selon la causalité de l’auteur), pour le désenchantement décisif que celle-ci causa parmi la population, sur la question des réformes promises une décennie durant.
Ces chroniques d’un historien de terrain, dont le témoignage historique, ainsi que celui, émouvant et bien documenté, des « acteurs » civils et militaires (au sens sociologique et non cinématographique), pris dans la tourmente, constituent une pièce à conviction supplémentaire (et de poids) pour les enquêtes sur les violations des droits de l’homme et les crimes contre l’humanité perpétrés dans ce pays, d’autant plus que l’auteur, contrairement à d’autres qu’il écorche au passage, fonde la crédibilité de son témoignage par ses séjours prolongés, son immersion au tréfonds de l’enfer quotidien, sa visite de plusieurs quartiers d’Alep, sa participation aux secours hospitaliers et son accompagnement des rebelles au front, jusqu’aux lignes les plus avancées, où il a failli à plusieurs reprises y laisser sa plume.
C’est ainsi qu’il a pu palper, entre autres, auprès de plusieurs « katibas », y compris islamistes, les bonnes dispositions des combattants envers les minorités, leur esprit convivial et leur intention sincère de ne vouloir supprimer la tyrannie que pour instaurer un État laïque et démocratique, garant des libertés de croyance et de culte, un État protecteur et rassembleur, ce qui vient démentir la propagande des prorégime qui diabolisent les révolutionnaires, leur collant l’étiquette de « terroristes », et qui utilisent et entretiennent la peur pour les minorités comme épouvantail pour le maintien d’un régime dictatorial fondé sur le parti et la famille uniques. Et ce qui vient discréditer les (faux) prétextes d’une communauté internationale qui adopte la thèse du régime sanguinaire et rechigne à fournir des armes de qualité aux rebelles, de peur que celles-ci ne tombent entre de « mauvaises mains », laissant les « bonnes » perpétrer leurs massacres journaliers.
Ces chroniques du martyre et de l’endurance de citoyens démunis, largués par le monde entier, de l’héroïsme de déserteurs, de secouristes, de ravitailleurs, de chirurgiens, de reporters... qui payent ou paieraient de leur vie et celle de leurs proches leurs actes humanitaires, mais aussi ces chroniques de la barbarie chronique d’un régime insatiable, devant l’impassibilité des impuissances occidentales, et l’indifférence du genre (in)humain, ces chroniques d’encre sanguinolente, viennent tracer le portrait crispé de l’homme, de la femme, de l’enfant, du vieillard, du rebelle syriens, que seule la foi, tenace, indéfectible, envers et contre tout, parvient à détendre, à dérider, à « lifter », pour annoncer une nouvelle jeunesse, une nouvelle Syrie, libre et renaissante, un renouveau citoyen : citoyen de Syrie, toutes confessions confondues, et citoyen d’un monde, surtout occidental, qui portera l’opprobre de sa lâcheté, de son hypocrisie, de son indifférence, de sa complicité, voire de sa cruauté, comme une croix qui ira en croissant, jusqu’à son humanisation, devenue impérative, après que la tragédie syrienne eut dévoilé son inhumanité.

P.S. : au moment de délivrer cet article, nous apprenons avec beaucoup d’inquiétude que l’auteur du livre, Pierre Piccinin da Prata, est porté disparu dans l’ouest syrien, lors de sa septième récente visite testimoniale dans le pays. Prions pour son retour sain et sauf.

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

GEDEON Christian

Nous espérons tous le retrouver en bonne santé...mais monsieur,vous cautonnez l'offensive sur Alep menée par des forces extérieures à la ville?

Halim Abou Chacra

Maudits Obama et Poutine ! C'est leur stupidité et leur cynisme qui sont les plus responsables de l'incroyable, l'insupportable tragédie syrienne. Qu'ils aillent tous les deux en enfer. Oh comme ils le méritent !

Charles Fayad

C'est ça ... " au moment de délivrer cet article", il y a bien longtemps que j'ai terminé mes études de journalisme où l'on a appris que dans des circonstances pareilles le "procédé" du hasard ne fait pas bien les choses. La rhétorique est donc inutile, et pas de commentaires avant le retour du prof d'histoire sain et sauf. Espérons-le de tout cœur, comme la presse de son pays le rappelle depuis quelques jours. Bon retour à M. Piccinin avec peut-être un récit de sa captivité ? Nous en reparlerons.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué