Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Proche-Orient

La Palestine devient État observateur à l’ONU

Tirs et clameurs de joie à Ramallah ; Israël et les États-Unis outrés.

« L’Assemblée générale (de l’ONU) est invitée aujourd’hui à produire un acte de naissance de l’État de Palestine dans sa réalité », a lancé hier le président Mahmoud Abbas aux 193 pays membres avant le vote, les remerciant d’avance par un geste et un sourire pleins d’humilité. Stan Honda/AFP

La Palestine est devenue hier un État observateur aux Nations unies, à l’issue d’un vote historique à l’Assemblée générale, malgré l’opposition des États-Unis et d’Israël. Le vote de cette résolution, qui fait de « l’entité » palestinienne un « État observateur non membre », a été acquis à une majorité confortable mais pas écrasante de 138 voix pour, 9 contre et 41 abstentions. Cette nouvelle stature internationale, qui donne aux Palestiniens accès à des agences de l’ONU et des traités internationaux, constitue une victoire diplomatique majeure. Mais elle expose l’Autorité palestinienne à des représailles financières américaines et israéliennes.


Avant le vote, le président palestinien Mahmoud Abbas a affirmé que l’Assemblée allait signer « l’acte de naissance » d’un État de Palestine. Il a estimé qu’il s’agissait de la « dernière chance de sauver la solution à deux États » (Israël et un État palestinien) et a promis de « tenter de ranimer les négociations » de paix avec Israël, au point mort depuis plus de deux ans, sans toutefois prendre d’engagements précis. Il a fait plusieurs références à « l’agression israélienne » à Gaza, une semaine après la conclusion d’un cessez-le-feu entre le Hamas qui contrôle ce territoire et Israël. Pour l’ambassadeur israélien à l’ONU, Ron Prosor, par contre, cette initiative « ne fait pas avancer la paix, elle la fait reculer », notamment parce que l’Autorité palestinienne « ne contrôle pas Gaza ».


À Jérusalem, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a dénoncé le discours « diffamatoire et venimeux » de M. Abbas. « Le monde a entendu un discours (...) rempli de propagande fallacieuse contre l’armée israélienne et les citoyens d’Israël. Quelqu’un qui veut la paix ne parle pas comme cela », a-t-il déclaré, ajoutant que la décision de l’ONU « ne changera rien sur le terrain ». « Il n’y aura pas d’État palestinien sans arrangements garantissant la sécurité des citoyens d’Israël. En présentant leur demande à l’ONU, les Palestiniens ont violé leurs accords avec Israël, et Israël agira en conséquence », a-t-il encore dit. De Washington, la secrétaire d’État Hillary Clinton a immédiatement réagi, jugeant le vote « fâcheux et contre-productif ». « Cette résolution pose davantage d’obstacles sur le chemin de la paix », a-t-elle dit, rappelant que l’unique moyen d’accéder à un État palestinien doit passer par la reprise des négociations directes avec Israël.


À Ramallah, en Cisjordanie, le vote a été salué par des tirs en l’air et des acclamations de la foule. Ce vote a coïncidé avec l’anniversaire de l’adoption par l’ONU en 1947 du plan de partage de la Palestine mandataire, qui prévoyait un État juif et un État arabe. Plus tôt en journée, devant le Comité sur les droits inaliénables du peuple palestinien qui célébrait cet anniversaire, le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a demandé solennellement aux Palestiniens et Israéliens de « ranimer le processus de paix » en reprenant des « négociations directes ». De son côté, l’Union européenne a rappelé qu’elle était « prête à reconnaître un État palestinien au moment opportun », mais que la priorité était de reprendre les négociations. Et à Paris, le président François Hollande a également appelé à la reprise des négociations entre Palestiniens et Israéliens « sans conditions et le plus rapidement possible ».
La résolution votée hier appelle à une reprise des négociations israélo-palestiniennes pour qu’un État de Palestine puisse coexister « aux côtés d’Israël en paix et en sécurité, sur la base des frontières d’avant 1967 ». Elle « exprime l’espoir que le Conseil de sécurité considérera de manière favorable » la candidature de la Palestine comme membre à part entière, déposée en septembre 2011 par M. Abbas mais torpillée au Conseil par une menace de veto américain.

Sanctions ?
Ce qui inquiète le plus Israéliens et Américains, c’est la possibilité qu’auraient désormais les Palestiniens de rejoindre la Cour pénale internationale et d’y porter plainte contre Israël. Des responsables palestiniens ont évoqué cette hypothèse si Israël poursuit sa politique de colonisation en Cisjordanie. Israël a brandi la menace de sanctions en cas de vote positif à l’ONU, mais a annoncé qu’il n’annulerait aucun accord conclu avec les Palestiniens. Israël a la possibilité de bloquer les taxes qu’il perçoit pour le compte de l’Autorité palestinienne ou de réduire le nombre de permis de travail pour les Palestiniens. En revanche, il n’est pas question d’une annexion des blocs de colonies israéliennes en Cisjordanie comme le réclament des députés d’extrême-droite, a assuré un responsable israélien. Le Congrès américain pourrait de son côté refuser de verser 200 millions de dollars d’aide promis aux Palestiniens. En compensation, la Ligue arabe a promis aux Palestiniens un « filet de sécurité » de 100 millions de dollars par mois.

 

Pour mémoire

Plaidoyer pour un État palestinien, la tribune de Daoud Kuttab

 

Reportage

A Gaza, cinq minutes pour partir avant les bombes

La Palestine est devenue hier un État observateur aux Nations unies, à l’issue d’un vote historique à l’Assemblée générale, malgré l’opposition des États-Unis et d’Israël. Le vote de cette résolution, qui fait de « l’entité » palestinienne un « État observateur non membre », a été acquis à une majorité confortable mais pas écrasante de 138 voix pour, 9 contre...

commentaires (11)

Chapeau Président Mahmoud Abbas !

Antoine-Serge KARAMAOUN

15 h 45, le 30 novembre 2012

Tous les commentaires

Commentaires (11)

  • Chapeau Président Mahmoud Abbas !

    Antoine-Serge KARAMAOUN

    15 h 45, le 30 novembre 2012

  • Congratulation aux Palestiniens et par extension à toute la nation! Un nouveau départ pour les Palestiniens vers le reconquête de toute la Palestine. Cela prendra un peu de temps mais nous sommes dans l'époque de la communication ultra rapide. Comme on a bien pu le constater en l'espace de 2 semaines, si l'on veut obtenir SES DROITS, on le demande pas aux sionistes et aux américains... on le leur ARRACHE PAR LA FORCE, qu'elle soit militaire ou diplomatique. Que cela serve de leçon de vie à tous ceux qui ont pensé ou pensent encore le contraire. Petite parenthèse: Le Hollande n'est pas une lumière, d'accord, mais c'est le bon gars pour lorsque l'on doit obtenir quelques infimes droits pour les Palestiniens et le vote de la France hier soir a eu un impacte positif en Europe et dans le monde francophone!

    Ali Farhat

    11 h 43, le 30 novembre 2012

  • GRÂCE au Président Abbass....

    Antoine-Serge KARAMAOUN

    11 h 24, le 30 novembre 2012

  • En votre âme et conscience les votants de cette résolution fracassante, seulement 9 non, les abstentions on le sait favorisent toujours le vote positif, l'effet GAZA n'aurait il pas influencer votre choix positif ??Bi charafkonn.??Seules les résistances armées payent.

    Jaber Kamel

    07 h 25, le 30 novembre 2012

  • Enfin quelque chose de positif pour ce peuple. Esperons qu'avec la chute d'Assad et les revolutions Arabes nous arriverons a forcer Israel, comme les extremistes de l'autre bord, a accepter la paix.

    Pierre Hadjigeorgiou

    05 h 18, le 30 novembre 2012

  • De cette façon, le Président Abbas va couper court à toutes ces Puériles "exhortations résistancielles" à deux Piastres et Toumânes Troués !

    Antoine-Serge KARAMAOUN

    04 h 06, le 30 novembre 2012

  • Leila Chahid , ce matin déclarait que la Belgique, une fois, l'avait nommée Ambassadrice de l'Etat de Palestine et que ce nouvel état n'allait pas se gêner de saisir la CPI pour les actes de crime contre l'humanité contre ce résidu d'état raciste et xénophobe. L'effet Gaza a apparemment pas changé les choses, bien au contraire n'a fait que les renforcer, une défaite de plus pour l'état raciste qui cherche à minimiser la portée de cette résolution historique, autant qu'elle l'a été pour la création d'israel sur des terres où le génocide ne s'était pas passé.Ingratitude des rescapés.

    Jaber Kamel

    03 h 29, le 30 novembre 2012

  • BIEN JOUE, Président Mahmoud Abbas ! Par contre, Triste "Hamaj".....

    Antoine-Serge KARAMAOUN

    03 h 11, le 30 novembre 2012

  • Je m'excuse. Ma phrase sur la résolution 181 de de l'ONU doit être complétée comme suit : ...tel que stipule la résolution 181 du 29 novembre 1947 de l'Assemblée générale de l'ONU, SUR LE PARTAGE DE LA PALESTINE.

    Halim Abou Chacra

    02 h 41, le 30 novembre 2012

  • Bravo les palestiniens ont maintenant un état ,ils vont pourvoir retourner dans ce nouvel en palestine....

    M.V.

    02 h 25, le 30 novembre 2012

  • S'il y avait réellement justice dans le monde, depuis très longtemps l'ONU aurait déclaré l'Etat palestinien de plein droit, tel que le stipule la résolution 181 du 29 novembre 1947 de l'Assemblée générale. En s'opposant hier à la déclaration par l'Assemblée de "l'entité palestinienne" comme "Etat observateur non membre", les Etats-Unis confirment qu'ils sont l'incarnation de l'injustice et aussi de la stupidité.

    Halim Abou Chacra

    00 h 03, le 30 novembre 2012

Retour en haut