Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Révolte

Les rebelles déterminés à renverser le régime syrien par la force

L’armée avance à Alep ; première réunion du « groupe de contact » quadripartite au Caire.

Des combattants islamistes ont participé hier aux funérailles d’un de leurs camarades, tué lors des combats à Alep.            Zain Karam/Reuters

L’armée syrienne contrôlait hier le quartier stratégique de Midane, dans le centre d’Alep, où d’intenses combats ont opposé les troupes gouvernementales aux rebelles une semaine durant. L’armée conseillait toutefois aux habitants d’éviter une partie du quartier où des tireurs embusqués pourraient être retranchés. Une dizaine de corps de rebelles gisaient au sol près de cette zone. Le quotidien al-Watan, proche du pouvoir, a annoncé que Midane avait été « purifié », précisant que la majorité des hommes armés qui y combattaient étaient « des salafistes arabes et étrangers ». « Purifier Midane ouvrira la porte au nettoyage » d’autres quartiers rebelles, selon le journal. Au moins 115 personnes ont péri dans les violences à travers le pays, selon un bilan provisoire de diverses sources.
Le Premier ministre, Waël al-Halaqi, a pour sa part affirmé que « la crise avançait vers sa dernière étape » et que les autorités « travaillaient sur les axes sécuritaire, politique, social et économique pour mettre fin à la violence », dans des déclarations à l’agence SANA. Toutefois, un dirigeant rebelle a affirmé qu’un régime qui « dirige le pays par la force (... ne pouvait) être renversé que par la force », écartant ainsi toute possibilité de dialogue avec Damas.
Parallèlement, au terme d’une mission de quatre jours à Damas qu’il a qualifiée d’« extrêmement difficile », le médiateur international Lakhdar Brahimi devait rendre compte hier soir auprès de la Ligue arabe de ses entretiens avec le président Bachar el-Assad et avec des chefs de la rébellion. Il devait également participer au Caire à la première réunion du « groupe de contact » quadripartite sur la Syrie (Iran, Égypte, Turquie et Arabie saoudite), selon un diplomate arabe. Toutefois, le ministre saoudien des Affaires étrangères était absent, officiellement pour raison de santé. Un responsable égyptien, confirmant l’absence du chef de la diplomatie saoudienne, le prince Saoud al-Fayçal, n’a pas dit pourquoi le ministre ne s’était pas fait représenter à cette réunion. En outre, une source diplomatique citée par le quotidien al-Ahram a affirmé que le groupe était « ouvert » à la possibilité d’inclure « d’autres parties à l’avenir ».
D’autre part enfin, la Grèce a indiqué qu’elle s’apprêtait à renforcer ses contrôles aux frontières dans l’hypothèse d’une arrivée massive de réfugiés syriens.
(Sources : agences et rédaction)

L’armée syrienne contrôlait hier le quartier stratégique de Midane, dans le centre d’Alep, où d’intenses combats ont opposé les troupes gouvernementales aux rebelles une semaine durant. L’armée conseillait toutefois aux habitants d’éviter une partie du quartier où des tireurs embusqués pourraient être retranchés. Une dizaine de corps de rebelles gisaient au sol près de...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut