Moyen Orient et Monde

Les « progressistes » appellent à manifester aujourd’hui en Tunisie

Transition
OLJ
20/03/2012
Des appels à manifester aujourd’hui, jour anniversaire de l’indépendance tunisienne, proclamée en 1956 après 75 ans de protectorat français, ont été lancés par plusieurs mouvements et citoyens pour la défense d’une « Tunisie démocratique » et pour rappeler le « caractère civil » de l’État.
Le mouvement citoyen Kolna Tounes (Nous sommes tous des Tunisiens) par exemple a appelé à « un grand rassemblement pour réitérer l’attachement au caractère civil de l’État, aux valeurs républicaines, à la démocratie, aux libertés et à l’égalité ». « N’oublions pas que la fracture sociale a été à l’origine de la révolution. On tente aujourd’hui de briser l’unité de la nation et de provoquer une fracture idéologique », ajoute Kolna Tounes, en référence à l’opposition « islamistes » contre « modernistes » qui éclipse tout autre débat depuis des mois en Tunisie.
La manifestation des « progressistes » se déroulera cinq jours après celle de milliers de sympathisants islamistes qui ont réclamé vendredi devant l’Assemblée constituante l’inscription de la charia dans la future Constitution tunisienne.
Par ailleurs, Hamma Hammami, le chef du Parti communiste des ouvriers tunisiens (PCOT), a estimé hier que le peuple tunisien est inquiet, en mettant en cause « l’incapacité » du pouvoir transitoire à réaliser les objectifs de la révolution. « La Tunisie vit une situation d’immobilité cinq mois après l’élection des membres de l’Assemblée nationale constituante (ANC) et trois mois après la désignation d’un nouveau pouvoir transitoire », a déploré M. Hammami lors d’une conférence de presse. « Au lieu de parler de la démocratie et de la protection des libertés individuelles et publiques, on entend parler de l’identité et de l’application de la charia, la loi islamique, dans la nouvelle Constitution », a-t-il poursuivi. Revenant sur des actes de profanation du Coran et des mosquées survenus la semaine dernière dans le Sud et à Tunis, il a estimé que ces incidents n’avaient qu’un seul but, « diviser les Tunisiens entre musulmans et ennemis de l’islam, alors que le problème de la religion n’a jamais été une pomme de discorde dans la société ».
             (Source : AFP)

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

En toute liberté de Fady NOUN

La conviction plutôt que la force

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.