Rechercher
Rechercher

Pakistan

L’armée réfute les rumeurs de coup d’État contre Zardari

La crise politique qui agite le Pakistan ne débouchera pas sur un coup d’État, a assuré hier l’armée, écartant les rumeurs qui la disaient prête à faire tomber le président Asif Ali Zardari, empêtré dans une affaire de mémo secret présumé envoyé au Américains.
En visite auprès de soldats déployés dans le nord-ouest du pays, son chef d’état-major, le général Ashfaq Kayani, considéré comme l’homme le plus puissant du pays, a « répété que l’armée pakistanaise continuait de soutenir le processus démocratique dans le pays » et « fermement démenti les spéculations évoquant un coup d’État militaire », jugées « fausses et instrumentalisées ».
L’affaire du mémo, ou « mémogate », a fait monter ces dernières semaines la tension entre l’armée et le très impopulaire gouvernement de M. Zardari. Le pouvoir civil y est accusé d’avoir, en mai dernier, fait passer aux États-Unis un mémo secret leur demandant de l’aide pour empêcher un possible coup d’état de l’armée, une accusation très grave dans un pays toujours cornaqué par l’armée, arc-bouté sur sa souveraineté et très antiaméricain. La Cour suprême a commencé hier à examiner les demandes d’enquête de l’opposition sur cette affaire, une tâche qu’elle poursuivra le 27 décembre.
L’armée pakistanaise a en revanche maintenu la pression sur les États-Unis, allié stratégique avec lequel les relations sont au plus bas, en rejetant dans la matinée les conclusions de l’enquête américaine sur la bavure de l’OTAN qui a tué 24 soldats pakistanais fin novembre près de la frontière afghane. L’enquête conduite par l’armée américaine avec la collaboration de l’OTAN, mais sans celle du Pakistan, pointe des responsabilités des deux côtés. Un scénario rejeté en bloc par Islamabad, qui nie toute erreur et soutient que l’OTAN a délibérément attaqué ses troupes.
Les relations américano-pakistanaises n’ont cessé de se détériorer cette année, mais sans pour autant rompre une alliance qui permet au Pakistan, miné par la corruption et mal en point sur le plan économique, de bénéficier d’une aide américaine conséquente (plus de 20 milliards de dollars depuis dix ans).
(Source : AFP)

La crise politique qui agite le Pakistan ne débouchera pas sur un coup d’État, a assuré hier l’armée, écartant les rumeurs qui la disaient prête à faire tomber le président Asif Ali Zardari, empêtré dans une affaire de mémo secret présumé envoyé au Américains.
En visite auprès de soldats déployés dans le nord-ouest du pays, son chef d’état-major, le général Ashfaq...

commentaires (0)

Commentaires (0)