Liban

L’acte d’accusation est « stupide » et « politisé », estime le 8 Mars

OLJ
19/08/2011
La publication de l’acte d’accusation par le Tribunal spécial pour le Liban a provoqué une série de réactions hostiles dans les rangs du 8 Mars.
Le député et chef des Marada, Sleimane Frangié, a ainsi estimé que l’acte d’accusation constitue « un plan visant à porter atteinte à la résistance ». « La décision a été prise et le reste n’est que détails », a-t-il affirmé à cet égard, se demandant « pourquoi (ses) propres alliés ont été surpris par le texte ».
Il affirmé que l’ancien « Premier ministre, Saad Hariri, a décidé que l’affaire de l’assassinat de son père est plus importante que le Liban, et il n’a plus vu que la vengeance ». « Quand la Syrie avait été accusée du crime, Saad Hariri souhaitait véritablement que cela soit vrai, a déclaré M. Frangié. Aujourd’hui, il veut que le Hezbollah soit derrière l’assassinat. La haine chez lui prend des dimensions plus grandes que la vérité. Ainsi, pour la communauté internationale, il constitue un terrain fertile utilisé pour porter atteinte à la résistance. »
De son côté, l’ancien ministre Michel Samaha a indiqué que « la teneur de l’acte d’accusation est comparable à un feuilleton de ramadan ». « Il est grand temps que le Liban recouvre l’indépendance de sa justice », a-t-il dit, qualifiant le procureur général du TSL, Daniel Bellemare, de « menteur ».
Pour sa part, l’ancien ministre Wi’am Wahhab a estimé que « l’acte d’accusation est stupide parce qu’il n’a pas pris en compte des preuves matérielles, mais il a lancé des accusations politiques ». « Dès le début, nous avions dit que le TSL est un tribunal israélien, nous ne coopérerons pas avec lui et nous ne lui donnerons aucune légitimité pour détruire le Liban, a déclaré M. Wahhab. Ce tribunal a été créé au début pour accuser la Syrie de l’assassinat de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri et aujourd’hui il pointe du doigt le Hezbollah », a-t-il poursuivi.
De son côté, l’ancien ministre Adel Rahim Mrad a qualifié l’acte d’accusation de « politisé », estimant que « son timing n’est pas gratuit et se rapporte à la situation dans la région. Il a pour but notamment de semer la discorde sur le plan libanais ».
Quant au député CPL Alain Aoun, il a noté que « l’on se trouve actuellement devant une situation délicate ». « Il existe un groupe qui veut parvenir à la justice et il est dans son droit mais en même temps, il y a aussi une véritable tentative de prendre pour cible un autre groupe qui refuse les plans tissés pour la région, a déclaré M. Aoun. Ce qui nous pousse à croire que nous sommes les victimes de superpuissances qui veulent semer la discorde. »
Le député CPL Hikmat Dib a estimé que « la teneur de l’acte d’accusation ne constituait pas une surprise et n’a rien apporté de nouveau ». « Le facteur qui est nouveau réside dans la faiblesse du texte lui-même et le fait que l’acte d’accusation a eu recours au secteur des télécommunications, ce qui prouve qu’il est politisé », a affirmé M. Dib.
Pour sa part, le député CPL Youssef Khalil a noté que « le TSL est politisé ; il devrait rapidement rectifier le tir et cela avant qu’il n’appelle le Liban à la coopération ». Qualifiant les membres du Hezbollah dont les noms ont figuré dans l’acte d’accusation de « héros », il s’est demandé pourquoi l’acte d’accusation a uniquement mis en cause des personnes de « la communauté chiite ».
Le député hezbollahi Nawwaf Moussaoui a estimé de son côté « qu’un tribunal qui se respecte ne peut pas donner du poids à un tel acte d’accusation ». « Chaque personne juste peut émettre nombre de remarques en lisant le texte, a-t-il souligné. L’acte d’accusation n’est que déductions, où sont donc les preuves ? » s’est-il interrogé. Il a indiqué que « l’on ne peut pas se fier aux appels téléphoniques pour émettre des accusations car tout le monde sait que les Israéliens ont infiltré le réseau téléphonique libanais ». Il a également ajouté que « les termes utilisés pour désigner le Hezbollah découlent d’un vocabulaire israélien ».
Hassan Fadlallah, membre du bloc du Hezbollah, a noté que le parti qu’il « représente lira tranquillement l’acte d’accusation et émettra des réponses sur le plan juridique ». « Le Hezbollah, a-t-il dit, n’exercera pas des pressions sur le gouvernement, lequel prendra bien sûr les décisions adéquates. »
Le député Émile Rahmé a mis l’accent sur les fuites relatives à l’acte d’accusation déjà publiées dans Der Spiegel et dans Le Figaro, soulignant que le texte « n’a apporté rien de nouveau ». Il s’est demandé également « comment peut-on prendre un tel acte d’accusation au sérieux alors qu’il a perdu depuis longtemps son caractère secret ». M. Rahmé a voulu joindre sa voix à celle du secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah en disant que les quatre accusés sont « des victimes ».
De son côté, l’ancien président Émile Lahoud a appelé « les Libanais à rester plus que jamais unis contre la discorde, surtout après la publication de l’acte d’accusation du TSL ». « Ce texte, a-t-il ajouté, n’est que la reproduction des fuites. » Il a estimé que « le timing de la publication de l’acte d’accusation n’est pas un hasard, il intervient alors que l’on tente de remettre à nouveau le Liban sur les rails de la stabilité et d’œuvrer pour étouffer la guerre en Syrie ».
Enfin, l’ancien Premier ministre Sélim Hoss a déclaré : « L’acte d’accusation n’a rien apporté de nouveau. Sa teneur avait fait l’objet de fuites dans les quotidiens as-Siyassa, Der Spiegel et Le Figaro. Le texte n’a pas répondu à nos interrogations. »

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Graham Greene

L’acte d’accusation ne répond pas à la question suivante : Pourquoi les 4 hommes ciblés par l’acte d’accusation auraient voulu tuer R.Hariri ? On n’utilise pas 2,5 tonnes d’explosifs pour assassiner un être humain sans avoir un mobile.
Puis, elle est étrange cette histoire de fausse vidéocassette d’Oneissi et Sabre dans laquelle les 2 hommes revendiquent l’attentat au nom d’un groupe fictif « Victoire et Jihad en Grande Syrie » !?! Sic !!!!
Cherche-t-on à nous faire croire que des partisans du Hezbollah voulaient accuser la Syrie de leur forfait ?
Pourquoi voulaient-ils faire porter le chapeau à la Syrie ?
Les Libanais attendent votre réponse Bellemare à toutes ces questions.

Victor Mansour

Dans cette affaire d'acte d'accusation , je vois que les seul qui sont stupide et politise l'acte d'accusation est le 8 Mars. En premier lieu, l'acte d'accusation n'a accusé aucun parti, seulement des 4 hommes. Deplus, sAAD hARIRI DEMANDE A MULTIPLE REPRISE AU hEZBOLLAH DE SE DISSOCIÉ DE SES QUATRE HOMME, PARTISANT DU PARTI. Il n'a pas seulement Hariri qui fait la demande. Cela prouve en second lieu, le 14 Mars, l'Onu et le TSL ne politise pas l'actes. Mais cela prouve que se qui la politise se sont le 8 mars.

Yv Mourani

Mais vous ne savez pas que M. le PM Hariri est mort par un fusil lancé a partir d'Israel?! Stupide et politisé cet acte d'accusation!! Je suis d'accord avec vous M. Gedeon en ce qui concerne la solidité de l'argumentation!

HADDAD Jacques

Le pere de M. Frangie a lui aussi ete assassine. S'est-il vraiment demande s'il fallait compromettre le devoir de justice pour "l'interet superieur de la nation"? Quelle est donc cette aberration que l'on nous ressort ad nauseam a chaque fois que l'enquete franchit un nouveau pas? M. Frangie reconnait donc lui-meme que c'est le Hezbollah qui a commit l'attentat! Cette requete immorale de laisser tomber l'enquete veut dire sans equivoque: "Oui c'est le Hezbollah qui a tue Hariri. Abandonnez toute poursuite judiciare sinon vous risquez de le provoquer et de le pousser a attaquer le reste du pays".

BOU AOUN Charles

On reconnait bien les gens qui sont contents de s'être débarrassé politiquement de Rafik Hariri, comme quoi c est probablement un assassinat politique, je ne vois pas comment la sentence du tribunal ne peut avoir des conséquences politiques...
Si des hommes politiques du 8 mars acceptent que l'assassinat devient un outil politique, c' est leur choix, mais en face il faut qu'il se plaigne pas que le jugement des assassins et complices soit sans conséquences politiques.
Tous les déclarants contre le tribunal sont complices politique de cet assassinat?
Personnellement je n étais pas pro Hariri, vu la manière d assassiner, on ne peux que demander justice quelque soit le prix, si le Liban doit exploser il explosera dans les mains des assassins et de leur couverture politique, ils sont au gouvernement ils assument!

Ali FARHAT

Je rajouterais, très CHER économiquement et VIDE DE CONTENU car basé sur des déductions et des appels téléphoniques! sic! Il surtout destiné à la spéculation et à SEMER des GROS conflits entre sunnites et chiites au Liban et ailleurs. CA N'ARRIVERA PAS!! Il reste que les assoiffés et les extrémistes anti-Hezb se gargariseront de temps à autre avec cet acte qui leur fera certainement un bien momentané et je dirais tant mieux si ça peut leur servir de valve de décompression!!!

GEDEON Christian

Stupide et politisé,donc!Y a pas à dire,çà c'est de l'argumentation politique ou je ne m'y connais pas...C'est fin,détaillé,solidement construit...on en redemande!

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants