X

Diaspora

La plus grande crèche de Montréal est l’œuvre de Georges Salameh un Libanais de Zahlé

La plus grande crèche de Montréal a vu le jour. Un projet de longue haleine, mais qui s'avère être un franc succès, a été inauguré il y a quelques jours à Montréal. Georges Salameh, un artiste chercheur, est le moteur de cette création originale. Libanais de Zahlé, il a parcouru le monde pour ses événements, ses expositions, ses spectacles, ses festivals.
20/12/2010
Aujourd'hui, c'est à Montréal qu'il place « sa pierre ». Une crèche qui remonte le temps. On y trouve des scènes de la vie du Christ. Des objets authentiques qui racontent l'histoire du quotidien au temps de Jésus, mais aussi qui retracent le cheminement des inventions humaines. Une crèche tout en tradition qui s'étale sur 11 000 pieds carrés. Des figurines grandeur nature s'exposent dans un décor imaginaire, évoquant ce beaux vieux temps où la simplicité se vivait au quotidien. Rentrera-t-elle dans le Livre Guinness des records ? Les jeux sont déjà faits pour faire valider ce record.

L'esprit de l'Orient au centre de Montréal
En fait, c'est une crèche qui représente plus de vingt scènes racontant la vie de Jésus dévoilée à travers les textes bibliques, la tradition orale et les découvertes archéologiques. Différents objets de l'époque révèlent la vie de jadis. Des illustrations vivantes et originales, de l'époque du Nouveau Testament, qui ont influencé tant de personnes, jusqu'aux explications précises qui accompagnent chaque scène et chaque détail. Un travail extraordinaire qui « porte l'esprit de l'Orient au centre même de la ville de Montréal », comme l'a bien décrit Mgr Ibrahim Ibrahim, évêque du Saint-Sauveur des grecs-melkites de Montréal. Même plus, c'est « une œuvre d'art impressionnante », selon M. Jason Kenney, ministre fédéral de la Citoyenneté, de l'Immigration et du Multiculturalisme. M. Kenney a souligné, lors de l'inauguration, l'importance de ce chef-d'œuvre qui « met en valeur les plus importantes aspirations de notre société : le pluralisme et la coopération entre les diverses parties de notre mosaïque multiculturelle, et le respect des croyances de tous les Canadiens ».

Deux mille ans de recul
Quand on franchit la porte de la crèche, on est immédiatement transporté dans une autre époque, dans une autre dimension. Les scènes défilent de sorte qu'on a l'impression de rendre visite à Jésus même, dans son environnement immédiat.
Tous et toutes étaient là : la boulangère avec les fours d'antan, la tapissière avec ses fils et ses cordes, le charpentier qui scie le bois, le forgeron avec sa hache qui façonne les ustensiles, le vignoble qui écrase les raisins avec ses pieds, l'école et les enfants dans leur jeu quotidien, l'agriculteur qui vend ses produits aux marchés, la porteuse d'eau... Des ornements liturgiques, textiles, médicinaux, bijoux, poteries, accessoires culinaires, monnaies, instruments de musique, armes, cadran solaire, prison, orfèvreries anciennes et objets décoratifs.
Une crèche de Noël ? Disons plutôt un musée encyclopédique richement illustré par des personnages en action, presque vivants, et des outils qui présentent une vaste sélection de plus de 400 vieux objets originaires du Liban, de la Syrie, d'Égypte, de la Palestine et de l'Italie. Des objets rares, de quoi satisfaire les collectionneurs et les amateurs d'histoire, voire instructifs et enrichissants pour les générations futures.
Ce qui fait l'originalité de cette crèche, c'est qu'elle ne se limite pas seulement au spectacle de la Nativité avec Marie, Joseph, Jésus, le bétail et les Rois mages, comme beaucoup d'autres crèches très célèbres à travers le monde. Elle transcende le temps, les mœurs et l'espace pour nous raconter cette bouleversante histoire d'amour de Jésus, tout en brossant le portail envoûtant de simplicité et nous met en contact avec des scènes et des objets présentant un intérêt artistique, historique et culturel, à l'usage des passionnés et des croyants. Il s'agit d'une histoire riche et émotionnellement hors du commun. Des objets qui prennent un relief particulier lorsqu'on les considère avec deux mille ans de recul.

La crèche-musée
À part la perspective religieuse qui renvoie au début du christianisme et aux modes de vie de ce temps-là, la crèche-musée étale des objets authentiques bien installés dans des vitrines. Des objets et des outils, utilisés par nos ancêtres, témoignent du saut extraordinaire de l'homme à travers les temps. En fait, Georges Salameh nous propose aussi un magnifique voyage dans le passé lointain. Au-delà d'une exposition présentant les différents outils de la préhistoire, il pousse à réfléchir, à analyser, à interpréter ces objets. D'un morceau de pierre tranchant ou des aiguilles médicinales en os, on peut reconstruire leur utilité, leurs fonctions et les replacer également dans leur contexte historique, dans une culture, dans une société et dans une tradition.
Les objets exposés amorcent leur départ il y a quelque trois millions d'années, durant le paléolithique inférieur. Il remonte ensuite jusqu'à l'âge des métaux, il y a 5 000 ans, en passant par le paléolithique moyen, le paléolithique supérieur, le mésolithique et le néolithique jusqu'à l'avènement du Christ. Au fil des scènes et des vitrines, Georges Salameh tente de comprendre, à travers l'outil, comment nos ancêtres vivaient, et offre une description méticuleuse des technologies créées par l'homme, de leur apparition ainsi que de leur contexte. À travers ces outils, cette exposition nous permet d'appréhender comment, à travers l'héritage de leurs ancêtres, mais également face aux contingences de leur temps, comme les changements climatiques, démographiques, culturels ou encore les mouvements migratoires, les êtres humains d'hier ont su adapter leurs technologies pour répondre au mieux à leurs besoins.
En d'autres mots, cette crèche reste un modèle dans son genre, surtout qu'à la fin de notre visite, c'est la scène de la Nativité qui clôture ce voyage. En admiration devant la sainte étable, une émotion intense, une sensation d'apaisement vous prennent devant le mystère de la Nativité. Il y a de rares instants de notre vie où le temps semble être suspendu dans un moment de grâce. Dans ce que l'homme produit de plus grand dans l'art, il y a parfois des sommets où nous pouvons sentir quelque chose, comme un contact avec l'intemporel...
Que cette crèche rentre ou non dans le Livre Guinness des records, comme c'est attendu, la merveilleuse aventure peut continuer avec Georges Salameh, qui annonce que le meilleur est encore à venir.

À la une

Retour au dossier "Diaspora"

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué