Rechercher
Rechercher

Politique - Décryptage

« La Huppe » premier épisode, ou le langage des oiseaux selon le Hezbollah

Amos Hochstein était déjà dans l’avion le ramenant vers Israël lorsque le Hezbollah a diffusé un petit film sous le nom de La Huppe (al-Hodhod) premier épisode. Ce n’est pas un hasard si le Hezbollah a choisi le nom de cet oiseau pour désigner son nouveau drone qui a ramené des images d’une grande précision sur la région de Haïfa – considérée comme l’un des lieux israéliens les plus stratégiques après Dimona, avec les usines d’armement, les réservoirs d’ammonium en plus des centres commerciaux et du port – survolant des installations militaires, en principe dûment protégées, et d’autres civiles. En effet, la huppe a été choisie en 2008 par les Israéliens eux-mêmes comme symbole de leur pays à l’occasion de son soixantième anniversaire. C’est donc un message clair adressé aux Israéliens pour leur signifier que même le symbole de leur pays est désormais instrumentalisé par la « résistance ». La vidéo de près de neuf minutes a immédiatement fait le tour des médias, chacun la commentant à sa manière. Mais les plus surpris ont quand même été les Israéliens qui n’ont pas compris comment un drone envoyé par le Hezbollah a pu survoler Haïfa, située à près de 30 km de la frontière libanaise, et prendre des photos aussi précises sans être intercepté ni pas le Dôme de fer ni par le système de surveillance censé protéger les cibles militaires. La fameuse expression lancée par le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, lors d’un de ses discours pendant la guerre de 2006 est revenue dans les esprits de ceux qui s’en souviennent, lorsqu’il a déclaré que les obus de sa formation atteindront « Haïfa et bien au-delà de Haïfa ». Le message envoyé ainsi par le Hezbollah était donc clair et se passait d’explications supplémentaires. La vidéo était une réponse aux menaces israéliennes véhiculées par l’émissaire américain, le Hezbollah montrant ainsi des images précises de cibles qui pourraient être touchées si la guerre devait s’élargir.

D’ailleurs, le président de la Chambre Nabih Berry qui s’est entretenu avec Hochstein pendant près de 70 minutes avait bien préparé le terrain. Selon des sources libanaises qui ont suivi la courte visite de l’émissaire américain, ce dernier aurait déclaré à ses interlocuteurs libanais et en particulier au président de la Chambre – considéré comme l’intermédiaire entre l’administration US et le Hezbollah – que les Israéliens sont sur le point d’achever leur opération à Rafah. Celle-ci ne devrait donc plus se prolonger au-delà de quelques semaines et à ce moment-là, le Premier ministre israélien compte se tourner vers le front du Liban et mener une vaste opération contre le Hezbollah pour permettre aux déplacés du nord d’Israël de rentrer chez eux le plus rapidement possible. Il faudrait donc, selon l’émissaire américain, trouver une solution qui permettrait d’éviter toute escalade. Contrairement à ses précédentes visites au Liban, Hochstein n’est pas entré cette fois dans les détails d’une solution possible. Il a donc, selon les sources précitées, modifié sa position initiale. Au début, il voulait aboutir à une application de la résolution onusienne 1701 indépendamment de l’évolution de la situation à Gaza et il était entré dans les détails des points litigieux. Mais, cette fois, il semblait avoir accepté l’idée que la trêve à Gaza est le meilleur moyen de calmer le front du Sud. Mais cela ne signifie pas qu’il ne faut rien faire pour empêcher le conflit de s’élargir. Il est donc venu au Liban avec l’idée de trouver un moyen pour circonscrire les affrontements. Il s’agirait essentiellement de ne pas donner de prétexte aux Israéliens pour lancer une opération de grande envergure contre le Liban. En même temps, il a voulu pousser vers l’acceptation du plan de solution proposé par le président américain Joe Biden, en suggérant aux parties libanaises d’intervenir auprès du Hamas dans ce sens, dans l’intérêt du Liban.

Du côté libanais, la réponse était claire : le Liban n’a aucune intention d’élargir le conflit. Le secrétaire général du Hezbollah ne cesse d’ailleurs de le répéter : le front ouvert à partir du Sud est en soutien à celui de Gaza et le Hezbollah n’a pas l’intention d’en faire un front principal. Il se contente de répondre aux attaques israéliennes de façon qu’il qualifie d’« appropriée ». C’est ainsi qu’après la mort d’un responsable important du Hezbollah il y a quelques jours, ce dernier a lancé près de 250 missiles sur le nord d’Israël, visant des cibles précises. Les médias israéliens ont commenté ce déchaînement en affirmant que « le Hezbollah a été pris de folie ». Aussitôt, le chef du bloc parlementaire du parti Mohammad Raad a déclaré que le Hezbollah lancera tellement de missiles « que le soleil ne sera plus visible ».

Pour l’instant, la situation reste donc dans ces limites, mais qui peut garantir qu’il n’y aura pas de dérapage ? Les Libanais ont en tout cas assuré à Hochstein que de leur côté, ils ne cherchent pas l’élargissement de la guerre et c’est sur cette affirmation que l’émissaire présidentiel américain a achevé sa visite de quelques heures pour la communiquer à Tel-Aviv. Quant au Hezbollah, il n’a pas attendu l’arrivée de Hochstein en Israël ; il a envoyé sa réponse directement par le biais de « la vidéo de la huppe ». Cette réponse parviendra-t-elle à dissuader les Israéliens de se lancer dans une guerre à grande échelle contre le Liban ?

Amos Hochstein était déjà dans l’avion le ramenant vers Israël lorsque le Hezbollah a diffusé un petit film sous le nom de La Huppe (al-Hodhod) premier épisode. Ce n’est pas un hasard si le Hezbollah a choisi le nom de cet oiseau pour désigner son nouveau drone qui a ramené des images d’une grande précision sur la région de Haïfa – considérée comme l’un des lieux...
commentaires (5)

Il est tout de même temps que le Liban ( par le biais du Hezb) puisse affoler et terrifier un pays qui, depuis son existence, n’a pas cessé de nous traiter par dessus la jambe.

Hitti arlette

20 h 23, le 20 juin 2024

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Il est tout de même temps que le Liban ( par le biais du Hezb) puisse affoler et terrifier un pays qui, depuis son existence, n’a pas cessé de nous traiter par dessus la jambe.

    Hitti arlette

    20 h 23, le 20 juin 2024

  • DRONE OU SATELLITE ? CES PHOTOS, CADEAU DE POUTINE ? LE PLUS PLAUSIBLE.

    JE NE COMMENTE PAS. JE PARLE AU PEUPLE.

    13 h 20, le 20 juin 2024

  • IL ne faut tout de même pas confondre le Liban et les barbus, le Liban n'a jamais voulu entrer en guerre, ce sont les barbus qui ont décidé seuls en imposant à tout un pays un diktat Iranien.

    Zeidan

    08 h 44, le 20 juin 2024

  • Drone "la huppe" ? Ou bien merci Google Earth ?

    Michel Trad

    07 h 39, le 20 juin 2024

  • N’en déplaise, mais la huppe existait dans les fables, poèmes et récits arabes très longtemps avant la déclaration Balfour !

    Hacker Marilyn

    02 h 53, le 20 juin 2024

Retour en haut