Rechercher
Rechercher

Politique - Présidentielle au Liban

Les FL accusent Bassil de promouvoir la « coutume » de la table de dialogue du tandem chiite

Le CPL a vite rétorqué, accusant Samir Geagea « d'attendre des directives de l'étranger ».

Les FL accusent Bassil de promouvoir la « coutume  » de la table de dialogue du tandem chiite

Le chef des Forces libanaises, Samir Geagea. Photo ANI

Les Forces libanaises (FL) ont critiqué samedi dans un communiqué des propos du chef du Courant patriotique (CPL) Gebran Bassil, l'accusant de faire le jeu du Hezbollah et du mouvement Amal en avalisant leur appel à l'organisation d'une « table de dialogue » par le président du Parlement Nabih Berry, chef du mouvement Amal, en vue de faciliter l'élection d'un nouveau chef de l'Etat. 

« Le député Gebran Bassil tente de banaliser la coutume que le tandem chiite essaie de consacrer. Il a estimé qu'il s'agit d'un sujet qui n'est pas important, qui rentre dans le cadre des formalités et qui ne constitue pas de précédent », estiment les FL. « Si l'ensemble des blocs (groupes parlementaires) répondent à l'invitation au dialogue du président du Parlement, il s'agira d'un précédent », ajoute le texte.

Jeudi, le chef du CPL avait appelé les protagonistes à participer à un dialogue ou à des concertations pour faciliter l’élection présidentielle, rejoignant ainsi l'appel du chef du Législatif, qui conditionne toute convocation d'une séance électorale à la tenue d’un dialogue sous sa houlette. L’opposition rejette cette condition, arguant que Nabih Berry n’a pas le droit de conditionner la convocation d’une séance électorale, et l’accuse de vouloir ériger les tables de dialogue en « coutume anticonstitutionnelle » avant chaque échéance électorale. 

Lire aussi

La surprise de Bassil : l’élection de Frangié plutôt que le vide

« Nabih Berry a déclaré qu'il relève de ses prérogatives d'appeler à un dialogue pour élire un président de la République et qu'il ne renoncera pas à ces prérogatives. Le député du Hezbollah Mohammad Raad a considéré pour sa part que l'invitation de M. Berry au dialogue est une coutume et que la coutume l'emporte sur la Constitution », soulignent les FL.

« Pas aux dépens de la Constitution »
« La présidence du Parlement veut mettre la main sur la présidence de la République (...) Le groupe qui paralyse la présidentielle tente de mener les autres à la participation à un dialogue anti-constitutionnel », poursuit le texte. « Si le député Gebran Bassil veut se positionner, au niveau de la présidentielle, aux côtés du tandem chiite, il a le droit de le faire, mais il ne peut pas le faire aux dépens de la Constitution et du statut national de la présidence », ajoutent les FL. 

Des propos auxquels le CPL n'a pas tardé à répondre samedi, accusant le chef des FL Samir Geagea « de ne pas vouloir discuter, ni confronter, mais de vouloir attendre (des directives de) l'étranger aux dépens des besoins du Liban ». « En 2014, Samir Geagea avait pris part au dialogue pour la présidentielle. Aujourd'hui en 2024, il estime qu'il ne peut pas le faire et qu'il s'agit d'une coutume. Le résultat est le prolongement du vide » au niveau du poste du chef de l'Etat, a estimé le CPL. 

Le CPL avait rappelle-t-on rejoint les rangs de l'opposition au tandem chiite lors de la dernière séance pour l'élection d'un nouveau président, il y a tout juste un an, en votant pour l'ancien ministre Jihad Azour. Une prise de position due au soutien du Hezbollah et du mouvement Amal à une candidature du chef des Marada, Sleiman Frangié, rival de M. Bassil. Si ce dernier avait déclaré jeudi qu'il préférait l'élection de Sleiman Frangié à une prolongation du vide présidentiel, il avait néanmoins affirmé le lendemain à L'Orient-Le Jour que sa position concernant la candidature du chef des Marada « n'avait pas changé ». 

Peu après la publication du communiqué des FL, le Parti socialiste progressiste, joumblattiste, qui avait lancé une initiative pour tenter de rassembler les points de vue des différents acteurs politiques, a « renouvelé son appel à une ouverture et à une discussion sereine, loin des surenchères et des discours populistes ». 

Les Forces libanaises (FL) ont critiqué samedi dans un communiqué des propos du chef du Courant patriotique (CPL) Gebran Bassil, l'accusant de faire le jeu du Hezbollah et du mouvement Amal en avalisant leur appel à l'organisation d'une « table de dialogue » par le président du Parlement Nabih Berry, chef du mouvement Amal, en vue de faciliter l'élection d'un nouveau chef de...
commentaires (13)

Il faut que les Libanais comprennent que les élections sont faites pour ÉLIRE un personnage a la majorité +1 des voix présentes. Si nous devons nous concerter pour en choisir un cela ne s'appelle plus des "élections" et notre démocratie n'en est plus une. Un président est élu sur base de son programme. En l’occurrence, nous en avons deux. Le premier, celui du Hezbollah et de ses amis: Perpétuer la corruption et la mouise qu'ils ont instaurer depuis 1990, le second: Une tentative de changer les choses en engageant des reformes et faire respecter les lois et la constitution. Un choix claire!

Pierre Christo Hadjigeorgiou

08 h 59, le 19 juin 2024

Tous les commentaires

Commentaires (13)

  • Il faut que les Libanais comprennent que les élections sont faites pour ÉLIRE un personnage a la majorité +1 des voix présentes. Si nous devons nous concerter pour en choisir un cela ne s'appelle plus des "élections" et notre démocratie n'en est plus une. Un président est élu sur base de son programme. En l’occurrence, nous en avons deux. Le premier, celui du Hezbollah et de ses amis: Perpétuer la corruption et la mouise qu'ils ont instaurer depuis 1990, le second: Une tentative de changer les choses en engageant des reformes et faire respecter les lois et la constitution. Un choix claire!

    Pierre Christo Hadjigeorgiou

    08 h 59, le 19 juin 2024

  • L'opposition n'a pas à avoir peur d'un dialogue ou de concertations qui précèdent l'élection présidentielle (à moins qu'elle soit à court d'arguments) Le but est de s'entendre sur le profil du Président dont le Liban a besoin.Sans une telle entente,il y aura une série interminable de séances électorales avortées par un manque de quorum. M.Z

    ZEDANE Mounir

    12 h 51, le 18 juin 2024

  • Qu’il continue de se plaindre et de se cacher

    TAMIN FAROUCK

    08 h 54, le 18 juin 2024

  • Bravo la censure !

    Wow

    00 h 59, le 17 juin 2024

  • Pourquoi me censurer. Un individu pareil qui fricote avec les usurpateurs de son pays depuis des années, n’a pas de leçon à donner aux patriotes qui ont déjà fait leurs preuves de protéger le Liban contre les usurpateurs et l’ont payé de leur sang et de leurs vies. Non mais, il y a quoi de choquant ou d’insultant à sa petite personne? Un opportuniste de cette trempe qui vient donner des leçons de patriotisme sans aucune honte ni décence. On croit rêver.

    Sissi zayyat

    13 h 47, le 16 juin 2024

  • Le jour où il arrêtera de dire le tout et son contraire, peut être que nous considèrerons ses positions, quoique changeantes en fonction du troc qu’il fait avec les usurpateurs de son pays. Il est là preuve vivante de ce qu’un citoyens doit faire pour saquer son pays en regardant son nombril.

    Sissi zayyat

    13 h 43, le 16 juin 2024

  • BONNE JOURNEE, IL NE FAUT PAS CENSURER MA SECONDE PETITE TIRADE.

    LA LIBRE EXPRESSION NE COMMENTE PAS.ELLE CONSEILLE

    13 h 21, le 16 juin 2024

  • La coutume l'emporte sur la constitution dit le barbu ... on croit rêver, mais non en fait. Demain ils inventerons une autre coutume qui dira que le Liban était une province Iranienne 7000 avant JC.

    Zeidan

    13 h 15, le 16 juin 2024

  • En quoi tout ces jeux de rôle changent quelque chose dans la mafiocratie ? Chaque camp voudrait un président qui lui plaise mais celui-ci n’a plus de vrai pouvoir depuis Taef. Via leurs groupes parlementaires respectifs, seuls les grands partis peuvent interpeler le gouvernement sur les grandes questions afin de résoudre les problèmes du peuple, le font-ils ? NON Comment aident ils la justice ? RIEN Alors qu’ils se taisent définitivement au lieu de faire semblant de s’opposer.

    Sam

    12 h 54, le 16 juin 2024

  • Gebran Bassil ne s’occupe que de ses propres intérêts à tous les niveaux. Il s’en fout du CPL et du Liban

    Lecteur excédé par la censure

    10 h 28, le 16 juin 2024

  • - LA TABLE DE DIALOGUE, - PAR LE TANDEM CHIITE, - S,ENTEND POUR MONOLOGUE, - ET PRESENCE GRATUITE. - SEUL A L,ORDRE DU JOUR, - LEUR CHANT DE CONSENSUS, - COMME VU SANS DETOUR, - PAR LES YEUX DES BARBUS. - DU HAKIM AFFICHE, - LE MOTIF A RAISON, - C,EST BRAVER DU PERCHE, - L,ILLOGIQUE VERSION. - QUAND ON VEUT CONSENSUS, - FAUT LIVRER L,ARSENAL, - ET RALLIER LE TISSU, - PUREMENT NATIONAL. - TOUS EGAUX EN LA LOI, - DROIT ET DEMOCRATIE, - ET SANS UN BOUFFON ROI, - POUR IMPOSER L,IMPIE, - BOYCOTTAGE OU BLOCUS, - CONTRE AUCUNE PARTIE, - AU NOM DE CONSENSUS.

    LA LIBRE EXPRESSION NE COMMENTE PAS.ELLE CONSEILLE

    08 h 32, le 16 juin 2024

  • Les FL ont raison de se méfier. On sait comment les "coutumes" instaurées par Berry prennent le pas sur la Constitution. Ainsi de la notion de "législation de nécessité" qui permet à l’Assemblée ce qu’interdit la Constitution, à savoir légiférer en temps de vacance présidentielle. De même du quorum des 2/3 qui aboutit à cette vacance prolongée. Chose que la Constitution (rédigée par des gens intelligents, tout de même) avait évidemment éviter, justement en n’imposant pas de quorum autre que l’ordinaire (majorité + 1).

    Yves Prevost

    08 h 09, le 16 juin 2024

  • Mr Bassil il n’y a plus des place pour le camouflage Parfois il y a des moments dans la vie qu’il Faut trancher entre noir et blanc je considère que c le bon moment de le faire Arrêtez de jouer avec le Feu, le destin des libanais libres est en jeux Regardez les choses en télescope plutôt qu’en microscope En télescope vous verrez le grand paysage facilement cad que le tandem entraîne d’avaler le pays tandis qu’en microscope vous voyer exclusivement la table de dialogue diabolique

    William SEMAAN

    02 h 56, le 16 juin 2024

Retour en haut