Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Catastrophe naturelle

Papouasie-Nouvelle-Guinée : arrivée des secours sur les lieux d'un important glissement de terrain

Cette photo montre une maison démolie sur le site d'un glissement de terrain au village de Yambali dans la région de Maip Mulitaka, dans la province d'Enga en Papouasie-Nouvelle-Guinée, le 25 mai 2024. Photo AFP/Maip Mulitaka

Les secours sont arrivés samedi sur les lieux d'un important glissement de terrain dans une région montagneuse de la Papouasie-Nouvelle-Guinée afin d'aider les villageois à rechercher des centaines de personnes ensevelies sous des amas de boue et de gravats.

Au moins quatre corps ont déjà été retrouvés, a déclaré samedi matin à l'AFP un fonctionnaire des Nations unies basé dans la capitale Port Moresby.

La catastrophe est survenue dans la nuit de jeudi à vendredi vers 03H00 (17H00 GMT jeudi) dans la province d'Enga, au centre de l'archipel, prenant de cours les habitants au milieu de leur sommeil, selon les autorités locales. 

"A l'heure actuelle, nous sommes toujours à la recherche des corps ensevelis par l'énorme glissement de terrain", a déclaré Mark Ipuia, chef de la communauté, qui craint que "plus de 300" villageois n'aient été ensevelis.

"Il y a beaucoup de maisons sous les décombres qui ne peuvent pas être atteintes", a déclaré Serhan Aktoprak, fonctionnaire de l'ONU, qui a estimé à 3.000 le nombre de personnes vivant dans ce village situé à flanc de colline. 

"La terre continue de glisser et de se déplacer, ce qui rend les opérations dangereuses", a-t-il déclaré à l'AFP.

Selon les organisations humanitaires, la catastrophe a anéanti le bétail, les jardins vivriers et les sources d'eau potable du village. 

Pieds nus 

Une équipe de secours, composée de médecins, de militaires et de policiers a commencé à affluer dans la zone sinistrée samedi matin, après avoir effectué un trajet compliqué à travers un terrain accidenté et des routes principales endommagées.

"Bien que la zone ne soit pas densément peuplée, nous craignons que le nombre de morts soit disproportionné", a déclaré l'agence humanitaire CARE samedi, à l'arrivée des premiers renforts.

Des images montrent une zone totalement dévastée par le mélange de roches et de terre qui se sont détachées du mont Mungalo.

C'est les pieds nus que des ouvriers, munis de pelles, de haches et d'outils improvisés, ont commencé à déblayer les éboulis pour tenter de sortir d'éventuels survivants, tandis que d'autres fouillaient des piles de tôle ondulée qui leur servaient d'abri. 

Des bénévoles ont transporté un corps couvert loin de la destruction sur un brancard de fortune.

Pour Nickson Pakea, président de la Chambre de commerce et d'industrie de Porgera, ville aurifère située proche de la zone touchée par le glissement de terrain, peu de progrès seront réalisés tant que les routes ne seront pas remises en état et que des machines plus performantes n'auront pas été acheminées dans la zone sinistrée.

"Complètement ensevelies" 

Steven Kandai, un responsable local, a expliqué à l'AFP que de nombreux habitants n'avaient pas eu le temps de fuir.

"Tout d'un coup, il y a eu un énorme glissement de terrain. La montagne s'est effondrée d'un coup alors que les gens dormaient encore", a-t-il déclaré, ajoutant que leurs maisons étaient "complètement ensevelies". 

Des dizaines d'hommes et de femmes de la région se sont précipités sur les amas de roches et de terre, creusant, criant, écoutant les survivants ou observant, incrédules, la scène.

Pour les habitants de la région, le glissement de terrain a dû être déclenché par les fortes pluies qui se sont abattues sur la zone ces dernières semaines.

Selon la Banque mondiale, la Papouasie-Nouvelle-Guinée a l'un des climats les plus humides du monde, et de violentes précipitations frappent régulièrement ses régions humides, dans les hauts plateaux de l'archipel.

D'après les scientifiques, la variation des régimes pluviométriques en raison du changement climatique augmente le risque de glissements de terrain dans le pays.

En mars, au moins 23 personnes ont déjà perdu la vie quand un glissement de terrain est survenu dans une province voisine.


Les secours sont arrivés samedi sur les lieux d'un important glissement de terrain dans une région montagneuse de la Papouasie-Nouvelle-Guinée afin d'aider les villageois à rechercher des centaines de personnes ensevelies sous des amas de boue et de gravats.

Au moins quatre corps ont déjà été retrouvés, a déclaré samedi matin à l'AFP un...