Rechercher
Rechercher

Agenda - Association

Lancement officiel de Collectif Liban France au cours d’un dîner à Nice

Lancement officiel de Collectif Liban France au cours d’un dîner à Nice

Robert Sacy entouré de Salam Saïfan et des membres de l’association CLIF à l’occasion d’une visite à Beyrouth. Photo DR

C’est dans une ambiance chaleureuse et festive que s’est déroulé le dîner de lancement de l’association Collectif Liban France (CLIF) à l’hôtel Aston la Scala à Nice, en partenariat et au profit de l’association Assameh Birth & Beyond (BB) pour les enfants démunis, admis à l’hôpital public de la Quarantaine à Beyrouth. CLIF a pour objet de promouvoir des ponts culturels, des liens sociaux, médicaux et de l’aide humanitaire entre les deux rives de la Méditerranée, la Côte d’Azur et Beyrouth. Dans son allocution, Salam Saïfan, présidente du CLIF, a accueilli les présents, dont des personnalités politiques et associatives, en mettant l’accent sur « les relations bilatérales historiques et privilégiées qu’entretiennent depuis de très nombreuses années la France et le Liban, et nous faisons partie désormais de cette terre d’accueil qui nous est aussi chère que notre terre natale que nous voulons soutenir ». Elle a expliqué que cette soirée était dédiée à l’aide et au soutien de l’association Assameh BB, dont le président et chef de département de pédiatrie à l’hôpital gouvernemental de la Quarantaine, le Pr Robert Sacy, œuvre tous les jours pour soigner les bébés et les enfants démunis. Dans une intervention diffusée par visioconférence, Robert Sacy a remercié « le CLIF pour son soutien sans arrêt depuis l’explosion au port de Beyrouth, qui nous envoie régulièrement des aides médicales et financières ». « D’autant plus que les besoins augmentent, a-t-il expliqué. Notre ONG a vu le jour en 2014 dans le but de soigner des bébés prématurés et des enfants défavorisés. L’idée m’est alors venue de créer un service de pédiatrie de pointe dans un hôpital gouvernemental à proximité de l’hôpital Saint-Georges (où j’ai exercé pendant 40 ans). Et j’ai pu le faire grâce à l’aide de la Fondation Carlos Slim. Par la suite, des conventions académiques ont été signées avec les facultés de médecine de l’Université de Balamand, de l’USJ, de Saint-Georges et de l’UL. »

« Nous étions arrivés à soigner 900 à 1 000 malades par an jusqu’au jour meurtrier de l’explosion du 4 août qui a détruit tout notre département, poursuit le pédiatre. La Suisse l’a alors généreusement reconstruit, et huit mois plus tard, nous avons recommencé à admettre entre 1 300 et 1 500 patients par an. Nous avons réussi également, grâce à l’aide de la France, de Chypre et de plusieurs donateurs dont le Rotary Club, à édifier un centre mère-enfant et à monter un service d’obstétrique et de grossesses à risque, qui devra être inauguré le 4 août 2024. »

Robert Sacy se déclare fier de la crédibilité acquise, « une récompense de la transparence dont nous avons fait preuve. Nous sommes devenus un centre de référence pédiatrique, surtout en chirurgie néonatale, pour les prématurés en détresse respiratoire, ainsi qu’en matière d’intervention sur les fœtus in utero et prochainement de dialyse. De ce fait, tous les enfants malades de travailleurs immigrants, de Libanais défavorisés, de réfugiés pourront continuer à bénéficier des soins nécessaires sans aucune discrimination ».

C’est dans une ambiance chaleureuse et festive que s’est déroulé le dîner de lancement de l’association Collectif Liban France (CLIF) à l’hôtel Aston la Scala à Nice, en partenariat et au profit de l’association Assameh Birth & Beyond (BB) pour les enfants démunis, admis à l’hôpital public de la Quarantaine à Beyrouth. CLIF a pour objet de promouvoir des ponts culturels,...