Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Réactions

Appels internationaux à une désescalade

Les frappes ont suscité de vives condamnations dans le monde et des appels à la retenue.

Appels internationaux à une désescalade

Le président américain Joe Biden réuni avec son Conseil de sécurité nationale pour suivre la situation au Proche-Orient, le 13 avril 2024. Photo AFP

Des dirigeants du monde entier ont appelé dimanche à la retenue après l’attaque massive de drones et de missiles menée dans la nuit par l’Iran contre Israël, en réponse à une frappe contre son consulat à Damas qu’il lui impute, une opération qui fait craindre un embrasement régional.

à la demande d’Israël, le Conseil de sécurité de l’ONU devait se réunir en urgence dimanche. Son chef António Guterres a condamné « une grave escalade », à l’instar de nombreux pays, comme la France et l’Allemagne, qui craignent un embrasement régional.

« Nous ne voulons pas d’escalade. Nous ne voulons pas d’une guerre étendue avec l’Iran », a déclaré dimanche après-midi le porte-parole du Conseil national de sécurité de la Maison-Blanche John Kirby sur la chaîne de télévision américaine NBC. Plus tôt, le président américain Joe Biden, qui a renouvelé son soutien « inébranlable » à Israël, a annoncé la tenue d’une réunion du G7 afin de coordonner une « réponse diplomatique unie » à l’attaque iranienne. Il a ensuite « condamné ces attaques avec la plus grande fermeté », les qualifiant d’« éhontées ». Les forces américaines ont contribué à abattre « presque tous » les projectiles iraniens, a-t-il dit dans un communiqué.

Damas et Hezbollah : le droit à l’autodéfense

Dans la foulée, Téhéran a appelé les États-Unis à rester à l’écart de son conflit avec Israël. « Il s’agit d’un conflit entre l’Iran et le régime voyou israélien, dont les États-Unis doivent rester à l’écart ! » a écrit la mission iranienne à l’ONU sur le réseau X.

La Syrie a estimé que l’Iran, son allié, avait exercé son « droit à l’autodéfense » en riposte à un raid sur son consulat à Damas. « La réponse iranienne (...) est un droit légitime à l’autodéfense », a affirmé le ministre syrien des Affaires étrangères Fayçal Mekdad. Lors d’un entretien téléphonique avec son homologue iranien Hossein Amir-Abdollahian, le ministre syrien a ajouté que l’Iran avait « apporté la réponse appropriée à l’entité sioniste (...) qui n’a pas respecté les conventions internationales ». Le Hezbollah a également insisté sur le droit de l’Iran à exercer « son droit naturel et légal malgré les menaces, intimidations et pressions » en réalisant ces frappes. Le parti chiite « félicite les dirigeants de la République islamique d’Iran après l’attaque remarquable et sans précédent » contre Israël. Il salue en outre « une décision courageuse et sage, une réponse ferme à l’agression sioniste sur le consulat iranien à Damas ». « L’opération a atteint ses objectifs militaires fixés de manière précise, malgré la participation des États-Unis et de leurs alliés dans la réponse » à l’attaque, ajoute un communiqué du parti chiite.

L’Iran a amené « en toute conscience » le Moyen-Orient « au bord du précipice », a accusé dimanche la ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock, en référence à une éventuelle contre-attaque israélienne.

L’OTAN « condamne l’escalade de l’Iran » et « appelle à la retenue », ajoutant dans un communiqué qu’il est « essentiel que le conflit au Moyen-Orient ne devienne pas incontrôlable ».

La crainte d’un embrasement régional est dans toutes les têtes. L’Égypte a mis en garde contre un « risque d’expansion régionale du conflit », l’Arabie saoudite a appelé à « la plus grande retenue », et l’Irak « à ne pas étendre la situation ». La Turquie a appelé à « mettre fin à l’escalade » au Moyen-Orient.

L’émirat du Qatar exhorte la communauté internationale à « prendre des mesures urgentes pour désamorcer la tension ». Son ministère des Affaires étrangères a exprimé sa « profonde inquiétude ».

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak a appelé au « calme », disant travailler avec les alliés du Royaume-Uni à un « désamorçage » de la situation. « La Chine exprime sa profonde préoccupation concernant l’aggravation actuelle et appelle les parties concernées à faire preuve de calme et de retenue afin d’éviter une nouvelle escalade » des tensions, a indiqué le ministère chinois des Affaires étrangères. La Russie a également appelé à la « retenue ».

En outre, le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a appelé à « éviter à tout prix une escalade régionale » et condamné l’attaque de l’Iran perpétrée au cours d’une « longue nuit angoissante ».

Signe du climat inflammable dans la région, la France a annoncé dimanche recommander à ses ressortissants de quitter temporairement l’Iran.

De son côté, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a appelé à une réponse mondiale « résolue et unie » face à la « terreur » de l’Iran et de la Russie en condamnant l’attaque menée par Téhéran.

Les pays de l’est de l’UE ont apporté un soutien appuyé à Israël, comme la Pologne, par la voix de son ministre des Affaires étrangères Radoslaw Sikorski : « Bravo à Israël pour avoir repoussé un énorme assaut aérien iranien, coordonné depuis plusieurs directions. Les capacités antimissiles d’Israël devraient être renforcées et des défenses similaires devraient être envoyées en Ukraine. »

Depuis Rome, le pape François a lancé un « appel pressant » contre « une spirale de violence risquant d’entraîner le Moyen-Orient dans un conflit encore plus grand ».

Face aux condamnations occidentales, l’Iran a annoncé avoir convoqué les ambassadeurs du Royaume-Uni, de France et d’Allemagne.

Source : AFP

Des dirigeants du monde entier ont appelé dimanche à la retenue après l’attaque massive de drones et de missiles menée dans la nuit par l’Iran contre Israël, en réponse à une frappe contre son consulat à Damas qu’il lui impute, une opération qui fait craindre un embrasement régional.à la demande d’Israël, le Conseil de sécurité de l’ONU devait se réunir en urgence...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut