Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Diplomatie

En Côte d'Ivoire, l'envoyé de Macron pour l'Afrique évoque le « remodelage » de la présence militaire française

En Côte d'Ivoire, l'envoyé de Macron pour l'Afrique évoque le « remodelage » de la présence militaire française

L'envoyé personnel du président français pour l'Afrique, Jean-Marie Bockel. Photo d'archives AFP

L'envoyé personnel du président français pour l'Afrique, Jean-Marie Bockel, a évoqué mercredi le « remodelage » de la présence militaire française en Côte d'Ivoire, à l'occasion d'une visite à Abidjan, sa première sur le continent depuis sa prise de fonctions au début du mois.

« Le terme remodeler me paraît être le bon terme. L'esprit, c'est de venir avec des propositions, une écoute et ensuite un dialogue qui aboutisse à un accord gagnant pour les deux parties », a déclaré M. Bockel à l'issue d'un « échange riche » d'une heure avec le président ivoirien Alassane Ouattara.

M. Bockel, ancien secrétaire d'Etat à la Coopération du président Nicolas Sarkozy (2007-2008), a été chargé le 6 février par Emmanuel Macron de discuter avec les partenaires africains des nouvelles formes de la présence militaire française sur leurs sols.

C'est en Côte d'Ivoire, l'un des plus solides alliés de la France en Afrique de l'Ouest, qui abrite quelque 900 militaires français au sein du 43e Bataillon d'infanterie de marine (43e BIMa), qu'il a choisi de faire sa première visite.

« On ne veut pas réduire nos efforts mais c'est une globalité: il y aura des évolutions, l'empreinte sera moindre sur certains aspects et plus forte sur d'autres », a-t-il affirmé, sans donner de détails.

« Les perspectives de notre partenariat en matière de sécurité sont des perspectives d'accompagnement de renforcement de la force militaire souveraine de la Côte d'Ivoire, de sa montée en puissance quantitative et qualitative », a-t-il ajouté, évoquant « un processus qui a déjà commencé ».

Les militaires français ont été tour à tour chassés du Mali, du Burkina puis du Niger, trois pays ouest-africains gouvernés par des régimes militaires arrivés au pouvoir par des coups d'Etat et désormais ouvertement hostiles à la France.

Depuis environ un an, Paris met en avant sa volonté de profondément transformer ses rapports avec le continent, en martelant qu'elle est avant tout à l'écoute des demandes des partenaires africains, notamment sur les questions de sécurité.

Outre la Côte d'Ivoire, trois autres pays africains accueillant des bases sont concernés par ces adaptations du dispositif militaire: le Sénégal, le Gabon et le Tchad.

Jean-Marie Bockel doit rendre à l'Elysée ses recommandations en juillet.

L'envoyé personnel du président français pour l'Afrique, Jean-Marie Bockel, a évoqué mercredi le « remodelage » de la présence militaire française en Côte d'Ivoire, à l'occasion d'une visite à Abidjan, sa première sur le continent depuis sa prise de fonctions au début du mois.« Le terme remodeler me paraît être le bon terme. L'esprit, c'est de venir avec des propositions, une...