Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Gaza

Israël annonce la mort de trois otages tués "par erreur" par des soldats

Une femme tient la photo d'un homme kidnappé par le Hamas, lors d'une manifestation à New York, le 15 décembre 2023. Photo Michael M. Santiago / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

L'armée israélienne a annoncé que des soldats opérant dans la bande de Gaza avaient tué vendredi trois otages israéliens « identifiés par erreur » comme une « menace ».

« Lors de combats à Choujaiya (nord), l'armée a identifié par erreur trois otages israéliens comme une menace. En conséquence, les soldats ont ouvert le feu dans leur direction et ils ont été tués », a indiqué le porte-parole de l'armée, Daniel Hagari, à la télévision.

Ils se sont « soit échappés ou ont été abandonnés » par leurs geôliers, a-t-il ajouté, promettant une « enquête transparente ».

Les victimes sont Yotam Haïm, un batteur de Heav Metal de 28 ans, et Samer al-Talalqa, un Bédouin de 25 ans, tous deux enlevés au kibboutz Nir Am lors de l'attaque meurtrière du Hamas dans le sud d'Israël le 7 octobre, précise un communiqué de l'armée.

La famille du troisième otage tué n'a pas souhaité que son identité soit rendue publique.

Leurs corps ont été rapatriés en Israël.

L'armée souligne qu'ils ont trouvé la mort « dans une zone de combat active » dans laquelle ses soldats livrent « une bataille continue depuis plusieurs jours » face aux combattants du Hamas.

Elle a fait part de ses « profonds regrets » aux familles de victimes, ajoutant que « sa mission est de localiser les disparus et de ramener les otages chez eux ».

Ces décès portent à 22 le nombre d'otages dont la mort a été confirmée par l'armée sur les quelques 250 personnes emmenées de force par le Hamas dans la bande de Gaza le 7 octobre. 110 otages ont été libérés, et 129 restent captifs sans qu'il soit possible de savoir s'ils sont vivants.

La guerre dans la bande de Gaza a été déclenchée en riposte à l'attaque le 7 octobre, sans précédent dans l'histoire d'Israël, menée par le Hamas, qui a fait environ 1.200 morts, en majorité des civils, selon les autorités.

Israël a promis de « détruire » le Hamas et a lancé une offensive sur la bande de Gaza. Près de 18.800 personnes, à 70% des femmes, des enfants et adolescents, ont été tuées par les bombardements israéliens, d'après le ministère de la Santé du Hamas, au pouvoir à Gaza.

Après avoir intensément bombardé le petit territoire côtier gouverné depuis 2007 par le mouvement islamiste palestinien, l'armée israélienne a lancé le 27 octobre une offensive terrestre.

Depuis, 119 soldats israéliens ont été tués, dont environ 20% ont été victimes de frappes ou tirs dits « amis », autrement dit provenant de leurs propres forces armées, selon les données des autorités militaires.

Des associations de familles réclament un cessez-le-feu tant que tous les otages n'ont pas été libérés, craignant qu'ils ne soient tués par leurs ravisseurs ou victimes collatérales des combats.

Il y a une semaine, l'armée israélienne a reconnu l'échec d'une opération visant à libérer des otages, durant laquelle deux soldats ont été grièvement blessés. Le Hamas a de son côté affirmé qu'un otage israélien, Sahar Baruch, 25 ans, avait trouvé la mort lors de cette opération, diffusant des images de sa dépouille. Sa famille a confirmé qu'il s'agissait bien du jeune homme.

L'armée israélienne a annoncé que des soldats opérant dans la bande de Gaza avaient tué vendredi trois otages israéliens « identifiés par erreur » comme une « menace ».« Lors de combats à Choujaiya (nord), l'armée a identifié par erreur trois otages israéliens comme une menace. En conséquence, les soldats ont ouvert le feu dans leur direction et ils ont été tués », a indiqué...