Rechercher
Rechercher

Dernières Infos

Liban: deux morts, dont un soldat, dans des frappes israéliennes (agence et armée)

Deux personnes, dont un soldat libanais, ont été tuées mardi dans des bombardements israéliens dans le sud du Liban, ont indiqué l'armée libanaise et l'agence de presse officielle.

Dans un communiqué, l'armée, déployée dans la zone frontalière, a indiqué que "l'ennemi israélien a bombardé" un de ses postes militaires dans la région de Aadaissé, "tuant un soldat et en blessant trois autres".

Il s'agit du premier soldat libanais tué depuis le début des échanges de tirs quasi-quotidiens à la frontière entre Israël et le mouvement armée libanais Hezbollah, allié du mouvement palestinien Hamas, le 8 octobre.

Ces violences ont éclaté au lendemain du début de la guerre entre Israël et le Hamas, déclenchée par une attaque sans précédent du mouvement islamiste palestinien sur le sol israélien le 7 octobre.

Le puissant mouvement armé pro-iranien a revendiqué mardi une série d'attaques contre les troupes et les positions israéliennes dans la zone frontalière.

Israël bombarde des zones frontalières, affirmant viser des infrastructures du parti pro-iranien et ses combattants dans le sud du Liban.

Le chef d'état-major israélien, le général Herzi Halevi, a déclaré mardi que son armée "agit résolument contre quiconque préparant ou tentant de porter atteinte aux citoyens et aux soldats d'Israël", assurant qu'elle "faisait payer un prix fort au Hezbollah".

L'Agence nationale d'information libanaise (ANI) a rapporté mardi des tirs d'artillerie et des frappes aériennes israéliennes sur les régions proches de la frontière avec Israël, faisant état de la mort d'un agriculteur syrien lors d'un bombardement sur la ferme où il travaillait.

Depuis le 7 octobre, les violences à la frontière ont fait plus de 110 morts au Liban, dont une majorité de combattants du Hezbollah et plus de 14 civils incluant trois journalistes, selon un décompte de l'AFP.

Au moins six soldats israéliens et trois civils ont été tués en Israël dans les attaques en provenance du Liban, selon les autorités.

La Force intérimaire de l'ONU au Liban (Finul), déployée dans le sud du pays, a elle aussi été touchée à plusieurs reprises par les bombardements.

Commentant la mort du soldat libanais, elle a souligné dans un communiqué que "les forces armées libanaises n'ont pas pris part au conflit avec Israël".

Elle a déploré une "hausse alarmante" des violences dans le secteur ces derniers jours, craignant qu'elles ne mènent à "des conséquences dévastatrices des deux côtés" de la frontière.

La résolution 1701 du Conseil de sécurité de l'ONU, adoptée après la guerre ayant opposé en 2006 Israël au Hezbollah, demande au gouvernement libanais d'étendre son autorité sur tout le territoire national, ainsi que le désarmement du Hezbollah, qui était bien implanté dans le sud.

Même si depuis 2006, le Hezbollah n'a aucune présence militaire visible à la frontière sud, conformément à la résolution, ses combattants lancent des attaques contre Israël depuis la zone frontalière où il dispose d'un réseau de tunnels et de tranchées, selon des experts.

Le Premier ministre libanais Najib Mikati a déclaré mardi que des pourparlers sous l'égide de l'ONU étaient prévus dans les mois à venir et porteraient sur la mise en oeuvre de la résolution 1701.

"Nous espérons qu'au cours des trois prochains mois, nous aurons une stabilité totale à nos frontières", a-t-il dit dans un communiqué.
Deux personnes, dont un soldat libanais, ont été tuées mardi dans des bombardements israéliens dans le sud du Liban, ont indiqué l'armée libanaise et l'agence de presse officielle.Dans un communiqué, l'armée, déployée dans la zone frontalière, a indiqué que "l'ennemi israélien a bombardé" un de ses postes militaires dans la région de Aadaissé, "tuant un soldat et en blessant trois...