Rechercher
Rechercher

Santé - Pharmaceutique

Traitements contre l’obésité : une nouvelle ère, mais plusieurs questions

Traitements contre l’obésité : une nouvelle ère, mais plusieurs questions

Des médicaments à base de GLP-1 sont indiqués dans le traitement de l’obésité. Photo d’illustration Bigstock

Des traitements conçus pour soigner le diabète qui agissent aussi contre l’obésité : la prise en charge de cette maladie chronique, fléau mondial de santé publique, entre dans « une nouvelle ère », mais nombreux sont les appels à la prudence face à un usage détourné de ces produits.

Ces médicaments miment une hormone secrétée par les intestins (GLP-1) qui agit sur le pancréas pour favoriser la sécrétion d’insuline et qui envoie au cerveau un signal de satiété après avoir ingéré de la nourriture.

Plusieurs médicaments à base de GLP-1 sont ainsi indiqués dans le traitement de l’obésité ou de surcharge pondérale avec facteurs de comorbidité.

« On voit des effets en termes de perte de poids qu’on n’avait jamais vus avant par rapport à d’autres médicaments et qui peuvent se rapprocher de la chirurgie de l’obésité », déclare Karine Clément, professeure en nutrition à l’hôpital de la Pitié-Salpétrière et directrice de l’unité de recherche sur nutrition et obésité à l’Inserm. « C’est un vrai changement dans la prise en charge » mais « en aucun cas cela ne guérit la maladie » : l’arrêt du traitement fait reprendre du poids, souligne-t-elle.

« Une vraie petite révolution pharmaceutique et sociétale », abonde l’économiste de la santé Frédéric Bizard, enjoignant cependant à la prudence, comme pour tout nouveau traitement.

Ces propriétés amaigrissantes sont affichées par des célébrités et autres influenceurs sur les réseaux sociaux, créant un véritable engouement pour ces médicaments vus par le public comme le moyen le plus efficace de perdre quelques kilos.

Un engouement qui peut déraper

On a donc un détournement d’usage de certaines molécules de GLP-1, comme la semaglutide utilisée dans l’antidiabétique Ozempic du laboratoire danois Novo Nordisk. Incontournable sur le marché de la lutte contre le diabète, Novo Nordisk a annoncé récemment un nouvel investissement de 2,1 milliards d’euros sur un site de production d’antidiabétiques au sud-ouest de Paris, en France.

Les autorités sanitaires tirent régulièrement la sonnette d’alarme, car le médicament, indispensable aux diabétiques, peut venir à manquer.

L’engouement est tel que des stylos injecteurs faussement étiquetés Ozempic circulent, ont récemment mis en garde les autorités sanitaires européenne et française.

Ce type de médicaments, baptisés analogues GLP-1, peut avoir des effets secondaires tels que des nausées, vomissements, troubles gastro-intestinaux. Ils « doivent être prescrits à bon escient, de façon encadrée, car c’est un domaine sensible où il y a eu beaucoup d’échecs par le passé », insiste la Pr Karine Clément. « La vraie question, c’est le très long terme, dit-elle. Et puis, il y a des gens qui répondent à ces traitements, d’autres pas. On ne comprend pas pourquoi. »

Autre bémol : le mode d’administration, encore exclusivement injectable, mais surtout le prix de ce médicament et ses conséquences sur le budget de la santé (le traitement coûte un millier de dollars par mois pour un patient aux États-Unis).

Vers des hormones de satiété ?

Les groupes pharmaceutiques pionniers dans ce domaine sont les premiers bénéficiaires de cette percée dans le traitement de l’obésité : Novo Nordisk (Wegovy contre l’obésité et Ozempic contre le diabète) est devenu en septembre la première capitalisation boursière européenne. Autre groupe en pointe dans ce domaine : l’américain Eli Lilly (tirzepatide, Mounjaro).

Les investissements vont bon train – à coup de milliards d’euros – pour satisfaire la demande et accroître les capacités de production. La Fédération mondiale de l’obésité prévoit que l’obésité (indice de masse corporelle supérieur à 30 kg/m2) affectera près de deux milliards d’êtres humains d’ici à 2035.

D’autres solutions sont en préparation dans l’industrie. « Dans les années qui viennent, on va voir arriver des combinaisons de deux ou trois hormones », indique la Pr Clément.

À Lyon, la biotech Adocia développe une insuline combinée à l’amyline pour « remplacer une insuline qui fait prendre du poids par une insuline qui en fait perdre » aux personnes diabétiques de type 1.

« On est dans une nouvelle ère : celle des hormones de satiété et non plus celle des coupe-faim », souligne Olivier Soula, à la tête de cette biotech.

Anne PADIEU/AFP

Des traitements conçus pour soigner le diabète qui agissent aussi contre l’obésité : la prise en charge de cette maladie chronique, fléau mondial de santé publique, entre dans « une nouvelle ère », mais nombreux sont les appels à la prudence face à un usage détourné de ces produits.Ces médicaments miment une hormone secrétée par les intestins (GLP-1) qui agit sur...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut