Rechercher
Rechercher

Culture - Succession

En attendant l’élection du futur Secrétaire perpétuel de l’Académie française

Jeudi 28 septembre, les Immortels devront choisir entre deux écrivains de grande envergure, Amin Maalouf et Jean-Christophe Rufin.

En attendant l’élection du futur Secrétaire perpétuel de l’Académie française

Jean-Christophe Rufin et Amin Maalouf portant l'emblématique habit vert des Immortels. Photo AFP

À la veille du vote du 28 septembre, une certaine effervescence domine autour de l’identité de la personne qui remplacera Hélène Carrère d’Encausse, décédée en août dernier, au poste de Secrétaire perpétuel de l’Académie française.

Manuel Carcassonne, qui dirige les éditions Stock, s’exprime sur le sujet « en tant qu’observateur extérieur, sans lien personnel avec l’institution ». L’éditeur, qui est une figure marquante du monde littéraire parisien, relativise l’ampleur de cette expectative autour d’un poste qui n’a été occupé que par 32 personnes depuis 1634. « La période actuelle est très chargée, on est en pleine rentrée scolaire et littéraire, dans les listes de prix, des meilleures ventes, les auteurs enchaînent les déplacements, et je ne suis pas certain que ce vote passionne la France entière. En revanche, ce qui est intéressant, c’est le rebondissement qu’a connu cette élection. Jusqu’à lundi, la candidature d’Amin Maalouf était unique, ce qui semblait impliquer qu’elle était consensuelle. Celle de Jean-Christophe Rufin a introduit une forme de suspense, et je ne perçois pas ce qu’elle peut signifier », confie l’auteur du Retournement (Grasset, 2022). « C’est normal qu’il y ait plusieurs candidats pour un fauteuil, mais pour le vote de jeudi, la situation est assez intrigante, car inattendue. Il me semble que l’enjeu de l’élection est lié à un choix de personnalité et de type de gouvernance, de vision, que l’un ou l’autre pourrait incarner. Une page nouvelle s’ouvre, et il y aura des positions à prendre sur des sujets essentiels », poursuit l’éditeur, qui est ami avec les deux Académiciens.

Lire aussi

Amin Maalouf à « L’OLJ » : « J’évite de dire je suis citoyen du monde parce que c’est prématuré »

« Les atouts de chacun sont intéressants, notamment par leur implication dans le monde littéraire et leurs expérience professionnelle : Amin Maalouf, par son expérience journalistique riche et sa culture historique remarquable, et Jean-Christophe Rufin, avec son passé de médecin et de diplomate», enchaîne Manuel Carcassonne, qui a pu évoquer avec différents académiciens les nécessités de modernisation de l’Académie française. « En tant qu’éditeur, il me semble qu’il y a des engagements à prendre sur la langue française, des combats de la francophonie qu’il faut adapter. Cette évolution a peut-être été un peu ralentie ces derniers temps. Au-delà du décorum et du charme de l’Institution, celle-ci mène une action culturelle, représentative et internationale essentielle, qui devrait prendre des formes plus adaptées aux enjeux contemporains », conclut le patron de Stock avec conviction.

La plus haute et la plus prestigieuse fonction au sein de l’Académie française

Concernant les détails pratiques et fonctionnels, et en réponse aux questions de L’Orient-Le Jour, l’Académie française précise que les académiciens « procéderont à l’élection du nouveau Secrétaire perpétuel lors de la séance plénière (première réunion de cette rentrée) de ce jeudi 28 septembre, qui se tiendra de 15h à 16h30 (heure française, donc de 16h à 17h30 au Liban, NDLR). » L’institution confirme par ailleurs que deux candidatures ont été enregistrées, celle d'Amin Maalouf et celle de Jean-Christophe Rufin. « Le vote se déroule à bulletins secrets ; le Secrétaire perpétuel est élu à la majorité absolue avec un quorum de 20 membres (article 13 des statuts de 1816). L’élection de ce nouveau Secrétaire perpétuel devra avoir reçu l’approbation du chef de l’État, protecteur de l’Académie française ; c’est alors qu’il pourra prendre ses fonctions pleines et entières. Les statuts et règlements de l’Académie française de 1816, consultables sur le site de l’Académie française, précisent la plupart des tâches qui incombent au Secrétaire perpétuel. Ces statuts prévalent toujours », affirme l'Académie.

La fonction de Secrétaire perpétuel est la plus haute et la plus prestigieuse fonction au sein de l’Académie. Elle s’exerce à vie et consiste à mener les différentes actions de l’institution, dont la mission est de préserver et de valoriser la langue française. Ce sera donc l’auteur du Rocher de Tanios ( prix Goncourt 1993) ou de Rouge Brésil (prix Goncourt 2001) qui aura la charge de la publication prochaine de la 9e édition du Dictionnaire de l’Académie française.

À la veille du vote du 28 septembre, une certaine effervescence domine autour de l’identité de la personne qui remplacera Hélène Carrère d’Encausse, décédée en août dernier, au poste de Secrétaire perpétuel de l’Académie française.Manuel Carcassonne, qui dirige les éditions Stock, s’exprime sur le sujet « en tant qu’observateur extérieur, sans lien personnel avec...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut