Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - FOCUS

Manifestations contre le régime syrien à Alep

Sur fond de détérioration des conditions de vie, de plus en plus de Syriens descendent dans les rues pour protester contre le régime, y compris dans les zones sous contrôle de Damas.


Manifestations contre le régime syrien à Alep

Une affiche brandie au cours d'une manifestation dans la ville à majorité druze de Soueida signale : « Quand le peuple a faim, il mange ses dirigeants, pas des pierres. » Photo Suwayda 24/AFP

Alep, 23 août 2023. Les quartiers d’al-Firdous, al-Sukkari et Salah al-Din auraient été agités en soirée par de rares manifestations qui ont mobilisé des forces de sécurité syriennes en alerte. Des véhicules blindés sont déployés pour disperser la foule, affirme le média d’opposition Syria TV, qui rapporte l’information. Un rappel douloureux du siège subi au début des années 1980, mais surtout, des combats et bombardements qui ont détruit la ville alors divisée entre groupes rebelles et forces loyalistes durant la guerre civile. Un manifestant aurait été tué mercredi soir et d’autres arrêtés le lendemain matin, avance sur le réseau X (anciennement Twitter) Charles Lister, directeur du programme Syrie au Middle East Institute. Malgré une crainte d’un retour à la violence, plus de douze ans après le début de la révolution syrienne, un vent de contestation inédit souffle sur le pays, touchant les zones sous contrôle du régime de Bachar el-Assad. Dans les villes loyalistes de Lattaquié et Damas, quelques rares contestataires ont osé s’exprimer publiquement sur les réseaux sociaux. L’un d’entre eux a été arrêté.

La goutte d’eau qui a fait déborder le vase : la décision du gouvernement syrien mercredi 17 août de lever totalement les subventions sur l’essence et partiellement celles sur le fuel. Se voulant rassurant, l’État a affirmé que les mesures n’affecteront que les riches, alors que le président annonçait dans le même temps doubler les salaires des fonctionnaires et les pensions des retraités. Mais la population ne semble pas y croire. Confrontés à une crise économique sans précédent, la livre syrienne continuant sa chute libre tandis que l’inflation ne cesse d’augmenter, des centaines de Syriens sont descendus dans la rue dès le lendemain de cette annonce. Notamment dans le Sud, à Soueida, ville à majorité druze où une grève générale a même été déclarée dès dimanche, et à Deraa, berceau de la révolution de 2011, toutes deux tenues par le régime de Damas.

Lire aussi

Comme un avant-goût de 2011, un vent de contestation souffle sur la Syrie

Les rassemblements se poursuivent, dépassant les demandes économiques et visant directement le régime. À Soueida, aux cris de « À bas Bachar el-Assad », des posters représentant le président syrien ont été brûlés dans la ville, où des religieux druzes ont exprimé leur soutien et leur solidarité au mouvement de contestation, repoussant le dialogue avec le parti Baas. Des revendications devenues politiques et exprimant un ras-le-bol de la population, en dépit du risque de répression. En décembre dernier, un manifestant et un policier avaient été tués dans des affrontements en marge de rassemblements contre la dégradation des conditions de vie, durant lesquels des portraits de Bachar el-Assad avaient été arrachés de certains bâtiments. Lundi, c’est la ville de Nawa, au nord de la province de Deraa, qui a été le théâtre de violences par les forces de l’ordre, suite à une manifestation populaire rassemblant des dizaines de jeunes près des bureaux de la sécurité militaire. Ils appelaient à la chute du régime, selon le média Enab Baladi. Des coups de feu échangés ont été suivis de tirs de mortiers lancés par les autorités, rapporte le média d’opposition.

Hors des zones contrôlées par le régime, des meetings ont été organisés en soutien aux manifestants, notamment à Deir el-Zor, et un mouvement d’ampleur est prévu vendredi dans la province d’Idleb sous administration de groupes rebelles, au premier rang desquels Hay’at Tahrir al-Cham (HTC). Si la faction jihadiste anciennement affiliée à el-Qaëda est régulièrement la cible de bombardements russes soutenant les forces de Bachar el-Assad – qui touchent souvent des civils  –, ces frappes se sont récemment multipliées. Une réponse à des « attaques répétées » contre les autorités gouvernementales, signale le ministère de la Défense à Damas. L'armée syrienne et son allié russe « ont mené plusieurs bombardements aériens et à l'artillerie contre des quartiers généraux terroristes à Alep, Lattaquié et Hama », a-t-il précisé dans un communiqué mercredi. De quoi laisser présager de la réaction du régime si la contestation devait s’amplifier.

Alep, 23 août 2023. Les quartiers d’al-Firdous, al-Sukkari et Salah al-Din auraient été agités en soirée par de rares manifestations qui ont mobilisé des forces de sécurité syriennes en alerte. Des véhicules blindés sont déployés pour disperser la foule, affirme le média d’opposition Syria TV, qui rapporte l’information. Un rappel douloureux du siège subi au début des années...
commentaires (1)

Utopies et chimères , encore une fois .

Chucri Abboud

14 h 21, le 25 août 2023

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Utopies et chimères , encore une fois .

    Chucri Abboud

    14 h 21, le 25 août 2023

Retour en haut