Rechercher
Rechercher

Politique - Sanctions

Washington s'attaque à un réseau de financement du Hezbollah

Le Trésor américain soupçonne plus d'une cinquantaine de personnes et d'entreprises d'aider Nazem Ahmed, décrit comme un diamantaire "impliqué dans le commerce de +diamants de sang+".

Des partisans du Hezbollah brandissant des drapeaux du parti chiite et ceux du Liban, le 14 avril 2023 dans la banlieue sud de Beyrouth, lors d'un discours du chef du parti, Hassan Nasrallah. Photo João Sousa

L'administration américaine a annoncé mardi avoir mis au jour un réseau de blanchiment et de contournement de sanctions permettant de soutenir l'homme d'affaires et collectionneur d'art libanais Nazem Ahmed, considéré par les Etats-Unis comme le financier du Hezbollah. Le jour même, Londres a annoncé avoir gelé les avoirs de cet homme.

Nazem Ahmed, décrit comme un diamantaire "impliqué dans le commerce de +diamants de sang+" dans un communiqué, est sous sanctions du département américain du Trésor depuis 2019.

Le Trésor soupçonne cette fois plus d'une cinquantaine de personnes et d'entreprises d'aider M. Ahmed à échapper aux sanctions américaines. Elles sont à leur tour cibles de sanctions, notamment le gel de l'ensemble de leurs avoirs aux Etats-Unis et l'interdiction à toute entreprise ou citoyen américain de faire des affaires avec elles, au risque d'être à leur tour visées par des sanctions.

Quant à Nazem Ahmed, le département de la Justice a annoncé lancer des poursuites à son encontre pour contournement de sanctions, estimant à plus de 400 millions de dollars le montant des échanges réalisés par M. Ahmed entre 2020 et 2022, dont 160 millions de dollars "via le système financier américain". Cela concerne également l'achat d'oeuvres d'art auprès de galeries d'art à Chicago ou Los Angeles et d'un artiste new-yorkais. Les poursuites concernent également huit autres personnes, l'une d'entre elles ayant été interpellée mardi au Royaume-Uni, à la demande des Etats-Unis.

Lire aussi

Londres gèle les avoirs d'un Libanais soupçonné de financer le Hezbollah

Le réseau s'étend depuis le Liban à une dizaine de pays, parmi lesquels plusieurs pays africains, dont l'Afrique du Sud ou la Côte d'Ivoire, ainsi qu'aux Emirats Arabes Unis, Belgique et Royaume-Uni.

L'opération mise au jour consiste à assurer le financement du mouvement chiite libanais par l'achat de pierres précieuses, oeuvres d'art et produits de luxe, permettant ainsi le blanchiment des fonds autrement soumis à sanctions.

"Les personnes impliquées ont utilisé des sociétés-écran et des pratiques frauduleuses afin de masquer le rôle de Nazem Said Ahmed dans ces transactions financières", a expliqué le sous-secrétaire au Trésor en charge du terrorisme et du renseignement financier, Brian Nelson, cité dans le communiqué. "Les acteurs du marché du luxe doivent être particulièrement vigilants face à ces potentielles tactiques qui permettent le financement du terrorisme, le blanchiment d'argent et le contournement des sanctions", a ajouté M. Nelson.

Le Trésor précise que cette série de sanctions est, elle aussi, décidée en coordination avec le Royaume-Uni.

Lire aussi

Les Rahmé, une affaire de famille

De son côté, le département d'Etat a rappelé offrir jusque 10 millions de dollars pour toute information concernant les mécanismes de financement du Hezbollah, "y compris concernant Nazem Ahmed".

Le gouvernement britannique avait annoncé, un peu plus tôt dans la journée, avoir gelé les avoirs de Nazem Ahmed au Royaume-Uni, où il possède une vaste collection d'oeuvres d'art et entretient des relations commerciales avec de nombreux artistes, galeries d'art et maisons de vente.

Le Hezbollah, ou simplement sa branche militaire, est considéré comme une organisation terroriste par de nombreux pays, parmi lesquels les Etats-Unis, l'Union européenne et le Royaume-Uni et une majorité des Etats membres de la Ligue Arabe.

L'administration américaine a annoncé mardi avoir mis au jour un réseau de blanchiment et de contournement de sanctions permettant de soutenir l'homme d'affaires et collectionneur d'art libanais Nazem Ahmed, considéré par les Etats-Unis comme le financier du Hezbollah. Le jour même, Londres a annoncé avoir gelé les avoirs de cet homme.Nazem Ahmed, décrit comme un diamantaire "impliqué...
commentaires (3)

Il serait juste que L’OLJ nous informe des tendances du modérateur du jour sans le nommer pour nous épargner la perte de temps pour écrire nos commentaires qui seront censurés par ses soins. J’ai remarqué que certains commentaires passent à la trappe alors qu’ils sont moins virulents que d’autres qui sont publiés sans problème les autres jours.

Sissi zayyat

14 h 25, le 19 avril 2023

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Il serait juste que L’OLJ nous informe des tendances du modérateur du jour sans le nommer pour nous épargner la perte de temps pour écrire nos commentaires qui seront censurés par ses soins. J’ai remarqué que certains commentaires passent à la trappe alors qu’ils sont moins virulents que d’autres qui sont publiés sans problème les autres jours.

    Sissi zayyat

    14 h 25, le 19 avril 2023

  • Les États Unis ont toujours considéré le HB comme étant une organisation terroriste pendant que Macron s’acharne à leur livrer la gouvernance du Liban pour cause de réalisme politique. Allez comprendre quelque chose dans la politique? Macron avait promis aux libanais de les débarrasser de tous les corrompus qui le gangrènent, pour venir ensuite leur livrer le pays pour soit disant le sauver. Il a agité à maintes reprises les sanctions qui n’ont jamais montré leur bout du nez. A la place il préfère leur concéder la présidence, le parlement et le gouvernement puisque d’après lui il sera choisi par les opposants pendant que tout le reste serait aux mains des fossoyeurs pour bloquer toute action pour redresser notre pays. Non mais quelle projet formidable que celui de la France qui montre au monde entier son amateurisme et son manque de longueur de vue et même sa logique dans la géopolitique. Nous irons très loin en faisant confiance à des amis qui ne cessent de nous poignarder dans le dos, sous prétexte de nous sauver. Merci les amis, vous pouvez disposer en fanfaronnant du devoir accompli, plus besoin de vous, vous avez déjà assez fait.

    Sissi zayyat

    13 h 45, le 19 avril 2023

  • La belle reputation que le Liban a de nos jours de par le monde. Avant, on parlait du festival de Baalbek connu et celebre partout, maintenant on parle plutôt de mafia, de corruption et des exploits terroristes du Hizb, vraiment de quoi être fier!

    CW

    11 h 40, le 19 avril 2023

Retour en haut