Rechercher
Rechercher

Lifestyle - Échappée belle

« Her Voice, Her Power », des voix de femmes qui portent

« Her Voice, Her Power », des voix de femmes qui portent

« Les femmes » de Rania Matar. Photo DR

À l’occasion de la Journée internationale de la femme, et pour continuer à lui donner le rôle qu’elle mérite au Liban comme ailleurs, le PNUD, l’Union européenne et USAid ont réuni leur énergie pour organiser, autour d’une exposition de peintures, photographies et sculptures, toutes conjuguées au féminin, trois journées particulières sous l’intitulé « Her Voice, Her Power ».

L’œuvre de Fantine Samaha et, plus loin, celle de Marie Jo Kai. Photo DR

Au programme, du 9 au 11 mars, de 16h à 20h, Nour Khoury Jallad, fondatrice de Nafas Togetherness, organisatrice d’événements destinés à promouvoir la place fondamentale de la femme au sein de la société et organisatrice de l’événement « Her Voice, Her Power », explique : « Cette exposition a été pensée dans le but principal de célébrer la femme, ses œuvres d’art et ses rêves. Le projet a pu être concrétisé grâce à l’assistance financière du PNUD, de l’Union européenne et de USAid dont l’appui a toujours été inestimable. »

Beit Beirut, un bâtiment symbolique qui porte les cicatrices d’une ville meurtrie. Photo DR

« Le lieu choisi pour mettre en lumière cette palette d’œuvres et ces femmes n’est autre que Beit Beirut à Sodeco. Un bâtiment mythique qui a été uniquement rénové de l’intérieur pour garder visibles ses blessures, porter la symbolique et la mémoire de la guerre civile libanaise », poursuit Nour Khoury Jallad. L’exposition sera accompagnée d’ateliers divers, dont un de peinture en hommage à la grande Etel Adnan. Il réunira les mamans et les enfants le samedi 11 mars à 15 heures. Yasmine Shuhaiber Bazi, coach dédiée à la transformation de vie, présentera un atelier de méditation afin d’habiliter la femme à être autosuffisante et trouver sa force en elle-même. Diala Shuhaiber, qui a créé la plateforme Frame with a View, animera un atelier d’initiation à la photographie.

Une œuvre signée Nayla Saroufim, hommage à Laure Ghorayeb et Linda Matar. Photo DR

Parmi cette palette d’artistes, des peintres, telle Alexandra Bitar, dont les toiles, parmi lesquelles sa pièce Greed, portent des messages forts et mettent l’accent sur le désir inassouvi d’accumuler des biens matériels dans une société de consommation. Pour sa part, Caleen Ladki propose ses séries récentes All Eyes On You ainsi que ses représentations d’envol d’oiseaux. Diala Yafi met sa créativité au service du trompe-l’œil et autres techniques. Haibat Balaa Bawab peint ses femmes aux traits effacés réunies dans une dynamique de mouvements. Louma Rabah exprime ses émotions avec des couleurs chaudes et vives, alors que l’humour et la dérision se dégagent des peintures et illustrations de Nevine Mattar.

Les bleus de Carla Henoud. Photo DR

« Her Voice, Her Power » invite également des sculptrices à s’exprimer et exposer leur art. Ainsi, les vases Rise and Fall en céramique d’Andrea Nassar, inspirés des vestiges romains de Tyr, ainsi que ceux différents et modernes de Najwa Nahas seront également exposés. Dans le registre de la photographie, entre autres artistes, Carla Henoud, auteure du livre Le chariot de Farah, affiche sur les cimaises de Beit Beirut ses nuances de bleu saisies sur le bord de mer de Aïn el-Mreissé. Fadia Ahmad, photographe et réalisatrice, exposera ses clichés esthétiques et expressifs, et Rania Matar ses magnifiques portraits de femmes.

Une sculpture de Carole Ingea. Photo DR

Ces artistes, toutes issues de cultures et de sensibilités différentes, se retrouvent ainsi durant trois jours dans un désir de s’exprimer ensemble. Elles réunissent leurs pinceaux, leurs instantanés et leur mélange de céramique pour redonner à la femme la place et la reconnaissance qui lui reviennent. Et la fêter tout simplement.

« Her Voice, Her Power » les 9, 10 et 11 mars. Photo DR

« Her Voice, Her Power » les 9 et 10 mars, de 16h à 20h. Le 11 mars, de 11h à 18h. Beit Beirut, Sodeco.

Les artistes présentes à l’exposition

Alexandra Bitar, Caleen Ladki, Diala Yafi, Fantine Samaha, Haibat Balla Bawab, Layla Dagher, Louma Rabah, Marie Jo Kai, Nevine Mattar, Paula Chahine, Shermine Yafi, Andréa Nassar, Najwa Nahas, Vanessa Damous, Carla Henoud, Fadia Ahmad, Francesca Matta, Marie-Noelle Fattal, Rania Matar, Carole Ingea, Lina Husseini, Myrna Maalouf et Nayla Kai Saroufim.

Au programme également :

Jeudi 9 mars : cours de photographie pour débutants par la photographe Diala Shuhaiber.

Vendredi 10 mars :

16h-18h : « I am self-empowered, I am a woman », méditation et réflexion avec Yasmine Shuhaiber, coach en changement de vie Bazi .

Samedi 11 mars :

15h-17h : atelier de peinture pour enfants en hommage à Etel Adnan animé par Pinceaux et Étoiles.

15h-17h : atelier de lecture organisé par Book Yard.

11h- 18h : activités et jeux pour enfants.

Vue générale dans le bel espace de Beit Beirut.

À l’occasion de la Journée internationale de la femme, et pour continuer à lui donner le rôle qu’elle mérite au Liban comme ailleurs, le PNUD, l’Union européenne et USAid ont réuni leur énergie pour organiser, autour d’une exposition de peintures, photographies et sculptures, toutes conjuguées au féminin, trois journées particulières sous l’intitulé « Her Voice, Her...
commentaires (1)

Encore une fois des femmes proposent des œuvres qui nourrissent l'esprit et élèvent l'âme ! dommage que les hommes libanais au pouvoir ne sortent pas de leur petit monde tellement limité et barricadé, inaccessible à la beauté ! Toujours plus de commentaires dans OLJ pour des faits horribles ou désastreux : c'est vraiment révélateur que l'essentiel échappe ... Pourquoi

Cartier Murielle

19 h 39, le 10 mars 2023

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Encore une fois des femmes proposent des œuvres qui nourrissent l'esprit et élèvent l'âme ! dommage que les hommes libanais au pouvoir ne sortent pas de leur petit monde tellement limité et barricadé, inaccessible à la beauté ! Toujours plus de commentaires dans OLJ pour des faits horribles ou désastreux : c'est vraiment révélateur que l'essentiel échappe ... Pourquoi

    Cartier Murielle

    19 h 39, le 10 mars 2023

Retour en haut